Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Collections et services

C comme Curiosités – Archives

Des documents étonnants, peu connus, extrêmement diversifiés dans leurs supports et les modes de lecture qu'ils appellent, sont conservés dans les départements de collections. Le terme de « bibliothèque » réserve, en effet, bien des surprises pour le visiteur qui ne se doute pas toujours de la variété et de l'étendue des ressources de la Bibliothèque nationale de France. Insolites par leur format, leur présentation, leur sujet ou d'autres caractéristiques inattendues, ces documents offrent aux chercheurs des ensembles presque inépuisables de ressources originales.

Des reliures jumelles, peu communes

Reliures jumelles

Reliure dos à dos composée de trois volumes, veau brun avec au centre un motif composé de petits fers en volutes enserrés par un double filet et orné en haut et en bas d’un fleuron filigrané. Écoinçons ornés de petits fers.
Sur :
Les Saints devoirs de l’âme dévote. L’Office de la Vierge Marie. Paris, Jean Roger, 1656.

Le Livre de pensez-y bien. Paris, Sébastien Huré, 1658.

BnF
Bibliothèque de l’Arsenal
[Réserve 16- Z- 21817 (1-3)

Connues dès le XVIe siècle, les reliures dos à dos, encore appelées reliures jumelles ou reliures siamoises, peuvent réunir deux, trois, plus rarement quatre ou cinq volumes, généralement de petit format.

Très rares en France, elles sont mieux représentées dans les pays germaniques, au Danemark, et surtout en Angleterre, où elles sont fréquemment brodées. Elles ont le plus souvent recouvert des livres de dévotion, tels le Nouveau Testament et les Psaumes. Ici, elles réunissent, à la suite des Saints devoirs de l’âme dévote, un Office de la Vierge Marie et le Livre de pensez-y bien, destiné à préparer le chrétien à la mort.

[Document présenté du 16 septembre au 10 décembre 2012]

Écrire et lire la musique en braille

Hugh Brent. Braille Music Summary

Hugh Brent. Braille Music Summary

Frédéric Chopin (1810-1849)
Valse en la bémol op. 64 n° 3
Partition en braille musical
Paris, Institution nationale des jeunes aveugles, 1886

BnF
département de la Musique
[VM7-5236

On compte bien des essais d’écriture tactile avant que Louis Braille, lui-même instrumentiste, ne finalise en 1837 un système cohérent et efficace conçu d’emblée pour le texte littéraire comme pour la musique. Les premières partitions en Braille musical furent éditées dès 1839 par l’Institut royal des jeunes aveugles ; leur couverture porte un titre en lettres « ordinaires » gaufrées, notation héritée des tentatives de Valentin Haüy, mais jugée malcommode par ses utilisateurs et abandonnée par la suite.

L’enseignement du braille musical devint rapidement obligatoire dans les établissements pour déficients visuels, permettant à ces derniers d’accéder à des métiers tels qu’organiste, professeur, voire compositeur, et d’acquérir ainsi une autonomie qui fut à l’origine de leur émancipation et de leur promotion sociale. Ce système de notation, qui depuis n’a pas été fondamentalement remanié, s’est répandu dans la plupart des pays d’Europe et aux États-Unis, mais pourrait à terme être concurrencé par de nouvelles technologies électroniques.

[Document présenté du 11 juin au 2 septembre 2012]

Un manuel latin-français d’apprentissage de la lecture au XVIIe siècle

Roti-cochon ou methode tres facile pour bien apprendre les enfans a lire en latin et françois

Simon Girault ( attribué à)
Roti-cochon ou methode tres facile pour bien apprendre les enfans a lire en latin et françois
Dijon, Claude Michard, 1689-1704

BnF
Bibliothèque de l’Arsenal
[Rés 8-B-1479

Œuvre d'un pédagogue langrois de la fin du XVIe siècle, du nom de Simon Girault, ce Roti-cochon ou methode tres facile pour bien apprendre les enfans a lire en latin et françois n'est pas, comme son nom pourrait le laisser supposer, un livre de cuisine mais un manuel d'apprentissage de la lecture qui a la particularité d'emprunter la majorité de ses exemples au registre de l'alimentation et de la cuisine. Les phrases à retenir sont illustrées de gravures sur bois. Ces bois furent utilisés dans d'autres ouvrages mais le Rôti-cochon tel qu'il se présente ici, c’est-à-dire accompagné d’une Civilité morale et puérile, est le seul exemplaire connu.

