Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Collections et services

O comme Ordre – Archives

Les collections de la Bibliothèque nationale de France sont rangées, organisées et inventoriées pour être identifiées, puis utilisées. Dépositaire de la mémoire éditoriale française, la Bibliothèque y donne accès par son Catalogue, les inventaires de ses fonds et d'autres outils destinés à guider la recherche. Elle établit la Bibliographie nationale française. Les registres et fichiers anciens sont remplacés par des bases de données informatiques, que l'on peut interroger à distance. La cote d'un document correspond à sa localisation physique dans les salles de lecture ou les magasins de la Bibliothèque.

Les premiers imprimés arméniens

Vue de l´Aġt̕ark̕ ew Astġaybašxowt̕iwn ē girk̕s ays

Aġt̕ark̕ ew Astġaybašxowt̕iwn ē girk̕s ays (Աղթարք եւ Աստղայբաշխութիւն է գիրքս այս)
Venetik, tp. Hakob Meġaparti, 1512. [243] p., ill. ; 18 cm.

BnF
Réserve des livres rares
[Rés. R. 2689

L’imprimerie arménienne naît à Venise au début du XVIe siècle. L’officine de Yakob Meghapart, premier imprimeur arménien et fondateur de l’imprimerie arménienne, diffuse principalement des livres religieux mais aussi d’histoire, de poésie, ou d’astrologie, comme ce traité paru en 1512, qui est un mélange de prières, d’invocations aux démons et d’interprétation des rêves. En 1512-1513, l’imprimeur Meghapart imprime cinq ouvrages : Urbatagirk (Livre du vendredi), Parzatumar (le calendrier), Pataragatetr (le Missel), Altark (Traité d’astrologie) et Tagharan (Livre de chants).

Le fonds arménien de la BnF, qu’il soit manuscrit ou imprimé, est entré très tôt dans la bibliothèque royale ; il  est aujourd’hui entièrement catalogué. Notons la parution en 1666 de la première édition de la Bible arménienne, à Amsterdam, par l’évêque Oskan Erevantsi. Un exemplaire en est offert au roi de France. L’imprimerie arménienne s’est rapidement développée du XVIe au XVIIIe siècles à Venise, Constantinople, Rome, Lvov, Milan, Ispahan, Livourne, Marseille, Amsterdam, Madras, Calcutta, Smyrne, Etchmiadzin, Trieste, Saint-Pétersbourg…

[Document présenté du 16 septembre au 10 décembre 2012]

Un outil de travail savant conservé en l’état

Boîte de petites fiches contenant des fragments de phrases coptes et des mots divers en latin.

Boîte de petites fiches contenant des fragments de phrases coptes et des mots divers en latin
Provenance inconnue. Deuxième moitié du XVIIIe siècle ou première moitié du XIXe siècle.
Boîte : 45 x 28 x 7,5 cm Fiches : 2 à 4 x 6 à 7 cm

BnF
département des Manuscrits
[Copte 90

Ouvrez cette boîte : qu’y voyez-vous ? De petits rectangles de papier, réunis par séries sur des morceaux de carte à jouer.

Ces fiches, sans doute préparatoires à l’élaboration d’un lexique ou d’un dictionnaire, contiennent des fragments de phrases coptes et des mots divers (noms propres, verbes, noms de plantes, …) classés par ordre alphabétique. Les fiches précisent également l’équivalent arabe des mots ainsi que leur traduction latine.

La boîte est aux armes de Charles X.

[Document présenté du 11 juin au 2 septembre 2012]

Des orphelins du catalogue identifiés et catalogués plusieurs siècles après

Richard de Mediavilla, Quolibeta doctoris eximii Ricardi de Mediavilla ordinis Minorum, quaestiones... 1591 - BnF

Richard de Mediavilla (12..-130.)
[Quodlibeta (latin). 1591]
Quolibeta doctoris eximii Ricardi de Mediavilla ordinis Minorum, quaestiones octuaginta continentia
Brescia, Vincenzo da Sabbio, 1591. In-fol.

