Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Collections et services

R comme Repères – Archives

Certains textes, documents, objets marquent leur époque et jouent un rôle éminent sur la manière dont nous la comprenons aujourd'hui. Repères essentiels, écrits fondateurs, témoins de découvertes et d'avancées scientifiques ou culturelles, ils éclairent l'histoire des civilisations, des idées, des médias et des mentalités. La Bibliothèque nationale de France est riche de ces documents majeurs, parfois introuvables ailleurs. Elle recèle aussi les documents de l'époque, les commentaires, les témoignages qui accompagnent les œuvres, toute une masse fertile et indispensable pour la recherche sur ces documents et leur mise en perspective.

Chronique de la communauté icarienne de Saint-Louis

Communauté icarienne. Bulletin des lois
Saint-Louis, Missouri, n°9, 1er mars 1858

BnF
département Droit, économie, politique
[8-F-52938

Au milieu du XIXe siècle, l’utopie socialiste d’Étienne Cabet (1788-1856), fondée sur la communauté de biens et le partage de la production agricole et industrielle, exerce une influence considérable sur les esprits. Convaincu de la viabilité de ses idées et déterminé à les mettre en pratique, l’auteur du Voyage en Icarie embarque pour les États-Unis en 1849 et rejoint les premiers colons partis un an plus tôt dans l’espoir de fonder, dans l’état du Texas, la société idéale à laquelle ils aspirent.

La vie au sein de la « communauté icarienne », difficile et précaire, est encadrée par des règles et des principes très stricts, dont le Bulletin des lois se veut l’expression écrite. En fait, ces feuillets relatent les événements marquants de la vie quotidienne des Icariens, allant de la chronique judiciaire, à travers l’exposé des sanctions émises à l’encontre des citoyens irrespectueux de l’ordre moral, au divertissement, avec cet énoncé du règlement concernant la musique et la création d’un « atelier mobile soumis à la loi sur l’organisation du travail ».

[Document présenté du 16 septembre au 10 décembre 2012]

De la censure militaire et coloniale

- Akhbar-el-harb, n° 151, 20 juillet 1917 (30 Ramadan 1335), traduction française de : Aḫbār al-harb
- Aḫbār al-harb, n° 151, 30 Ramadan 1335, en caractères arabes

BnF
département Droit, économie, politique
[Jo- 60849 et [FOL- Jo- 3956

Ces feuillets dactylographiés sont la traduction d’un titre de presse en arabe, Aḫbār al-harb, « Les nouvelles de la guerre », publié à Alger entre 1915 et 1919. Ce titre de presse de propagande mêle récits épiques de la guerre, grands événements diplomatiques devant aboutir à la victoire et extraits de lettres de soldats indigènes, fiers de leur combat pour l’Empire et contre un ennemi commun, l’Allemagne. Le journal passe sous silence les lourdes pertes en hommes et le climat de révolte ambiant. La ligne éditoriale suit soigneusement les intérêts de la France et de son armée engagée dans la guerre, et justifie dans le même temps ses ambitions coloniales et sa mission civilisatrice. Destiné à un public arabophone, ce titre est systématiquement traduit par les services de l’administration coloniale, qui suit de près les affaires relatives au « moral » et à l’opinion des populations colonisées.

[Document présenté du 11 juin au 2 septembre 2012]

Fascicules « anniversaire » de quatre titres de presse emblématiques

Kiosque à journaux

L’Humanité, hors série, 18 avril 1984
[Lc2-6139
Le Monde, n° 15519, 18-19 décembre 1994
[GR FOL- LC2- 6725
Le Nouvel Observateur, n° 1045, hors-série, 1984
[FOL- Z- 1575
La Vie, n° 2601, 6-12 juillet 1995
[4-JO-3694