[Document présenté du 12 mars au 10 juin 2012]

Un jeu de géostratégie enfantine au début du vingtième siècle

Le Jeu des puissances
Paris, Imp. L. Leblond, vers 1910-1912 Jeu géographique dans une boîte en carton
BnF
département des Cartes et plans
[Ge A 1511

Ce jeu géographique comprend cinquante cartes représentant chacune une puissance souveraine (21 en Europe, 21 en Amérique, mais seulement 4 en Afrique et 4 en Asie), et autant de petites boules en bois annotées. Sur les cartes du jeu, imprimées recto-verso, le nom de la capitale n’apparaît que d’un seul côté. Les boules sont introduites dans un petit globe terrestre, actionné par une manivelle. Chaque joueur prend cinq cartes, on mélange les boules et on les fait sortir une à une. Le but du jeu est de rapprocher chaque carte de la boule portant les noms de la puissance et de la capitale correspondantes. Le premier joueur qui a toutes les boules conformes à son jeu a gagné !

L'absence de carte pour la Corée annexée par le Japon en 1910 et la présence d'une carte pour le Maroc passé en 1912 sous protectorat permettent de dater ce jeu de 1910-1912.

[Document présenté du 12 décembre 2011 au 11 mars 2012]

Le « Mémoire de l’asne de Vanvres »

Mes voyages aux environs de Paris, par J. Delort, tome 2, 1821. Gallica

Mes voyages aux environs de Paris, par J. Delort, tome 2, 1821. Gallica

[Factum. Féron, Jacques. 1750 ?]
Mémoire pour l’asne de Jacques Féron, blanchisseur, demeurant à Vanvres, défenseur et demandeur ; contre l’asnesse de Pierre Le Clerc, jardinier-fleuriste, demanderesse et défenderesse
S.l.n.d.
BnF
département Droit, économie, politique
[Fz-1602

L’affaire burlesque qui a suscité ce factum oppose Pierre Leclerc à Jacques Féron dont l’âne aurait mordu la femme du défendeur, alors qu’elle essayait de le séparer de son ânesse.

Sur le ton de la fable, l’auteur y retrace la généalogie de l’âne qu’il fait remonter à l’Antiquité. La plaidoirie destinée à l’innocenter est aussi l’occasion d’une leçon de morale.

Cette pièce illustre bien l’évolution du factum, à l’origine sorte de plaidoirie écrite destinée à convaincre le juge et la population, vers une littérature du plaisir et de l’amusement.

[Document présenté de septembre à 11 décembre 2011]

Une collection des grandes affaires criminelles

Couverture des Causes célèbres de tous les peuples

Armand Fouquier (1817-….)
Causes célèbres de tous les peuples
Paris, 1858-1867
BnF
département Droit, économie, politique
[F-19394-19402

Lancée par Armand Fouquier, la collection des Causes célèbres de tous les peuples donne, en huit volumes publiés de 1858 à 1867, le récit des grandes affaires criminelles. Dans une veine très romanesque, agrémentée de nombreuses gravures, revivent ainsi Urbain Grandier, la marquise de Brinvilliers, Charlotte Corday ou encore Lacenaire, parmi bien d’autres.

Sous le titre « Une conspiration sous Richelieu », le volume ici présenté retrace la conjuration de Cinq-Mars et de Thou contre le premier ministre de Louis XIII, immortalisée par Alfred de Vigny en 1826.

[Document présenté de mars à juin 2011]

Un « livre de poche » manuscrit

Calendrier astronomique

Calendrier astronomique
Allemagne, XIVe siècle (avant 1352).
Parchemin, 15,5 x 9,5 cm.
BnF
département des Manuscrits
[NAL 482

Ce calendrier astronomique ou almanach est un rare exemple de « livres plicatifs » ou livres de poche médiévaux, dont peu ont été conservés, en raison de leur fragilité et d’une utilisation intensive. Le manuscrit, une fois replié, possède une forme caractéristique : les feuillets de parchemin sont pliés plusieurs fois sur eux-mêmes afin que l’ensemble soit de taille restreinte. La reliure qui protège ces feuillets pliés permet au livre d’être porté à la ceinture ou suspendu à une ficelle.