BnF
département Philosophie, histoire, sciences de l’homme
[D-26 (1-2) et D-26 (3-5)

Un chantier mené de façon systématique dans le lettrage D (Théologie) a permis de retrouver et de cataloguer une rare édition théologique italienne du XVIe siècle :

Sous la cote D-26 (5) se trouve une édition publiée en 1591 à Brescia des Quolibeta de Richard de Mediavilla (ou de Middleton), théologien de la fin du XIIIe siècle, reliée à la suite d’un Commentaire sur le Livre des Sentences de Pierre Lombard, du même auteur, en deux volumes -- ce qui explique sans doute que l’édition des Quolibeta n’ait pas été cataloguée jusqu’ici. Or il s’agit d'une des seules éditions imprimées complètes de cette œuvre, la première étant parue à Venise en 1509, et d’un des seuls exemplaires conservés en France de cette édition, due à l’imprimeur-libraire Vincenzo Nicolini da Sabbio. La Bibliothèque Mazarine et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg en conservent chacune un exemplaire imprimé par Vincenzo Nicolini da Sabbio, mais dont la page de titre porte la marque d’un autre éditeur : Giovanni Battista Pellizzari.

Le volume est conservé dans sa reliure d’origine, en parchemin décoré d’estampages argentés à l’origine, aujourd’hui noircis, et de filets à l’encre rouge.

[Document présenté du 12 mars au 10 juin 2012]

Onze reliures créées en 2011 sur un groupe de pièces parisiennes imprimées vers 1500

Sün Evrard

Sün Evrard
Reliures de pierre (2011) sur onze pièces de l’extrême fin du XVe siècle, provenant d’un recueil démembré de la bibliothèque de Jean Ballesdens.
BnF
Réserve des livres rares
[Cotes diverses

Sün Evrard, relieur d’art, vient de réaliser pour la Réserve des livres rares une série de reliures souples, mais en pierre, sur les onze pièces qui formaient dans la bibliothèque de Jean Ballesdens, un recueil d’impressions parisiennes, se rattachant aux événements du début du règne de Louis XII. Ces événements vont du sacre de Louis XII à Reims, le 27 mai 1498, jusqu'à l'entrée à Paris de Philippe le Beau, le 20 novembre 1501. Le recueil inclut aussi trois pièces relatives aux guerres d'Italie (dont des Lettres nouvelles de Milan...), des ordonnances du temps et trois pièces poétiques. Acquis par la Bibliothèque royale en 1784, à l’une des ventes La Vallière, il fut démembré au XIXe siècle, afin notamment d’entrer sept de ses pièces dans le système de cotation de l’Histoire de France. Récemment, pour rappeler l’ensemble qu’elles ont longtemps constitué, ces très rares plaquettes, pauvrement reliées, furent confiées à Sün Evrard, qui a couvert les plats de fines lamelles d’ardoise, décorées de points colorés et d’or dans les creux découpés. D’aspect minéral à la vue, ces reliures légères ont l’apparence tactile du carton. [Document présenté de décembre 2011 à mars 2012]

Célébration du bicentenaire de la Bibliographie nationale française

Logo du bicentenaire de la Bibliographie nationale française

La Bibliographie sous ses différentes formes
- Bibliographie de l’Empire français : n° 1, 1er novembre 1811 et fascicules de la 1re année
- Bibliographie de la France, 1881 : notices, annonces et feuilleton
- Bibliographie de la France, 1978, n° 2 Bibliographie nationale française, Cartes et plans, 2000
- Documents sonores, audiovisuels et multimédias, 1996, disquette
- Documents sonores, audiovisuels, multimédias et musique imprimée, 2002, cédérom
(les deux derniers supports distribués sur abonnement)
BnF
département de la Recherche bibliographique
[cotes diverses

La Bibliographie nationale française est la doyenne des bibliographies nationales.

À la suite du décret dit d’Amsterdam du 14 octobre 1811, le numéro 1 paraît le 1er novembre 1811 pour annoncer « toutes les éditions d’ouvrages imprimés ou gravés qui seront faites à l’avenir, avec le nom des éditeurs et des auteurs, si ces derniers sont connus ; le nombre d’exemplaires de chaque édition, et le prix de l’ouvrage ».