BnF
département Droit, économie, politique
[Cotes diverses

En écho à l’exposition « La Presse à la une : de la Gazette à Internet », voici quatre numéros anniversaire de L’Humanité, Le Monde, Le Nouvel Observateur et La Vie. Parus entre 1984 et 1995, ces fascicules retracent simultanément les grandes heures des publications et les événements marquants du XXe siècle qu’elles ont relatés et parfois influencés. Si ces titres de presse se distinguent communément par leur longévité, ils différent en tous points, sur le fond – date de fondation, ligne éditoriale, sensibilité politique, ton – comme sur la forme – périodicité, format. Cette diversité constitue d’ailleurs tout l’intérêt des collections de presse, à la fois miroir d’une époque et reflet de sensibilités diverses et parfois contradictoires. À ce titre, la presse, au-delà de son usage premier qui est éphémère, s’intègre pleinement au patrimoine écrit de la Nation.

[Document présenté du 12 mars au 10 juin 2012]

L’Humanité est consultable en ligne, sur la bibliothèque numérique Gallica, pour les années 1904-1939 et 1945

Un saint-simonien adepte de l’homéopathie

Portrait de François Arlès-Dufour par Nadar

Nadar, Portrait d'Arlès-Dufour

Livre de santé de la famille Arlès-Dufour, 1831-1838, recueil de symptômes et de remèdes homéopathiques
Manuscrit

Lettre de Samuel Hahnemann à Arlès-Dufour, 26 février 1836
Manuscrit autographe.

Lettre de Paul Curie à Arlès-Dufour, 18 janvier 1840
Manuscrit autographe

BnF
Bibliothèque de l’Arsenal
[Fonds Arlès-Dufour

François Arlès-Dufour (1797-1872) fut considéré comme une « sommité de la France industrielle » du Second Empire. Il était également l’ami intime de Prosper Enfantin, chef de file, dans les années 1830, d’un mouvement pré-socialiste : le saint-simonisme. Arlès-Dufour a toujours veillé, au cours de ses activités professionnelles, à respecter les préceptes socio-économiques du saint-simonisme militant. Légataire universel d’Enfantin, c’est lui qui a assuré l’entrée des archives saint-simoniennes à la Bibliothèque de l’Arsenal.

Ce livre de santé consigne les maux dont ont été victimes les proches d’Arlès-Dufour, ainsi que les remèdes qui leur ont été apportés. On y constate l’importance qu’Arlès accordait à l’homéopathie, principe inventé en 1797par Samuel Hahnemann (1755-1843). Les saint-simoniens se sont montrés réceptifs à cette pratique, séduits par le fort potentiel social de ces remèdes simples. Arlès-Dufour a été en relation avec Hahnemann lui-même, ainsi qu’avec Paul Curie (1799-1863), médecin saint-simonien et homéopathe. Paul Curie est le grand-père du physicien Pierre Curie (1859-1906).

[Document présenté de décembre 2011 à mars 2012]

Voltaire contre le fanatisme

Édition de « Mahomet », avec corrections et annotations de Voltaire

Voltaire (1694-1778)
Mahomet
[Paris], 1742. In-12.
Édition avec corrections et additions autographes.
BnF
département des Manuscrits
[Français 12933

Un jeune fanatique que Voltaire définit comme un « esprit amoureux de son propre esclavage » commet un parricide. Le prophète qui l’a inspiré triomphe grâce à la crédulité d’un peuple abusé par un faux « jugement de Dieu ». Mahomet est une tragédie militante qui dénonce l’instrumentalisation du sentiment religieux mis au service de la volonté de puissance d’un pervers manipulateur. L’Islam auquel Voltaire rendra justice dans d’autres écrits est un paravent commode pour attaquer tous les fanatismes, toutes les folies religieuses. Créée avec succès à Lille en avril 1741, la pièce fut interdite à Paris après trois représentations à la Comédie Française. Des éditions fautives circulèrent dès 1742, c’est pourquoi Voltaire envoya cet exemplaire corrigé à son ami le huguenot César de Missy en vue d’une édition londonienne qui ne se fera pas. Le texte revu par l’auteur paraîtra à Amsterdam en 1743 sous le titre « Le fanatisme, ou Mahomet le prophète », assorti d’une épître dédicatoire à Frédéric II. Goethe en donnera une traduction en 1802.