[Document présenté de décembre 2010 à mars 2011]

Cartes de fantaisie autour de figures célèbres et de personnages-types

A. Lauronce
Cartes grattomaniques pour dîners
Paris, A. Lauronce, Lith., 1873-1878. - 30 cartes ; 11,5 x 7,3 cm.
BnF
département des Estampes et de la photographie.
[Kz-325-4

Un ensemble de cartes à gratter, déposées au cabinet des estampes par l’éditeur lithographique A. Lauronce, au titre du dépôt légal. Elles sont encore vierges, et l’on peut imaginer que leur dévoilement, assorti de jeux de mots, faisait l’amusement des convives à la fin du XIXe siècle. On y trouve, à côté de grands personnages comme Corneille, Vincent de Paul, Jean Bart, Voltaire ou Jules César, des regroupements : « Nos troupiers », « Types parisiens », « Nos provinciaux ».
Ces cartes, assez rares, sont un témoignage de la fonction récréative de l’estampe et de nombreuses « manies » qu’elle a permis de satisfaire : rébusomanie, décalcomanie, potichomanie, ombromanie ou, ici, grattomanie…

[Document présenté de septembre à décembre 2010]

Un album de découverte destiné aux enfants

Les Métiers en action. Tableaux vivants.
Éd. bilingue français-espagnol.
Paris, A. Legrand, s.d. [XIXe siècle].
Album gr. in-4 cartonné, avec couverture illustrée, 8 pl. lithographiées en couleurs
BnF
département Littérature et art.
[Fol. Y² 356

Cet album est pourvu d’un mécanisme à tirettes appliqué derrière chaque feuille, qui met les tableaux en mouvement lorsqu’on l’actionne. Ce système permet de présenter à un jeune enfant de manière vivante différents métiers comme tailleur de pierres, cordonnier, boulanger, menuisier, barbier ou encore jardinier. Les sujets de ces tableaux, accompagnés chacun d’une page de texte et d’une légende explicative (ici en français et en espagnol) sont choisis de manière à joindre l’amusement à l’instruction.

[Document présenté de mai à septembre 2010]

Pièces à conviction dans un procès pour régicide en 1757

Couteaux saisis dans la famille de Damiens après l’attentat contre Louis XV
BnF
département des Manuscrits.
[Collection Joly de Fleury

Le 5 janvier 1757, un ancien laquais, Robert François Damiens, tente d’assassiner Louis XV à Versailles. Sur la pression du Parlement de Paris, le roi qui lui avait accordé son pardon accepte un procès pour régicide.

Les couteaux trouvés dans sa famille sont saisis comme pièces à conviction. Damiens fut exécuté en Place de Grève le 28 mars 1757 dans des conditions effroyables. Le fonds Joly de Fleury, famille qui a compté de nombreux procureurs généraux au Parlement, est entré dans les collections nationales en 1836.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2009]

Matériaux pour l’histoire du livre et de la typographie

Caractères d´imprimerie. Collection de Ladislas Mandel. BnF | Bibliothèque de l´Arsenal

Caractères d'imprimerie. Collection de Ladislas Mandel

Collection Ladislas Mandel
Objets du fonds Ladislas Mandel, évoquant l’histoire de l’écriture et de la typographie
Formats et matériaux divers
BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

C’est par un legs de leur précédent propriétaire que ces différents objets sont entrés à la Bibliothèque nationale de France. Créateur de caractères typographiques, Ladislas Mandel (1921-2006) avait, par exemple, dessiné vers 1989 le caractère Clottes, à la demande du Service national de l’édition des annuaires des télécommunications, pour accroître la lisibilité des petits corps. Attentif à l’aspect pédagogique de la transmission du savoir, Mandel avait réuni, au cours de son existence, une bibliothèque d’environ 2 000 livres et 150 objets consacrés à l’histoire de l’écriture et de la typographie, dont l’ensemble formait un musée privé de l’écriture près de Fontvieille (Arles). Son dernier ouvrage, Du pouvoir de l’écriture, est paru en 2004. L’ensemble de la collection est entré en 2007 à la Bibliothèque de l’Arsenal.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2009]

Documents éphémères et objets de la vie quotidienne

Calendrier-pochette, avec une scène dans un paysage forestier.
Toulouse, imprimerie Sirven, dépôt légal, 1928.
Papier cartonné, impression en relief par gaufrage, en couleurs.
BNF, site Richelieu, département des Estampes et de la photographie.
[Li mat 8 (1928)-boîte fol.