Elle a changé à plusieurs reprises de titre, de forme et d’éditeur. À l’origine, elle recense les livres, les gravures et la musique publiés ou disponibles en France, et se compose de deux parties distinctes : la liste des publications proprement dites et une partie commerciale qui comprend les annonces des éditeurs et des libraires.

Elle accompagne les évolutions de l’édition et des supports avec l’introduction des documents cartographiques, des périodiques et enfin des documents audiovisuels et électroniques.

Aujourd’hui consultable sur internet, la Bibliographie nationale française constitue un témoignage privilégié de l’histoire du livre, de la production éditoriale et des bibliothèques.

[Document présenté de septembre à décembre 2011]

La collection d’un numismate au siècle des Lumières

Portrait de Joseph Pellerin

Portrait de Joseph Pellerin

Monnaie grecque. Tétradrachme.
Droit : Tête d’Athéna casquée à droite, une couronne d’olivier sur le casque.
Revers : Chouette debout sur une massue, entre deux cornes d’abondance, le tout dans une couronne d’olivier.
BnF
département des Monnaies, médailles et antiques.
[Collection H. Seyrig 1973.1.155 et Fonds général 1367

La collection de quelques 35 500 monnaies grecques de Joseph Pellerin (1684-1782) a été achetée par Louis XV en 1776 et est entrée dans la collection du Cabinet du Roi, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Joseph Pellerin avait lui-même publié sa collection dans un esprit scientifique entre 1762 et 1767, dans son Recueil de médailles de peuples et de villes qui n’ont point encore été publiées ou qui sont peu connues. Les monnaies étaient classées par villes et par règnes, selon l’ordre dit « de Strabon », qui fait le tour de la Méditerranée dans le sens des aiguilles d’une montre. Les gravures, de grande qualité, étaient destinées à faciliter la lecture des monnaies elles-mêmes.

Les exemplaires présentés ici sont de grosses monnaies d’argent appelées tétradrachmes. Elles sont fréquentes dans le monde grec à partir du Ve siècle avant J.-C. De nombreuses cités en ont produit, comme la ville de Lébédos, en Asie Mineure (Ionie).

[Document présenté de mars à juin 2011]

Catalogues de libraires pour l’histoire du livre et la bibliophilie

Catalogues de libraires parisiens

Catalogues de libraires parisiens
Libri in officina Roberti Stephani typographi Regii, partim nati, partim restituti et excusi.
Paris, Robert Estienne, 1546

Index librorum tam graeca et latina, quàm vulgari Italorum lingua, …
Paris, Nicolas Le Riche, 1548

Catalogue des livres qui se vendent en la boutique de la veuve de Nicolas Oudot…
Paris, veuve de Nicolas Oudot, 1722 ou 1723

BnF
Réserve des livres rares.
[Rés. Q. 970, Rés. Q. 957 et Rés. Q. 979

Dans les années 1540-1560, les grands libraires humanistes parisiens publient les catalogues des livres qu’ils éditent et qu’ils vendent dans leur boutique du Quartier latin. Robert Estienne dresse ainsi la liste de ses publications dans des catalogues, toujours à prix marqués, qui sont classés d’abord par langue, hébreu et grec, puis par grandes disciplines, de la grammaire à la rhétorique. Au contraire, Nicolas Le Riche, qui vend essentiellement des livres importés d’Italie, organise son catalogue par ordre alphabétique d’auteurs, pris au prénom pour les modernes, ou de titres : il distingue les langues, grec, latin et « volgare », c’est à dire italien, et n’indique pas les prix. Près de deux siècles plus tard, la veuve Nicolas Oudot qui écoule des ouvrages populaires, « tant de dévotion que de récréation » : livres de piété, cantiques, et surtout la bibliothèque bleue de Troyes, se contente de dresser une liste par format, de l’in-quarto à l’in-seize, sans mention de prix.