[Document présenté de septembre à décembre 2011]

Écrit entre les deux guerres du vingtième siècle

Giraudoux, Jean (1882-1944)
La Guerre de Troie n’aura pas lieu
pièce en deux actes. [Paris, Théâtre de l'Athénée, 21 novembre 1935.]
Paris, Bernard Grasset, 1935. In-16.

La Petite Illustration. n° 751.
Théâtre n° 378. 14 décembre 1935.
BnF
département Littérature et art
[8-Yth-41095 et 4-Yth-9370

Au moment de la montée des dictatures fascistes en Europe, Jean Giraudoux, ardent pacifiste, écrit La guerre de Troie n’aura pas lieu, dans laquelle il revisite le mythe antique. La pièce montre combien le dramaturge connaissait l’essence du tragique grec : quoi que l’on fasse, le destin s’accomplit toujours. L’enlèvement d’Hélène n’est que l’instrument de la guerre entre Grecs et Troyens.

L’helléniste Jacqueline de Romilly évoque dans ses souvenirs Giraudoux et La guerre de Troie n’aura pas lieu, avec Louis Jouvet dans le rôle d’Hector, à la création de la pièce en 1935. La rencontre de Jouvet avec l’écrivain a joué un rôle prépondérant dans la carrière littéraire de Giraudoux, qui se tourne à la fin des années vingt vers le théâtre. Il écrira alors les pièces qui ont compté le plus pour sa célébrité.

[Document présenté de mars à juin 2011]

Prospectus de la traduction française du dictionnaire encyclopédique de Chambers

[Prospectus. Paris. Le Breton, André-François. 1745]
À Paris, chez Le Breton petit-fils d’Houry, libraire, imprimeur ordinaire du Roy, rue de la Harpe, au Saint-Esprit. M. DCC. XLV. Avec privilège du Roy. In-fol.
BnF
Littérature et art.
[X-1246

Prospectus annonçant la publication, par l’imprimeur-libraire parisien André-François Le Breton, de la traduction française de Cyclopaedia, or an Universal dictionary of arts and sciences d’Ephraïm Chambers, publié à Londres en 1728. Ce prospectus rarissime, découvert à l’occasion d’un chantier de corrections du catalogue, porte le titre suivant : Encyclopédie, ou Dictionnaire universel des arts et des sciences, et il est daté 1745. On sait que le projet du libraire Le Breton n’aboutit pas et que cette traduction française ne vit jamais le jour.

En revanche l’ouvrage de Chambers devait servir de modèle à une entreprise encore plus ambitieuse : l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, publiée entre 1751 et 1772 par le même Le Breton et ses associés.

[Document présenté de décembre 2010 à mars 2011]

Centenaire de la Loi sur les retraites ouvrières et paysannes

[Loi. 1910-03-31]
Loi sur les retraites ouvrières et paysannes, votée par le Parlement le 31 mars 1910 pour être appliquée en 1911. Avant-propos par Jean Jaurès et Viviani.
Paris, Veuve L. Hayard, 1910. 14 p.
BnF
département Droit, économie, politique.
[8 F Pièce 7066

Promulguée il y a cent ans, le 5 avril 1910, la loi sur les retraites ouvrières et paysannes est l’aboutissement d’un long combat législatif débuté en 1890, et constitue la première législation sur les retraites.
Cette loi divise profondément la gauche, les partisans de Jules Guesde et les syndicalistes révolutionnaires s’opposant au système par capitalisation qu’elle institue et dénoncent « une retraite pour les morts », les pensions complètes n’étant versées qu’aux plus de soixante-cinq ans. Jean Jaurès et les syndicalistes réformistes la soutiennent, soulignant au contraire l’importance de ce premier pas vers l’État-Providence.
L’esprit de la loi de 1910 ne sera bouleversé qu’avec la promulgation des lois sociales à la Libération, lorsqu’un système par répartition se substituera à la capitalisation.