Musée vivant de l’image, le département des Estampes et de la photographie conserve, depuis trois siècles et demi, les plus nobles productions des arts graphiques et les images les plus humbles. Innombrables sont ainsi les ephemera, images vouées par essence à une mort prochaine, à laquelle le dépôt légal les a soustraites : décalcomanies, cartes postales, étiquettes, images de circonstance, bons points.
Échappant à l’usage auquel il était destiné – orner un mur de cuisine, l’intérieur d’une armoire… – et à la dégradation qui s’en suivrait inévitablement, ce vide-poche du début du XXe siècle est entré dans les collections nationales par le dépôt légal imprimeur. Il offre à notre regard distancié d’aujourd’hui la fraîcheur insolente de ses coloris préservés et le témoignage émouvant d’une esthétique naïve, déjà lointaine.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2008]

Autour de la musique, de l’harmonie, de l’orchestre

« Boule harmonique ». Bois et métal. Fin XIXe siècle. Diam. 8 cm. Don anonyme.
« Bâton de chef d’orchestre ». Argent massif. H. 36 cm. Autriche, 1902. Don de Mme Jules Massenet.
BNF, Bibliothèque-musée de l’Opéra
[F-Po Mus. 455 et [F-Po Mus. 598

Cette boule en bois, imitant une orange en huit quartiers reliés entre eux par un fermoir métallique, a du appartenir à un chanteur, et dévoile, une fois ouverte, un aide-mémoire sur les principes élémentaires du solfège et de l’harmonie, et quelques exercices sommaires d’échauffement vocal. L’un des quartiers renferme un diapason donnant le «La» à la fréquence de 440 Hz.

Ce bâton de chef d’orchestre fut offert à Jules Massenet par les pensionnaires du Théâtre Impérial et Royal de Vienne (Autriche), le 23 mars 1902, lors d’une exécution de son oratorio Marie-Magdeleine. Son pommeau est orné d’un bas-relief montrant de jeunes choristes tenant un phylactère marqué «Maria Magdalena». L’objet fait partie du don fait en 1917 par la veuve du compositeur, Louise-Constance Massenet, comprenant, outre des objets personnels, la quasi-totalité des manuscrits des ouvrages lyriques de Massenet.

[Document présenté de mi-décembre 2007 à mi-mars 2008]

Art et action,un laboratoire de théâtre dans l’entre-deux-guerres

Guy-Pierre Fauconnet.
La Poussine, fille de Chanteclerc.
Masque en papier et carton peint à la gouache, dans Compère le Renard, de Georges Polti, monté en 1920 par le laboratoire théâtral Art et Action au Théâtre de la Renaissance. Dim. 30 x 21 x 34 cm.
BNF, site Richelieu
département des Arts du spectacle.
[OBJ-MAS

Le Laboratoire d’avant-garde Art et Action, dirigé par la comédienne Louise Lara (1874-1952) et par son mari l’architecte Édouard Autant (1874-1964), expérimente de 1919 à 1933 une vision nouvelle du théâtre, tant sur le fond que sur la forme. Art et Action monte et découvre des auteurs contemporains, mais aussi des œuvres non dramatiques (Une saison en enfer de Rimbaud). Il expérimente des structures scéniques en voulant rompre avec le théâtre à l’italienne, comme le « Théâtre de l’espace », présenté à l’exposition universelle de 1937.

Compère le Renard s’inspire du fabliau Le roman de Renard pour dresser une satire sociale de l’époque. À l’opposé des costumes naturalistes de la pièce à succès Chantecler d’Edmond Rostand (1910), faisant du plateau une basse-cour emplumée, la ligne choisie par Fauconnet est simple, graphique, imaginative. Les matériaux employés témoignent du peu de moyens dont disposait le laboratoire.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2007]

À lire en toutes circonstances

La Naïade. Journal des baigneurs.
1853. In-fol.
BNF, site François-Mitterrand, département Littérature et art.
[Z-2149

Imprimé sur tissu imperméable, ce journal permettait aux baigneurs d’allier soin du corps et de l’esprit en agrémentant leurs ablutions d’une lecture distrayante : ici, un feuilleton du romancier Eugène de Mirecourt, auteur d’un pamphlet célèbre contre Alexandre Dumas. On connaît plusieurs occurrences de ces journaux sur étoffe sous le Second Empire, période où est lancée la vogue du thermalisme. L’inventivité des créateurs de journaux est alors sans bornes, puisqu’on trouve à la même époque un journal sur papier mouchoir, un autre à l’encre phosphorescente, lisible dans le noir, un autre encore imprimé sur biscuit, consommable après lecture…

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2007]

