Collections et services

Lydie Salvayre. Prix Goncourt 2014 - Bibliographie

Lydie Salvayre © Hermance Triay / Le Seuil

Lydie Salvayre

Née en 1948, Lydie Salvayre est la fille d'exilés espagnols qui ont fui le franquisme. Après une enfance à Auterive, près de Toulouse, et une formation de psychiatre, elle exerce à Marseille et Aix avant de quitter son premier mari et de s'installer comme psycho-pédiatre dans un dispensaire à Argenteuil.
Elle commence à écrire pour des revues dans les années 70, et publie chez Julliard en 1990 La Déclaration. Ce premier roman est bien reçu par la presse et obtient le Prix Hermès du premier roman. Elle devient la compagne de l'éditeur Bernard Wallet, fondateur des éditions Verticales
Ses romans décrivent les violences du quotidien et de la société (La Compagnie des spectres, Les Belles âmes), l'étouffoir de la cellule familiale (La Puissance des mouches, La Méthode Mila), le laminoir du travail (La Vie commune, La Médaille), les méandres et la versatilité de l'âme humaine. Elle n’hésite pas à faire sienne la langue philosophique de Pascal ou Descartes, pour dénoncer avec ironie les hypocrisies sociales et familiales. Choisissant le rire plutôt que le pathos, le verbe incendiaire plutôt que la complaisance du désespoir, ses romans sont un pied de nez à l'esprit de sérieux et à la langue de bois.
Plusieurs de ses romans, où la voix est importante, ont été adaptés pour le théâtre : La Puissance des mouches, La Compagnie des spectres, La Conférence de Cintagabelle, Les Belles âmes, etc. Certains de ses textes ont aussi été mis en musique.
Elle a reçu le 5 novembre 2014 le prix Goncourt pour son roman Pas pleurer (Seuil).

Le prix Goncourt 2014

Vous pouvez télécharger la bibliographie complète en bas de la page.

Lydie Salvayre, Pas pleurer (Seuil, 2014)
Pas pleurer
Paris : Seuil, 2014. 278 p. Prix Goncourt 2014
Salles H et V – Littératures d’expression française – [84/5 SALV 4 pasp]

Deux voix s’entrelacent, deux visions de la guerre d’Espagne qui résonnent avec le présent. Celle, révoltée, de Georges Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les nationaux avec la bénédiction de l’Église catholique. Celle de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui, à 15 ans s'enfuit en 1936 de son village de haute Catalogne pour Barcelone, où elle découvre avec candeur et allégresse l'amour et les jours radieux de l’insurrection libertaire, avant son exil pour pour la France.
Ces deux paroles, sont portées par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée, lorsque l’écrivain se souvient du langage qui a bercé son enfant, un idiome mêlant l'espagnol au français qu’elle baptise « fragnol ».

voir aussi :

Pas pleurer
présenté par Lydie Salvayre. Seuil. 3 min. 29s
Disponible en ligne à l’adresse : http://www.seuil.com/video-110.htm (consulté le 5 novembre 2014)


Télécharger la bibliographie

Lydie Salvayre (1948-) [fichier .pdf – 120 Ko – 13/11/14 – 6 p.]

lundi 17 novembre 2014

Partagez