[Document présenté de décembre 2010 à mars 2011]

Inventorier pour connaître les fonds de manuscrits

Fiches préparatoires du Catalogue méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque nationale
Ms. autographe. XIXe siècle. 27 vol. Legs Léopold Delisle (1910).
BnF
département des Manuscrits.
[Nouv. acq. fr. 23882-23908

À son entrée au département des Manuscrits en 1852, Léopold Delisle a pour premier souci la publication rapide des ressources du département : il classe et inventorie les manuscrits latins acquis depuis 1744 puis, estimant que la rédaction du catalogue des manuscrits français, commencée en 1868, est trop lente, il s’engage dans la réalisation d’un inventaire thématique sommaire de ces manuscrits. Seuls les deux premiers tomes, consacrés l’un à la théologie, l’autre à la jurisprudence et aux arts, ont été imprimés, les parties concernant l’histoire et la littérature sont restées manuscrites. Grâce à ces travaux de classement et d’inventaire, Delisle constitue peu à peu des dossiers sur les ex-libris, les origines, les anciennes cotes portés sur les volumes… qu’il utilisera ensuite dans ses grandes études sur la Librairie de Charles V ou l’histoire du Cabinet des Manuscrits.

[Document présenté de septembre à décembre 2010]

En 1858, le rapport de la commission Mérimée sur la Bibliothèque impériale

Portrait de Prosper Mérimée (photographie)

Prosper Mérimée (1803-1870)
Rapport présenté à S. Exc. le ministre de l’instruction publique et des cultes,... au nom de la commission chargée d’examiner les modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque impériale.
Paris, Imprimerie impériale, 1858. 34 p., in-4°.
BnF
département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.
[4-LF242-35

Le rapport de la commission dirigée par Prosper Mérimée est contemporain des premiers travaux d’Henri Labrouste. Mérimée souligne d’abord la grande modernité de la Bibliothèque du British Museum, qui, à son avis, doit servir de modèle. Outre des recommandations concernant l’administration de la Bibliothèque impériale, des réflexions sur l’organisation du catalogue, ou sur les horaires d’ouverture, Mérimée demande à ce que soit conçue une bibliothèque d’environ 25 000 volumes, destinée à tous les publics, regroupant tous les ouvrages fondamentaux dans toutes les disciplines : une véritable préfiguration de l’actuelle Bibliothèque d'étude (Haut-de-Jardin) !

[Document présenté de mai à septembre 2010]

Les trains doivent partir et arriver à l’heure…

Indicateur des chemins de fer, Napoléon Chaix et Cie

Napoléon Chaix et Cie.
Indicateur des chemins de fer.
Paris : Imprimerie Centrale des Chemins de fer, 1862.
A. Bechtel
Kilometerzeiger mit Übersichts-Skizzen zu den allgemeinen und Militär-Tarifen der österreichischungarischen Eisenbahnen.
Wien : R. v. Waldheim, 1882.
BnF
département Sciences et techniques.
[V-3175
[8-V-7385

C’est en 1845 que l’imprimeur Napoléon Chaix (1807-1865) publie son premier Guide officiel des voyageurs sur tous les chemins de fer de l’Europe, un petit in-8° broché à la couverture jaune caractéristique, paraissant tous les mois. Les chemins de fer étaient alors en pleine expansion ; le réseau partant en étoile depuis Paris venait d’être dessiné. En 1849, Napoléon Chaix décide de publier un Indicateur des chemins de fer hebdomadaire, qui ne comportait que quatre pages à son lancement pour passer à une centaine dans les années 1880. Cet indicateur sera vite baptisé « le Chaix » tant il était populaire. Les autres pays d’Europe avaient eux aussi leurs indicateurs, comme le montre cet exemple austro-hongrois publié à Vienne en 1882, dont la sobriété tranche avec les nombreux encarts publicitaires ménagés dans l’indicateur Chaix.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2009]

Un nouveau concept pour l’éducation scolaire

Louis Planel (1897-…)
La Géographie documentaire : Cours moyen.
par Léon Abensour. [Échelles diverses]. [Marseille] : [Belin], 1935.
BnF, département des Cartes et plans.
[GE EE-6776 Rés.

Quand Louis Planel confectionne en 1933 cette maquette de La Géographie documentaire, il ne peut imaginer le formidable succès de son travail : la librairie Belin en vendra plus de trois millions d’exemplaires, au gré des éditions successives.
Avec ce concept, Louis Planel, instituteur après la première guerre mondiale, inaugure un nouveau type de manuel. Il réalise un ouvrage reposant sur la documentation, c'est-à-dire les images, à une époque où les écoliers voyageaient peu. Il fait appel à des photographes régionaux, à des peintres, réalise des cartes, aère la mise en page.
Adepte des nouvelles méthodes pédagogiques, il offre avec ce manuel un témoignage de l’éducation géographique donnée aux petits Français durant la première moitié du XXe siècle : une vision du monde qui passe par une connaissance approfondie de la France, de ses régions, et de ses colonies. La préface rappelle que « la géographie constitue pour les élèves un grand et beau voyage ».

