Collections et services

François Truffaut : l'homme qui aimait les livres - Bibliographie

François Truffaut en 1968. Photographie Pierre Zucca

François Truffaut en 1968


François Truffaut (1932-1984) a souvent été décrit comme « un homme qui aimait les livres ». Les personnages de ses films ont d’ailleurs souvent un livre à la main, à commencer par son alter-ego Antoine Doinel, incarné par Jean-Pierre Léaud. Et ce n’est pas pour rien que Truffaut a adapté Fahrenheit 451, d'après Ray Bradbury, où les personnages deviennent des hommes-livres, pour en sauver le contenu des flammes.
Le cinéaste lui-même fut très jeune un grand lecteur, comme en témoigne sa correspondance avec son ami d'enfance Robert Lachenay : Honoré de Balzac et Victor Hugo pour les classiques, mais aussi Jacques Audiberti, Jean Giraudoux, Jean Cocteau, Henri-Pierre Roché, Marcel Proust, Louis-Ferdinand Céline, Raymond Queneau et Paul Léautaud sont des écrivains qu’il aimait et qui l’ont inspiré, ainsi qu’Henry James, dont trois nouvelles servent de matériaux pour La Chambre verte, ou Jean Genet, dont il fait la connaissance au début des années 50.

Dans sa célèbre attaque contre le cinéma français publiée dans les Cahiers du cinéma en 1954, François Truffaut s'en prend notamment à la façon académique dont les scénaristes adaptent les grandes œuvres de la littérature française au cinéma. Devenu réalisateur, il a lui-même adapté, mais de manière toujours très personnelle, de nombreux romans au cinéma. À l'exception de Jules et Jim et Les Deux Anglaises et le Continent, « hommages filmés » à Henri-Pierre Roché, qu’il considérait comme un grand écrivain français, Truffaut n'a jamais porté à l'écran de grands classiques de la littérature française. La majorité de ses adaptations sont issues de la littérature anglo-saxonne et, plus particulièrement, de la « Série blême » qu’il appréciait comme lecteur : David Goodis (Tirez sur le pianiste), William Irish (La mariée était en noir et La Sirène du Mississipi), Henry Farrell (Une belle fille comme moi) ou Charles Williams (Vivement Dimanche !).
De fait, « Truffaut fut un écrivain de cinéma, ou si l'on veut un écrivain au cinéma », comme l’écrit Serge Toubiana. Romanesque et narration occupent une place importante dans son cinéma, et l’exposition de la Cinémathèque française montre, à travers les ratures, brouillons, collages, montages, commentaires ou citations, l’importance de son travail d’écriture scénaristique, aux côtés de quelques talentueux complices.
En dehors de son activité de cinéaste, il écrit également de nombreux textes sur le cinéma, des préfaces et des correspondances. Entre 1953 à 1958, il publie plusieurs centaines d'articles, principalement dans les Cahiers du cinéma et dans l'hebdomadaire Arts et Spectacles, mais aussi dans Elle, La Parisienne, Pariscope, et d'autres revues ou magazines. Devenu cinéaste, il continue d’écrire de nombreuses préfaces sur ses pairs et ses maîtres.

Cette biblio-filmographie sélective recense principalement des livres et des films ou documents audiovisuels disponibles en accès libre en bibliothèque d'étude, ainsi que des documents consultables en bibliothèque de recherche.

Pour une première approche

Vous pouvez télécharger la bibliographie complète en bas de la page.

Antoine de Baecque ; Serge Toubiana. François Truffaut (Gallimard, 1996)
Baecque, Antoine de ; Toubiana, Serge
François Truffaut. Paris : Gallimard, 1996. 659 p.-48 p. de pl. (NRF biographies)
Salles A et P - Médias audiovisuels, multimédias et cinéma – [791.430 92 TRUF 5 BA]

Même si « les films sont plus harmonieux que la vie », cette biographie attentive et minutieuse établie à partir des multiples témoignages de ses amis et de ses étonnantes archives personnelles, révèle les multiples facettes du cinéaste.


Dictionnaire Truffaut (La Martinière, 2004)
Baecque, Antoine de ; Guigue, Arnaud (textes réunis par)
Dictionnaire Truffaut. Paris : La Martinière, 2004. 431 p.
Salles A et P - Médias audiovisuels, multimédias et cinéma – [791.430 92 TRUF 5 DE]

De A à Z, ce dictionnaire écrit par une vingtaine d'auteurs d'horizons très divers, et enrichi de près de 150 photogrammes offre une approche inédite et variée, en adéquation parfaite avec la personnalité du cinéaste, maître en archivage et classification et chez qui tout communique.


Truffaut par Truffaut (Chêne, 1985)
Dominique Rabourdin (textes et documents réunis par)
Truffaut par Truffaut
. Paris : Chêne, 1985. 227 p. (Cinéma de toujours)
Salle P - Médias audiovisuels, multimédias et cinéma – [791.430 92 TRUF t]

Des documents passionnants à la première personne provenant des archives de François Truffaut, sur les épisodes marquants de sa vie, ses débuts de metteur en scène, les Cahiers du Cinéma, la Nouvelle Vague, ses idées sur le cinéma, la technique, l'écriture, etc.

Henri-Pierre Roché, Jules et Jim (Gallimard, 1953)
Zoom sur Jules et Jim
Disponible en ligne : http://www.cinematheque.fr/zooms/julesetjim/index_fr.htm (consulté le 2 octobre 2014)

En zoomant sur Jules et Jim, le roman d’Henri-Pierre Roché (Gallimard, 1953) adapté par François Truffaut en 1962, cette belle exposition virtuelle de la Cinémathèque française met l’accent sur les lectures de François Truffaut et son amour pour les livres.


Télécharger la bibliographie

François Truffaut : l’homme qui aimait les livres [fichier .pdf – 179 Ko – 08/10/14 – 12 p.]

mercredi 28 octobre 2015

Écouter la page

Partagez