[Document présenté de septembre à décembre 2010]

L’un des plus grands noms de la gastronomie française

Marie-Antoine Carême (1784-1833)
Le pâtissier royal parisien ou Traité élémentaire et pratique de la pâtisserie ancienne et moderne...
Paris, J.-G. Dentu, 1815. 2 vol., ill. ; 21 cm.
BnF
Bibliothèque de l’Arsenal.
[Réserve 8-Z-38014 (1-2)

Après s’être instruit auprès des meilleurs cuisiniers de Paris, Marie-Antoine Carême (1784-1833) fut pendant dix ans le maître de bouche de Talleyrand, avant de passer au service de James de Rothschild. Outre ce Pâtissier royal parisien, il a publié de nombreux ouvrages de cuisine ou de pâtisserie, ainsi que des Projets d’architecture pour les embellissements de Paris. Ses réalisations s’inspirent d’ailleurs des modèles des meilleurs architectes, comme les petits temples en pâte d’amande, les pavillons vénitiens composés de madeleines et de sucres multicolores ou les chaumières turques en nougat qui illustrent cet ouvrage.

[Document présenté de mai à septembre 2010]

Regards sur les fonds littéraires de la Bibliothèque de l’Arsenal

Paul Dunbar
Images de Julien Torma.
[Paris], Cymbalum pataphysicum, 1984. Série sur chromolux vert-clair, exemplaire numéroté 91 sur 344.
BnF
Bibliothèque de l’Arsenal.
[Fol-Z-3497(1)

Ces huit cartes postales dans un étui retracent la trajectoire terrestre de Julien Torma, « le plus grand pataphysicien du XXe siècle ». Chacune des huit cartes porte un titre et représente une partie de son portrait.

Elles font partie des  archives de Jacques Bens (1931-2001), données à la Bibliothèque de l’Arsenal par sa veuve Madeleine Bens en novembre 2004. Dataire au Collège de Pataphysique, Jacques Bens fut également l’un des membres fondateurs de l’Oulipo. Ce fonds  contient des ouvrages imprimés avec envois, des manuscrits autographes, des brouillons, des ébauches, et de très rares documents relatifs à l’Oulipo et à la Pataphysique.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2009]

Au moment où les caractères cyrilliques vont être remplacés par les caractères latins

[Miracles de la Vierge]
Minunile, cele mai pre susŭ de fire ale prea finteĭ Stapâneĭ noastre Năcătoareĭ de Domnezeu, si pururea fecioraeī Marieĭ...
Rîmnik : Dimitrie Popović typogr., 1820 . In-4°.
BnF, département Littérature et art.
[Z-Picot-577

Première édition en roumain des Miracles de la Vierge d’après l’édition grecque de Venise, XVIIe siècle. Dès sa parution, ce texte avait connu plusieurs traductions et circulait dans les Pays Roumains en manuscrit. En caractères cyrilliques, à une époque où le passage à l'écriture en caractères latins était imminent.
Ex-libris manuscrit au titre « Émile Picot », le fondateur de l’enseignement du roumain en France à l’École des langues orientales vivantes de Paris (1875). La collection de ce philologue français,qu’il a léguée à la Bibliothèque nationale, est restée groupée. Elle forme un ensemble d’œuvres linguistiques, littéraires et historiques des pays des Balkans, de l’Europe centrale et orientale. Les livres roumains ou concernant les Roumains occupent une place prépondérante et comprennent un grand nombre d’envois autographes de la part des auteurs ; la vie culturelle, politique, économique et sociale de l’époque est ainsi remarquablement restituée.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2009]

Une référence pour les travaux de chromolithographie

Robert Steinheil
La Reproduction des couleurs par la superposition des trois couleurs simples,... 150 planches en chromo-typographie, donnant près de 15.000 tons groupés en gammes chromatiques rabattues, lavées et grisées
Paris, Berger-Levrault, 1896. In-fol., XII-47 p
BNF, site François Mitterrand
département Sciences et techniques.
[Fol V-3414