Un bracelet d’accouchée à valeur magique

Bracelet romain à valeur magique

Bracelet romain à valeur magique.
Or ; statuette en bronze. Alexandrie (?), IVe - Ve siècle.
Ancienne collection Feuardent ; acquis par H. Seyrig en 1972 et donné au Cabinet des Médailles.
BNF, site Richelieu, département des Monnaies, médailles et antiques.
[Inv.1972-1318

Le corps du bracelet, en feuille d’or découpée selon une technique en vogue du IIIe au Ve siècle, est décoré de rinceaux entourant une Isis-Fortuna-Aphrodite tenant la corne d’abondance. Sur la partie centrale, mobile, en forme de façade de temple, une figurine de bronze d’Harpocrate enfant est soudée entre les colonnettes centrales, ainsi qu’une coquille d’or, symbole d’Aphrodite. Sur le fronton, figure le signe d’Isis, les cornes d’Hathor flanquant le disque solaire. Sur la base, un fil d’or soudé forme l’inscription « EYTOKI » : accouche heureusement. Ce bijou à valeur magique, témoignage de la persistance du culte isiaque, assurait la protection de la déesse à une femme en couches ; il pourrait avoir été ciselé à Alexandrie.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2007]

Un très rare album de tapas du Pacifique

Couverture d´un album de tapas du Pacifique

A Catalogue of the different specimens of cloth collected in the three voyages of Captain Cook to the southern hemisphere…
London : A. Shaw, 1787
BNF, site François-Mitterrand, Réserve des livres rares
[Rés. 4-P2-106

Album d’échantillons de tapas des îles du Pacifique, étoffes fabriquées avec de l’écorce d’arbres. Cook nous a laissé une description détaillée de leur fabrication. Une fois détrempée, l’écorce est grattée avec un coquillage pour en détacher de fines bandes qui sont ensuite martelées avec un battoir en bois, puis séchées et enfin teintes en rouge, marron ou jaune avec des pigments végétaux. Surtout utilisés comme vêtements, ces tissus végétaux servaient aussi d’offrandes lors de cérémonies religieuses ou officielles et d’objets d’échange. Ramenés en Angleterre, ils devinrent des pièces de collections recherchées.

[Document présenté de mi-décembre 2006 à mi-mars 2007]

Masque d’animal pour un succès de théâtre

Représentation théatrale de Peines de cœur d’une chatte anglaise, de Geneviève Serreau d’après Balzac

Rostislav Doboujinsky (1903-2000)
Peines de cœur d’une chatte anglaise
Pièce de Geneviève Serreau d’après Balzac
Mise en scène d’Alfredo Arias
Création, Festival de Shiraz-Persepolis,
puis Théâtre Gérard Philipe, Saint-Denis, 1977
Masque de tête de chat (rôle de Brisquet)
haut. 53 x larg. 45 x prof. 34 cm
BNF, site Richelieu, département des Arts du spectacle
[Don Groupe TSE (dir. Alfredo Arias)

Né à Saint-Pétersbourg dans une famille d’artistes, Rostislav Doboujinsky quitte la Russie en 1920 et s’installe à Paris en 1924 avec son épouse Lydia. Il crée des affiches, des illustrations, des décors pour quelques compagnies de danse, puis le couple travaille avec Jouvet, Dullin, Pitoëff. Après la guerre, ils fondent leur propre atelier et s’associent aux productions de la plupart des théâtres parisiens. Son activité se développant, Doboujinsky est reconnu comme un maître du masque, notamment du masque d’animal. On admire ses créations pour Sleeping Beauty, en 1968 (Covent Garden, Londres) ou Rashomon, en 1970 (Festival de Spolète, Italie). En 1977, il participe avec Claudie Gastine à la mise en espace des vitrines de Noël pour les Galeries Lafayette et poursuit sa collaboration avec elle en créant les masques du spectacle très applaudi du Groupe TSE, Peines de cœur d’une chatte anglaise, mis en scène par l’argentin Alfredo Arias.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2006]

La Bibliothèque et ses métiers

Divers objets évoquant l’histoire du département des Livres imprimés
et de la Bibliothèque nationale, 58 rue de Richelieu, Paris, 2e arrondissement
XIXe - XXe siècle
BNF, site François-Mitterrand, département Littérature et art