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2009]

Le classement des livres chinois de la Bibliothèque royale

Extrait du Sinicorum regiae bibliothecae librorum catalogus

Étienne Fourmont (1683-1745)
Linguae Sinarum mandarinicae hieroglyphicae grammatica duplex, latine et cum characteribus Sinensium. Item sinicorum regiae bibliothecae librorum catalogus denuo...
Paris, H.-L. Guérin, Rollin fils, J. Bullot, 1742. In-fol.
BNF, site Richelieu
département des Manuscrits.
[Fol. Impr. or. 17

À partir de 1739 sont publiés les premiers catalogues des manuscrits de la Bibliothèque royale, classés par fonds : manuscrits orientaux, grecs, latins…
Grand orientaliste, Étienne Fourmont succéda d’abord en 1715 à Antoine Galland au Collège de France, comme professeur de langue arabe. Il s’attacha ensuite à l’étude et à la description de la langue chinoise, avec l’aide d’un jeune lettré chinois venu en France et présenté à Louis XIV. Ce catalogue de près de 4 000 titres, imprimé en caractères chinois, Sinicorum regiae bibliothecae librorum catalogus, occupe la dernière partie de la grammaire comparée rédigée par cet érudit et qui apparaît comme l’œuvre de sa vie.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2008]

Bacchus déstructuré

Coffret Le Nez du vin

Jean Lenoir (1937-...)
Le nez du vin.
Carnoux-en-Provence, J. Lenoir, 2006. 1 boîte ; 38 cm.
La boîte sous coffret contient un ouvrage de 119 p. ill. en noir et en coul., 2 jeux de cartes et 54 flacons d'arômes.
BNF, site F.-Mitterrand
département Sciences et techniques.
[2006- 233127

Dans la bibliothèque, lieu par excellence de la mise en ordre du monde et du savoir, le vin n’apparaît pas dans toute sa démesure et sa liquidité. Il y est rangé en flacons, classé en fiches cartonnées. Parfums de fruits, senteurs florales, notes grillées, végétales et épicées, effluves animaux, ce livre-coffret contient un référentiel de 54 odeurs destinées à favoriser l’apprentissage et l’exercice du nez. Un premier pas avant la perception des arômes.

[Document présenté de mi-décembre 2007 à mi-mars 2008]

Département par département, la presse française politique et d’information générale

Couverture de la Bibliographie de la presse française politique et d´information générale

Bibliographie de la presse française politique et d’information générale : des origines à 1944. Paris, Bibliothèque nationale [puis] Bibliothèque nationale de France, 1964-.
BNF, site François-Mitterrand
département Littérature et art.
[cotes diverses

À la fois bibliographie nationale et catalogue collectif national, la Bibliographie de la presse française politique et d'information générale des origines à 1944 recense, département par département, l’ensemble de la presse d’intérêt général et dresse l’inventaire de toutes les collections qui en sont conservées. Chaque volume comporte une introduction historique, la liste alphabétique des notices bibliographiques avec l’état de leurs collections, et une table chronologique (table et carte pour les plus récents, depuis 2005).

Cinquante-neuf départements français, plus la principauté de Monaco, ont été étudiés depuis 1964, dont les plus récents concernent l’Allier, la Meuse, les Vosges, la Marne…

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2007]

Le contrôle des idées et du livre sous Louis XIV

[Acte royal. 1686-08-21]
Édit du Roy pour le règlement des imprimeurs et libraires de Paris avec les autoritez des anciennes ordonnances, statuts, arrests et règlemens.
Paris, Denis Thierry, 1687. In-4.
BNF, site François-Mitterrand, département Droit, économie, politique.
[F-16584

Le contrôle des publications et de leur diffusion, par une censure préventive et répressive, est une préoccupation constante du règne de Louis XIV, qui justifie l’existence d’une réglementation pléthorique. Cet édit de 1686 constitue une tentative de compilation de la législation applicable aux imprimeurs et libraires, qui, malgré son titre, s’appliquera en fait à l’ensemble du royaume. Le but poursuivi est de maintenir la maîtrise du pouvoir royal sur la circulation des idées et l’économie du livre, en mettant en œuvre une politique de limitation drastique du nombre d’imprimeries et de librairies, tout en renforçant leur surveillance.