Ingénieur associé à la maison Berger-Levrault, Robert Steinheil fournit avec ce livre un système de référence pour le dosage des trois couleurs simples en vue d’obtenir une teinte donnée. Les planches, au nombre de 150, rendent compte de près de 15 000 tons différents.
L’impression en couleurs n’en reste pas moins un subtil savoir-faire : l’auteur précise bien que selon le papier choisi, le résultat obtenu pourra varier. Par ailleurs, les couleurs s'altèrent à la lumière, raison pour laquelle l’ouvrage risque de perdre de sa valeur à l’usage.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2008]

« Nacht und Nebel », le décret du 7 décembre 1941

Affiche du film Nuit et Brouillard d´Alain Resnais

Alain Resnais (né en 1922)
Nuit et brouillard : film de court métrage réalisé par Alain Resnais, texte de Jean Cayrol, dit par Michel Bouquet.
Tapuscrit original [1955], 10 f. ; 26 cm.
BnF, site Richelieu
département des Arts du spectacle.
[MY- 1858

Le film réalisé par Alain Resnais en 1955 traite de la déportation et des camps de concentration nazis, dans le cadre des dispositions « Nuit et brouillard », à l’encontre des opposants et résistants. Le texte était dit par Michel Bouquet. Le tapuscrit montre la version originale du texte, avec corrections, variantes et rajouts par rapport au texte final ; corrections manuscrites de Jean Cayrol, annotations et suggestions d'Alain Resnais au crayon dans les marges, ainsi que d'autres notes d'une troisième main, non clairement identifiée (Chris Marker ?). Inscription autographe Jean Cayrol, en guise de signature, en première page. Prix Jean Vigo 1956.

[Document présenté de mi-décembre 2007 à mi-mars 2008]

Au début du vingtième siècle, une revue à sensation

Couverture de la revue L’Œil de la police

L’Œil de la police. Publication nationale. [25 janv. 1908] [I, no 1]-[...]
Illustrations en couleur.
BNF, site François-Mitterrand
département Droit, économie, politique.
[Jo-30171

Le premier numéro de L’Œil de la police paraît en 1908, alors que le débat sur la peine de mort, dont l’abolition a été proposée par les socialistes et une partie des radicaux alors au pouvoir, fait rage. Populaire et sensationnaliste, la revue présentera à ses lecteurs dans chacune de ses livraisons, jusqu’en 1914, son lot de crimes et de faits divers sanglants, avec force récits et illustrations dont la complaisance laisse peu de doute sur l’opinion des éditeurs. La présence dans les collections de la BnF de tels documents, peu conservés ailleurs et pourtant essentiels à la compréhension d’une époque, témoigne du rôle de la Bibliothèque dans la préservation de la mémoire de la production nationale.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2007]

Chroniques humanistes d’un explorateur et naturaliste

Couverture de L’hippopotame et le philosophe, de Théodore Monod

Théodore Monod
L’hippopotame et le philosophe...
2e éd. augmentée, texte ill. par l’auteur. Paris, R. Julliard, Sequana, 1946.
BNF, site François-Mitterrand, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.
[2002- 81627

Cet ouvrage reprend les textes des 52 chroniques tenues à Radio-Dakar par Théodore Monod, alors directeur de l’IFAN (Institut français d’Afrique noire), entre octobre 1940 et octobre 1941. Avec pédagogie et humanisme, sur des thèmes variés comme la légende de l’Atlantide, les pygmées, les mammifères aquatiques, ou les alphabets africains, il fait passer, dans de petits « essais de vulgarisation (…) pittoresques et honnêtes », un message pacifique et antiraciste. Trois chroniques –  « Les Svastikas africains », « De Jérusalem à Tombouctou » et « Question de vocabulaire » sur la question de race aryenne – ont été censurées par le régime de Vichy dans la 1re édition parue en 1943.

[Document présenté de mi-juin au 2 septembre 2007]

Comment vivait-on à Paris en 1865 ?

