Soutenez
le Trésor national
Formulaire de recherche

Collections et services

La BnF à l'heure anglaise

site F.-Mitterrand - Espace découverte
du 15 octobre au 10 décembre 2010

Autour des Beatles

Présentation de quelques documents rares autour des Beatles s’inscrivant dans le cadre de l’événement offrant du 15 au 17 octobre un coup de projecteur sur divers aspects de la culture britannique contemporaine. La BnF souligne ainsi sa collaboration privilégiée avec la British Library.
Logo de la British Library

The Beatles
Yesterday
Manuscrit autographe, 1965
The British Library, Manuscripts, The Beatles Loan.
[Loan 86. Lender : Mr Hunter Davies


  • The Beatles
    From me to you
    1 disque 45 tours Odéon SOE 3739, P 1963 (version originale)
    Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel
  • The Beatles
    From me to you
    1 disque 45 tours Odéon 7 SOE 3739, P 1964 (version « au sandwich »)
    Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel

Sorti en octobre 1963, le premier EP (pour « extended play », disque 45 tours, 4 titres) des Beatles publié en France. La photographie de la pochette est signée Angus McBean.

En novembre 1964, la firme Odéon réédite le EP From me to you, mais avec une pochette différente, signée Dez Hoffman. Les quatre Beatles sont déguisés en français « type » tels que se les représentent les anglo-saxons (béret, képi, baguette…). Tirée à un nombre relativement faible d’exemplaires, peu vendue à l’époque (car sortie un an seulement après l’édition originale), cette réédition va devenir une rareté absolue sur le marché du disque.

  • The Beatles
    Yesterday
    1 disque 45 tours Odéon SOE 3772, P 1965 (version originale)
    Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel
  • The Beatles
    Yesterday
    1 disque 45 tours Odéon MEO 105, P 1966 (réédition destinée au marché français)
    Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel

Les créateurs (ou plutôt leur maison de disques) ne sont pas toujours les meilleurs juges de leur œuvre. Lorsque ce 45 tours 4 titres, extrait du film Help! paraît, c’est le titre You’ve got to hide your love away qui est mis en avant, Yesterday n’étant « qu’un » des titres de complément. Le même disque, avec la même pochette sera réédité quelques mois plus tard, Yesterday s’étant substitué à You’ve got to hide your love away comme titre phare du EP.

Paru au début de l’année 1966, le 45 tours 4 titres « MEO 105 » n’est pas une réédition du « SOE 3772 », mais une édition française de Yesterday destinée au seul marché intérieur.

Yesterday

The Beatles, New York, 1964 (détail) © Library of Congress, Washington

The Beatles, New York, 1964 (détail)

Parue sur l’album Help! des Beatles, le 6 août 1965 au Royaume-Uni, chanson, dit-on, la plus reprise de tous les temps, Yesterday est une légende de la pop.
C’est aussi un objet étrange. Fracturant le pacte de « groupe », Yesterday est la chanson d’un « seul ». C’est Paul McCartney qui la rêve une nuit du printemps 65 et la transcrit au réveil : « Tout était là, une chanson complète. Je ne pouvais pas y croire ! ». Est-ce l’effroi devant cette chanson étrangère à la logique de groupe, mais Paul se persuade qu’elle existe déjà et qu’elle est celle d’un autre.
« Finalement, c'était comme remettre un objet perdu à la police. Je me suis dit que si personne ne la réclamait avant un mois, elle m'appartenait ».
Histoire floue d’un amour qui tourne court, la chanson est un longing, sorte de « fado » british enveloppant l’état mélancolique, propre à l’adolescence, et lançant la complainte d’une conscience souffrant de la fugacité du temps et de l’inconstance des cœurs. Chantée alors en solo à la guitare acoustique par un juvénile McCartney, le garçon de Liverpool à la coiffure sage, chemise blanche et cravate noire, Yesterday souffle, dans les transistors, les music-halls et même les stadiums, des bourrasques de tristesse sur des foules de jeunes magnétisés.
Prophétie auto-réalisatrice, surgie en pleine gloire, Yesterday est un credo funèbre (« I believe in yesterday ») et, tel  une « vanité », rappelle au groupe que, si « in » soit-il, un jour il sera « out », et passera de l’autre côté du temps, hier… À l’éclatement du groupe, Marie Laforêt en fera un tube, tombeau des Beatles, « Il a neigé sur Yesterday », hommage naïf d'une génération de baby-boomers français à ceux qui l’accompagnèrent dans le temps heureux des premières boums…

vendredi 15 octobre 2010

Écouter la page

Voir aussi

Partagez