Collections et services

L'art des années 1960-1970 : contestation, révolte, engagement – Bibliographie

 

La Beauté est dans la rue
Affiche, Montpellier, 1968

Le « moment 68 », dont la BnF commémore le cinquantième anniversaire avec l’exposition Icônes de Mai 68 (17 avril - 26 août 2018), n’est que l’épicentre d’une vague de contestation globale, que l’on peut faire remonter au début des années 60 et qui se prolonge au moins jusqu’au milieu des années 70. Globale géographiquement parlant, puisque le « bloc socialiste » d’alors est à peu près autant concerné que le « monde libre » capitaliste ; globale également dans son contenu, puisque la crise est sociale autant que culturelle, politique autant que sociétale ou générationnelle, l’art n’échappant évidemment pas à cette grande secousse… Un art traversé d’un bout à l’autre de la planète par des interrogations semblables, que celles-ci portent sur l’avenir des sociétés ou sur celui de l’art lui-même.

Car, en art, durant ces deux décennies, la contestation est double, dirigée à la fois contre ce que salariés, étudiants, femmes ou Noirs américains remettent en cause simultanément, mais aussi contre tout ce qui peut séparer l’art de la vie, le restreindre dans sa fonction ou son exercice, le cantonner à un usage et à des lieux qui le séparent encore et toujours de l’immense majorité du public. Un questionnement qui peut se traduire par une quasi-dissolution dans l’imagerie populaire du poster publicitaire ou des comics, comme c’est le cas avec le Pop Art ou le Nouveau réalisme, mais qui peut aussi prendre un aspect purement réflexif, des formes on ne peut plus minimales ou conceptuelles, apparemment dépourvues de toute préoccupation sociale. Art engagé et non-art sont les pôles les plus radicaux de cette double « révolution » qui, plus ou moins combinés, traverse la plupart des courants de l’art des années 60-70. Le Land Art ou l’arte povera sont exemplaires de cette dualité, présentant à la fois, et chacun à leur manière, une forme d’engagement environnementaliste et une esthétique proche du minimalisme. Au-delà des disciplines, groupes et courants, émergent aussi de nouvelles formes d’art, souvent préfigurées cinquante ans plus tôt lors de la période Dada, et qui investissent l’espace public, tels le happening ou la performance, tandis que des supports plus anciens, l’affiche et les arts graphiques en général, connaissent une nouvelle vitalité militante.

Cette bibliographie, dont tous les titres sont accessibles depuis la bibliothèque du Haut de jardin (site François Mitterrand de la BnF), s’organise en deux grands volets. Le premier rappelle le contexte artistique de l’époque, par pays et par grands courants, tandis que le second évoque les problématiques qui lui sont le plus spécifiques à travers ses différents arts, acteurs et thématiques. Une dernière partie, enfin, est consacrée à l’écho des « années 68 » dans l’art des trois dernières décennies.


Pour une première approche

Vous pouvez télécharger la bibliographie complète en bas de la page.

 
Versavel, Dominique ; Leblanc, Audrey ; Bantigny, Ludivine et al. (dir.)
Icônes de mai 68 : les images ont une histoire. Exposition, Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, du 17 avril au 26 août 2018. Paris : Bibliothèque nationale de France, 2018. 192 p.
Salle E – Bibliographies et catalogues de bibliothèques – [en cours de catalogage]

50 ans après les événements de mai-juin 1968, cette exposition revient sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective. Elle permet de suivre la trajectoire d’images célèbres – les portraits de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et de la « Marianne de 68 » de Jean-Pierre Rey ; de comprendre comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue en noir et blanc alors que les événements ont été couverts en couleurs par la presse de l’époque …
 
Artières, Philippe ; Chassey, Eric de
Images en lutte : la culture visuelle de l'extrême gauche en France (1968-1974). Paris : Beaux-Arts de Paris éditions, 2018
Salle F – Art – [en cours de catalogage]

Le catalogue d’une exposition consacrée aux images de la culture visuelle de l'extrême gauche de 1968 à 1974, à travers de nombreux documents d'archives (revues, tracts, affiches, photographies, extraits de films documentaires), ainsi que des sculptures et des installations.

 
Désanges, Guillaume ; Piron, François (dir.)
Contre-cultures 1969-1989, l'esprit français. Paris : la Découverte : la Maison rouge, 2017. 319 p.
Salle F – Art – [en cours de catalogage]

Un sentiment persistant sous-tend cet ouvrage et l'exposition qu'il accompagne : c'est par ses marges que la France a produit ce qu'elle a de meilleur. Au sortir des années 1960 et jusqu'à la fin des années 1980, une génération est marquée par la « pensée 68 », qui mêle toutes les libérations politiques, sociales, esthétiques et de modes de vie, sur fond de crise sociale et économique grandissante. Cette situation paradoxale affecte différentes formes de contre-culture où les arts populaires (rock, bande dessinée, presse, télévision, graffiti, etc.) influent sur les champs plus traditionnels de la culture en les subvertissant.

Télécharger la bibliographie

L’art des années 1960-1970 : contestation, révolte, engagement [fichier .pdf – 345 Ko – 07/05/18 – 29 p.]

mercredi 9 mai 2018

Écouter la page

Voir aussi

Partagez