[Document présenté de mi-juin au 2 septembre 2007]

Catalogue d’ouvrages anonymes sur fiches au format « cartes à jouer »

Cartes à jouer

Catalogue des anonymes entrés de 1800 à 1935.
Ancien fichier sur fiches cartonnées.
BNF, site François-Mitterrand, département de la Recherche bibliographique.

Dans les bibliothèques, le catalogue est le seul accès possible aux collections conservées en magasin. Il permet aussi de les organiser. Ici, pour les ouvrages anonymes, l’ordre alphabétique des titres prime. Après l’arrivée massive de documents, du fait des confiscations révolutionnaires, les bibliothécaires ont pris l’habitude de rédiger les notices décrivant les documents au verso d’authentiques cartes à jouer. Ce format s'est longtemps imposé comme une norme. Lorsque le bibliothécaire juge que le seul titre est peu significatif, il regroupe les ouvrages sous des rubriques intellectuellement cohérentes. Pour un ouvrage réédité, les éditions successives sont portées sur la même fiche, évitant un feuilletage fastidieux.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2007]

Du classement des collections géographiques

Couverture de l´Asie en plusieurs cartes nouvelles de Nicolas Sanson

Nicolas Sanson (1600-1667)
[L’Asie en plusieurs cartes nouvelles, …]
Paris, chez l’auteur, 1752. 1 atlas, 124 p. : 19 cartes, 25 cm
Présenté avec : Tables géographiques des divisions de l’Asie…
36 x 34 cm.
BNF, site Richelieu, département des Cartes et plans
[Ge FF 8882 et Ge D 11906

Cet atlas in-quarto et cette "table géographique" de l’Asie illustrent tous deux l’esprit et la méthode du "prince des géographes" français du XVIIe, Nicolas Sanson d’Abbeville (1600-1667). Au début de sa carrière, en 1644-1645, il publie une série de Tables géographiques qui, classant et hiérarchisant les toponymes par continents, pays et provinces, introduisent de l’ordre dans le foisonnement des noms géographiques et s'avèrent ainsi d'excellents outils pédagogiques. On retrouve le même souci de clarté dans les atlas de Sanson : les cartes y sont soulignées à la main de diverses couleurs marquant les contours des divisions politiques ou administratives qui forment la région représentée.

[Document présenté de mi-décembre 2006 à mi-mars 2007]

Le Catalogue général de la Bibliothèque, une tâche titanesque

Portrait de Léopold Delisle

Léopold Delisle (1826-1910)
Notes autographes sur les travaux de classement et de catalogage des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, 1891
Papier, 115 ff., 235 x 200 mm
BNF, site Richelieu département des Manuscrits, division occidentale
[Archives modernes 468

Nommé Administrateur général de la Bibliothèque nationale en 1874, Léopold Delisle s'attache immédiatement au traitement des centaines de milliers de livres entrés pendant la Révolution, devenu très difficile après la mort de Joseph Van Praet en 1837, et à l'organisation du catalogage des acquisitions courantes. Il met toute sa détermination et sa science de bibliothécaire dans ce travail de titan, qui aboutit en 1897 à la publication du premier tome du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs.

