Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Collections et services

Gabriel García Márquez (1927-2014) - Bibliographie

Gabriel Garcia Marquez, portrait

Gabriel García Márquez, février 2002

Gabriel José de la Concordia García Márquez, surnommé affectueusement « Gabo », est né le 6 mars 1927 à Aracataca, département du Magdalena en Colombie. Il est décédé dans la ville de Mexico le 17 avril 2014.

Écrivain mondialement reconnu et admiré, phare du Boom latino-américain, il a été journaliste, scénariste, auteur de nombreux contes, nouvelles et romans. Entre autres distinctions, il a reçu le prix Rómulo Gallegos en 1972, la Légion d’honneur en 1981, le prix Nobel de littérature et l’Ordre Aguila Azteca en 1982. Gabriel García Márquez n’accepte aucun prix après le Nobel.

En 1955 il part pour l’Europe en tant que correspondant du quotidien El Espectador. Il sillonne plusieurs pays de l’Est et de l’Europe occidentale et s’installe à Paris où il écrit plusieurs de ses livres jusqu’en 1957. Toujours en tant que journaliste, il est nommé correspondant de l’agence de presse cubaine Prensa Latina à New York en 1961 mais démissionne la même année et s’installe au Mexique. A partir de 1963 il se consacre uniquement à l’écriture ; la publication en 1967 de Cien años de soledad, à Buenos Aires aux éditions Sudamericana lui apporte une renommée mondiale.
Il crée en 1986, à Cuba, la Fondation pour un nouveau cinéma latino-américain ainsi que l’École internationale de cinéma et de télévision ; puis en 1994, à Cartagena de Indias (Colombie), la Fondation du nouveau journalisme ibéro-américain.

En hommage à cette figure incontournable de la littérature, la Bibliothèque nationale de France a réalisé une bibliographie sélective qui recense des ouvrages consultables principalement en salle G de la Bibliothèque d’étude (niveau Haut-de-Jardin) et en salle U de la Bibliothèque de recherche (niveau Rez-de-Jardin) ainsi que des documents conservés en magasin et une sélection de sites internet ayant trait à la vie et à l’œuvre de Gabriel García Márquez.

Pour une première approche

Vous pouvez télécharger la bibliographie complète en bas de la page.

Cien años de soledad, couv.
Cent ans de solitude. Traduit de l'espagnol de Cien años de soledad par Claude et Carmen Durand. Paris, Seuil, 1968. 392 p.
Salle G - Langues et littératures d'Espagne et d'Amérique latine – [CO86 GARC 4 cien]

Dès sa parution en 1967, ce roman est devenu un phénomène éditorial sans précédent et apporte une renommée mondiale à son auteur. Il est souvent cité comme le texte le plus représentatif du réalisme magique. Il narre le parcours de la famille Buendía, habitant le village imaginaire de Macondo. Cette famille traverse les guerres et les conflits propres à l’histoire colombienne.
Ci-dessus, première couverture de Cien años de soledad, paru à Buenos Aires aux éditions Sudamericana.


Des feuilles dans la bourrasque, couv.
Des feuilles dans la bourrasque. Traduit de l'espagnol de La Hojarasca par Claude Couffon. Paris, Grasset, 1983. 245 p.
Salle G - Langues et littératures d'Espagne et d'Amérique latine - [CO86 GARC 4 hoja]

Ce titre est le premier roman écrit par l’auteur en 1955. L’action se déroule entre 1903 et 1928 à Macondo, mythique et légendaire village créé par l’auteur. Trois personnages, représentants de trois générations différentes, développent des monologues intérieurs centrés sur la mort d’un médecin qui vient de se suicider après l’arrivée d’une bourrasque de feuilles - d’où le titre - c’est-à-dire le bouleversement créé par l’implantation dans ce village d’une compagnie bananière américaine. Un vieux colonel le conduit jusqu'à sa sépulture, défiant la haine de tout Macondo.


Les funérailles de la grande mémé, couv.
Les funérailles de la grande mémé. Traduit de l'espagnol de Los funerales de la mamá grande par Claude Couffon. Paris, Grasset, 1993. 156 p. (Les cahiers rouges ; 123)
Salle G - Langues et littératures d'Espagne et d'Amérique latine – [CO86 GARC 4 fune]

Ce recueil de huit contes combine une multitude d’histoires. Le dernier, qui donne son titre au livre, raconte la mort et l’enterrement de María del Rosario Castañeda y Montero – la « grande mémé » – avec ses souvenirs et sa vie antérieure. De nombreux personnages accourent à son enterrement : le Président de la République, le souverain pontife dans sa gondole papale, des contrebandiers, des indiens guajiros, des sorciers...

Chronique d´une mort annoncée, couv.
Chronique d'une mort annoncée. Traduit de l'espagnol de Crónica de una muerte anunciada par Claude Couffon. Paris, Grasset, 1992. 200 p.
Salle G - Langues et littératures d'Espagne et d'Amérique latine – [CO86 GARC 4 cron]

L’histoire racontée est fondée sur un événement réel, qui se produisit dans un village de la côte caribéenne colombienne en 1951.
Les frères Vicario firent part à tout le village de leurs intentions meurtrières. Tous les habitants s'interrogent sauf un, Santiago Nasar. À l'aube, il est assassiné à coups de couteau à la porte de son domicile. Il venait de passer une nuit blanche avec les derniers fêtards d'un mariage et s'était rendu au port, comme une grande partie du village, accueillir l'évêque...
Ce roman a été adapté au cinéma par Francesco Rosi en 1987.

Télécharger la bibliographie

Hommage à Gabriel García Márquez (1927-2014) [fichier .pdf – 206 Ko – 27/05/14 – 11 p.]

mardi 27 mai 2014

Partagez