Voici quelques témoins du passé et de l’histoire du département des Livres imprimés à Richelieu : bicorne de la fin du XIXe siècle ; casquette, boutons et insigne des uniformes du personnel de service en vigueur jusqu’au milieu du XXe siècle ; cartouches du système de pneumatique, dit "tube", servant à envoyer les demandes de communication des lecteurs dans les différents étages des magasins ; lampe à gaz du XIXe siècle, à l’époque où il n’y avait dans les magasins pas d’autres sources de lumières que les verrières et les fenêtres ; estampille moyenne de 21 mm utilisée à partir de 1870 ; tire-ligne servant à la rédaction des fiches bibliographiques.
Ces objets proviennent d’une ancienne vitrine installée au cœur des magasins construits par Henri Labrouste, dont le contenu a suivi le déménagement des collections en 1998 vers le nouveau site de la Bibliothèque nationale de France.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2006]

Gastronomie et conditionnement

Couverture de Pizza : gastronomie et histoire, de Rosario Buonassisi

Rosario Buonassisi
Pizza : gastronomie et histoire
[trad. de l'italien]
Paris, les Éd. du Carrousel, cop. 1999
167 p., ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 30 cm
BNF, site François-Mitterrand, département Sciences et techniques
1999-59057

Né peu après la guerre aux États-Unis d’Amérique, l’emballage à pizza prit la forme d’une boîte en carton vers 1960. Renvoyant la pizza au monde de la fast & junk food, la boîte fut vite associée à l’imaginaire de la culture populaire américaine, de E.T. the extraterrestrial à Do the right thing. La faiblesse de leur coût assura le succès de ce type de conditionnement.
Dans les établissements livrant des pizzas, à emporter ou à domicile, on privilégie désormais l’acquisition de conditionnements livrés et stockés à plat, aisés à monter. La boîte à pizza offre l’avantage d’un stockage de bonne qualité, assurant étanchéité (à la sauce tomate, à l’huile piquante) et bonne tenue mécanique. Elle permet également de limiter les risques de perte d’éléments détachés si la pizza a été prédécoupée. Le conditionnement peut également servir de support à des informations de toutes sortes : marque, adresse, réclame.
Il est important que le conditionnement aille le plus loin possible dans le circuit de communication, idéalement sur la table, la pizza devant bien évidemment être retirée de son conditionnement avant ingestion.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2006]

Un curieux droit féodal

Julien Trévédy
Le Droit de grenouillage
Saint-Brieuc, R. Prud'homme, 1899
In-8, 44 p.
BNF, site François-Mitterrand, département Droit, économie, politique
8-F piece-4187

Le droit de grenouillage est le droit "banal" qui faisait obligation aux vassaux de battre les eaux afin de faire taire les grenouilles. Il s’exerçait la nuit, au temps des amours de ces batraciens et aux abords de la demeure seigneuriale. Il avait pour but de préserver le sommeil du maître. Dans certaines régions, battre les eaux des fossés ou des étangs devait être accompagné de la déclaration incantatoire "grenouilles, taisez-vous, laissez Monsieur dormir !". Ce droit semble n’avoir été utilisé que de manière exceptionnelle et peut aussi avoir été une obligation plaisante, imposée en reconnaissance et comme preuve publique de l’attribution d’une concession. Il ne figure pas dans le détail des droits féodaux supprimés par le décret des 15-28 mars1790 promulgué par l’assemblée nationale constituante.

[Document présenté de mi-décembre 2005 à mi-mars 2006]

Carnets de croquis et de notes du peintre Edgar Degas

Couverture du carnets de croquis et de notes du peintre Edgar Degas

Edgar Degas
Carnets de notes et de dessins
Don de René de Gas, frère de l’artiste, en 1920
Carnet 19, h. 13 cm, l. 22 cm
BNF, site Richelieu, dép. des Estampes et de la photographie
Rés. Dc-327d-4°

Dans ces albums, simples cahiers ou carnets de poche, Degas notait ses impressions à l’aide de croquis ou de phrases brèves : personnages, scènes, paysages, souvenirs de chefs-d’œuvre admirés, notes de voyages, recettes ou procédés. Non journal ordonné mais simple instrument de travail, il y consignait tout ce qui lui paraissait important ou curieux pour son art. Vingt-huit carnets, sur un total de trente-huit, datant principalement du Second Empire, hérités de l’artiste par son frère René de Gas ont été offerts en 1920 par celui-ci à la Bibliothèque nationale, en remerciements des travaux de Paul-André Lemoisne, auteur du catalogue raisonné des peintures et dessins de Degas.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2005]

jeudi 27 décembre 2012

Partagez