Collections et services

Les guerres d'Italie (1494-1559) - Bibliographie

La bataille de Pavie, tapisserie
Au XVIe siècle l’Italie est, avec les Pays-Bas, la région la plus riche, la plus peuplée et la plus avancée d’Europe. Cependant, son rayonnement culturel, artistique et commercial cache une grande faiblesse politique. La péninsule est en effet morcelée entre plusieurs États rivaux : le royaume de Naples, les États pontificaux, les républiques de Florence, Gênes et Venise, les duchés de Milan et de Savoie et diverses principautés, marquisats et républiques de moindre importance. Ces entités politiques, pour vider leurs querelles, font souvent appel aux troupes d’États étrangers ou aux condottieri, véritables chefs de bandes mercenaires licenciées à la fin du conflit et souvent d’origine étrangère. Cette faiblesse politique et militaire sert surtout les ambitions des monarchies française (Charles VIII, Louis XII, François Ier, Henri II), espagnole (Ferdinand II d’Aragon, Charles V, Philippe II) et impériale (Maximilien Ier) qui par ailleurs revendiquent des droits dynastiques sur la péninsule. À partir de la constitution de la Sainte-Ligue, voulue par le pape Jules II en 1511, le royaume d’Angleterre (Henri VIII, Elisabeth 1re), et les cantons suisses font également partie des belligérants.

Marignan en 1515, Pavie en 1525, Saint-Quentin en 1557 figurent parmi les batailles les plus célèbres des onze guerres qui se déroulèrent sur le sol italien pendant plus d’un demi-siècle. En 1558, les deux principaux adversaires, épuisés financièrement, équilibrant succès et revers, parviennent à la paix. Le traité du Cateau-Cambrésis est signé le 3 avril 1559 entre la France et l’Espagne : la France renonce à ses revendications sur l’Italie où elle conserve comme gages les deux places-fortes de Turin et Pignerol, l’Espagne affirme davantage sa présence dans la péninsule, présence qui durera jusqu’au début du XVIIIe siècle.

Cette sélection accompagne et complète la bibliographie entièrement consacrée à François Ier et disponible également en salle J.

Pour une première approche

Vous pouvez télécharger la bibliographie complète en bas de la page.
Bennassar & Jacquart, le XVIe siècle

Bennassar, Bartolomé & Jacquart, Jean
Le XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 2012, 360 p.

C'est avec le XVIe siècle que naît véritablement l'ère moderne. Ce remarquable manuel dresse un tableau clair et précis des événements politiques et sociaux qui ont présidé à l'émergence des grandes puissances européennes et replace dans leur contexte les enjeux de pouvoir liés aux « guerres d'Italie ».


Fournel & Zancari, Les guerres d´Italie

Fournel, Jean-Louis & Zancari, Jean-Claude
Les guerres d’Italie : des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, 2003, 144 p. (Découvertes ; 430)

Un livre de synthèse où les "guerres d'Italie" sont appréhendées dans leur dimension politique mais également culturelle car elles  y sont étudiées comme un facteur de diffusion, dans toute l'Europe, des idées et des oeuvres qui ont nourri l'esprit de la Renaissance italienne tout au long du XVe siècle.


Le Fur, Marignan

Le Fur, Didier
Marignan, 13-14 septembre 1515, Paris, Perrin, 2004, 340 p.

S'appuyant sur des sources italiennes inédites, l'auteur éclaire d'un jour nouveau les causes, le déroulement et les conséquences de la célèbre bataille de Marignan, gagnée par le jeune roi François Ier, et devenue très vite légendaire.


Le Gall, Pavie

Le Gall, Jean-Marie
L’honneur perdu de François Ier. Pavie 1525, Paris, Payot, 2015, 496 p. (Petite bibliothèque Payot)

Une reconstruction minutieuse de la bataille de Pavie, théâtre de l'affrontement sanglant des deux plus puissants monarques de l'époque, Charles Quint et François Ier. Un essai sur la défaite et la captivité de ce dernier mais également sur l'image du roi-chevalier, paru  à l'occasion de l'anniversaire du couronnement de François Ier en 1515.


Cassagnes-Brouquet & Doumerc, Les condottieres, capitaines, princes et mécènes en Italie.

Cassagnes-Brouquet, Sophie & Doumerc, Bernard
Les condottieres, capitaines, princes et mécènes en Italie. XIII-XIVe siècles, Paris, Ellipses, 2011, 552 p. (Biographies et mythes historiques)

Depuis la fin du XIIIe jusqu'au XVIe siècle, le condottiere est une figure incontournable de la scène politique italienne au même titre que celle du prince et du pape. Meneur d'hommes, véritable chef de guerre, le condottiere est également souverain (Federico da Montefeltro, Ludovico Sforza) et sait s'entourer d'artistes et de savants. L'essai propose une bonne synthèse de cette figure historique, devenue emblématique d'une époque.


Télécharger la bibliographie

Les guerres d’Italie (1494-1559) [fichier .pdf – 376 Ko – 02/04/15 – 22 p.]

mardi 12 mai 2015

Écouter la page

Partagez