Oscar Guerber
Le Passe-partout des chemins de fer français. Indicateur de la marche des trains de voyageurs.
Paris, impr. de Joslain et Terrier, [1865]. In-fol., 7 ff.
BNF, site François-Mitterrand, département Littérature et art.
[V-5520

Établi en 1865 par un ancien contrôleur, ce Passe-partout donne, pour chaque ligne au départ de Paris, les destinations desservies, les horaires de départ, de correspondance et le prix des places. Il nous renseigne également sur l’état du réseau ferré à cette date : après l’inauguration des premières lignes de la région, dans les années 1830-1840 (Paris – Saint-Germain-en-Laye, 1837 ; Paris – Versailles, 1840), celui-ci connaît un essor sans précédent dans les dernières années du règne de Napoléon III. La plupart des grandes lignes actuelles sont alors ouvertes à la circulation, rayonnant en étoile autour de la capitale.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2007]

Une grammaire des couleurs trilingue éditée en 1882 pour les professionnels

Édouard Guichard (1815-1882)
La Grammaire de la couleur, sept cent soixante-cinq planches coloriées reproduisant les principales nuances obtenues par le mélange des couleurs franches entre elles...
Paris, H. Cagnon, 1882. 3 vol. in-8° oblong
BNF, site François-Mitterrand, département Sciences et techniques
[8°-V-5266

Ce nuancier à l’usage des artistes, décorateurs, industriels, étudiants en arts décoratifs se voulait un véritable référentiel : à gauche les couleurs franches (rouge, jaune, bleu, vert, violet, orangé) et les additions éventuelles de blanc ou noir, à droite la nuance obtenue ; un index précise les noms des couleurs et leurs proportions en mesures de capacité.
Un manifeste en faveur de l’art industriel par Édouard Guichard, dessinateur de modèles textiles, président de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, future Union centrale des arts décoratifs, initiateur de la bibliothèque et du musée des arts décoratifs.

[Document présenté de mi-décembre 2006 à mi-mars 2007]

Mendicité et maisons de charité au XVIIe siècle

André Guevarre (1646-1724)
La mendicité abolie dans la ville d’Aix, par l’Hospital general ou maison de charité.
Avec la réponse aux principales objections que l’on peut faire contre cet établissement

A Aix, chez Guillaume Le Grand, entre 1693 et 1700
BNF, site François-Mitterrand, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme
[2002- 64688

Le XVIIe siècle marque l’apparition d’une attitude nouvelle face aux pauvres. C’est le début du Grand renfermement analysé par Michel Foucault. L’idée que des structures organisées pour regrouper et donner du travail aux mendiants doivent se substituer à l’aide privée se généralise même au sein de l’Église. Ainsi le jésuite provençal André Guevarre multiplie-t-il les publications pour inciter les donateurs à financer ces nouveaux établissements au lieu de distribuer des aumônes. Il devient un spécialiste de l’organisation de ces Maisons de Charité aussi bien dans le sud de la France qu’en Italie du Nord.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2006]

Création de musique contemporaine

Iannis Xenakis (1922-2001)
[Mètastassis. orchestre (1953-54)]
Mètastâssis // Metastaseis // Yannis Xenakis 1954. [Musique imprimée]
[ca 1954]
1 partition (12 p.) ; 75 cm
65 exécutants
Appartenait à Louis Saguer
BNF, site Richelieu département de la Musique
Archives Xenakis (dépôt)

Ingénieur de formation, travaillant avec Le Corbusier depuis 1947, Xenakis est vivement encouragé dans sa vocation de compositeur par Olivier Messiaen. En 1953, il entreprend la composition du triptyque des Anastenaria, Procession vers les eaux claires, Le Sacrifice et Metastasis achevé fin 1954. L’œuvre est créée le 15 octobre 1955 au Festival de Donaueschingen sous la direction de Hans Rosbaud. L’élaboration de Metastasis coïncide avec le rejet par Xenakis du système sériel, exprimé dans "La crise de la musique sérielle" : "La polyphonie linéaire se détruit par sa complexité actuelle… Il y contradiction entre le système polyphonique linéaire et le résultat entendu qui est surface, masse" L’orchestre de Metastasis apparaît encore aujourd’hui révolutionnaire. Les cordes toutes solistes se déploient en "nuages de glissandi" très précisément préparés par des schémas géométriques.