Copiées comme d'habitude sur du papier récupéré (correspondance, faire-part…), ces notes montrent la forte implication de Delisle dans l'entreprise lancée en 1875. Le recueil est ouvert au f. 39 sur le bilan du travail de classement de deux millions de volumes en grandes séries thématiques, qui sert à leur cotation et à leur rangement dans les magasins, et permet la deuxième étape, le catalogage.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2006]

À l’intérieur de la Bibliothèque au dix-neuvième siècle

Henri Béraldi (1849-1931)
Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale : propos de bibliophile
Paris, G. Masson, 1893
45 p., fig. Gr. in-8°
Extrait de La Nature, 17 juin, 1er et 29 juillet, 16 sept. 1893
BNF, site François-Mitterrand, dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme
4-R-45

Lorsqu’Henri Béraldi, président de la Société des Amis des livres et l’un des plus grands bibliophiles français, entraîne en 1893 les lecteurs de La Nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie, dans un feuilleton intitulé "Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale", il n’a d’autre idée "que celle d'initier le lecteur au service intérieur de la Bibliothèque" et de lui ouvrir des portes à beaucoup inaccessibles. Le curieux visite ainsi en imagination et en images l’immense bâtiment, où les livres et journaux circulent du Bureau des Entrées à la Salle de travail, en passant par le Bureau du catalogue, le Dépôt (les Magasins) et dont certains d’entre eux sont précieusement conservés à la Réserve. Un "Musée de la Bibliothèque" exposait alors un choix de 700 ouvrages dans la Galerie Mazarine, préfiguration des expositions temporaires qui allaient par la suite se succéder régulièrement.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2006]

Trois siècles de classement

Nicolas Clément (1647-1712)
Idée d’une nouvelle manière de dresser le catalogue d’une bibliothèque
[Paris, vers 1697]
BNF, site François-Mitterrand, Réserve des livres rares
Rés. Q. 110 (2)

Publiée vers 1697, l’Idée d’une nouvelle manière de dresser le catalogue d’une bibliothèque théorise les principes que Nicolas Clément avait adoptés pour rédiger le catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du roi : les ouvrages sont répartis selon les grands domaines du savoir dont ils relèvent, symbolisés chacun par une lettre de l’alphabet (A pour l’Écriture sainte, L pour l’histoire de France, etc.). À la fois indexation intellectuelle des contenus et classement matériel des volumes à l’exemple des anciens arts de mémoire, le "lettrage" de Clément, au prix de quelques remaniements, a régi l’ordre des livres imprimés à la Bibliothèque royale puis nationale pendant trois siècles, jusqu’à son abandon à l’extrême fin du XXe siècle.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2006]

Une maquette de décor pour un lieu d’étude

Émile Bertin
Maquette de décor pour Faust, tragédie de Goethe, transposée en langue française par Edmond Fleg
Paris, théâtre Montparnasse, 21 mai 1937
Mine de plomb, plume et encre de Chine, gouache sur papier beige ; 31,7 x 43 cm
BNF, site Richelieu, département des Arts du spectacle
Collection Gaston Baty

Sur la scène de théâtre, le spectateur perçoit le monde réel dans un rapport distancié qui s’inscrit et se dévoile au moment même de la représentation. La maquette de décor d’une mise en scène du Faust de Goethe exposée nous offre également une mise en abîme de la bibliothèque comme lieu d’étude par excellence, ici une maquette par Émile Bertin pour le cabinet de travail du docteur Faust. Le drame de Goethe a été représenté au théâtre Montparnasse en 1937 dans une mise en scène de Gaston Baty, alors directeur du théâtre, décors d’Émile Bertin, costumes de Robert Féau et musique d’André Cadou.

[Document présenté de mi-décembre 2005 à mi-mars 2006]

Catalogue d’ouvrages anonymes sur fiches au format "cartes à jouer"

Catalogue des anonymes entrés de 1800 à 1935. Rubrique "Exposition"
BNF, site François-Mitterrand, département de la Recherche bibliographique

Le catalogue est le seul accès possible aux collections conservées en magasin. Il permet aussi de les organiser. Ici, on suit l’ordre alphabétique des titres. Pour éviter une recherche strictement alphabétique, le bibliothécaire regroupe en séquences intellectuellement cohérentes des ouvrages aux titres peu significatifs (exposition, catalogue, liste…). Ceux édités à l’occasion des expositions universelles sont ainsi placés sous une même rubrique, subdivisée par dates. D’authentiques cartes à jouer ont servi à rédiger des fiches bibliographiques lors des enrichissements des bibliothèques publiques à la Révolution française, et ce format s’est longtemps imposé comme une norme.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2005]

jeudi 27 décembre 2012

Partagez