[Document présenté de mi-juin à mi-septembre 2006]

Le Code Napoléon en Pologne

Stanisław Lesznowski
Centième anniversaire du Code Napoléon en Pologne, 1er mai 1808-1908
[S. l. ?], [1808-1908 ?]. In-fol.
BNF, site François-Mitterrand, département Droit, économie, politique
FOL. F-320

Entré par don à la Bibliothèque en juillet 1908, ce recueil de journaux polonais accompagné d’une lettre rédigée en français a été adressé au Ministre de la Justice par Stanislaw Lesznowski à l’occasion de la célébration à Varsovie, le 1er mai 1908, du Centenaire de l’introduction du Code Napoléon dans le Duché de Varsovie. Le Duché de Varsovie créé par Napoléon Bonaparte en 1807 et transformé par le Congrès de Vienne en 1815 en Royaume de Pologne est alors sous le contrôle de la Russie.
Stanislaw Lesznowski, journaliste et directeur de la Gazety Warszawskiej (Gazette de Varsovie), a eu un rôle actif dans la presse d’opposition polonaise de cette époque. Il fait état dans cette lettre de l’attachement des juristes, gens de lettres et représentants de diverses institutions sociales polonaises au Code Napoléon.

[Document présenté de mi-mars à mi-juin 2006]

...ou comme Réflexion philosophique

Maurice Merleau-Ponty
Le Visible et l’invisible
Manuscrit autographe, 204 f., 32 x 25 cm
BNF, site Richelieu, département des Manuscrits, division occidentale
NAF 26990, f. 6

Dans cet ultime texte, interrompu par la mort en 1961 et publié à titre posthume en 1964 par Claude Lefort, Merleau-Ponty reprend sa réflexion sur les thèmes principaux de sa philosophie : il y approfondit son travail sur le fondement perceptif de tout jugement et dessine les contours d'une nouvelle ontologie, attentive à l'homme incarné. Les différents états manuscrits de ce vaste projet, parfois intitulé "Être et Monde", parfois "L'origine de la vérité" ou encore "Le labyrinthe de l'ontologie", regroupent un grand nombre de notes préparatoires en plus des quelque deux cents pages abondamment raturées de la rédaction continue ; ils révèlent le mouvement et même le tâtonnement de la pensée, qui se cherche à travers ses hésitations, ses corrections, ses reformulations : comme ici, au premier feuillet de l'ouvrage.

[Document présenté de mi-décembre 2005 à mi-mars 2006]

Un exemplaire d’épreuves d’un grand texte du Siècle de Louis XIV

Jacques-Bénigne Bossuet
Discours sur l’histoire universelle
Paris : Sébastien Mabre-Cramoisy, 1681. In-4°
BNF, site François-Mitterrand, Réserve des livres rares
Rés. m. G. 13

Précepteur du dauphin en 1670, Bossuet conçut un programme complet d’éducation religieuse, intellectuelle, morale et politique. Il souhaitait clore son œuvre de pédagogue par trois livres, dont le Discours sur l’histoire universelle constitue le premier volet. Bossuet y attachait une telle importance qu’il ne cessa d'y travailler, entre l’édition originale de mars 1681 et sa mort en 1704. Datant sans doute de février 1681, cet exemplaire d’épreuves porte les ultimes retouches de l’auteur avant publication. De longues parties manuscrites y apparaissent. Un secrétaire a fait une mise au net qui court sur des feuillets, voire des cahiers entiers. L'écriture de l’auteur est plus rare, ses corrections marginales attestant toutefois du souci minutieux que Bossuet eut de son texte jusqu’au dernier moment.

[Document présenté de mi-septembre à mi-décembre 2005]

jeudi 27 décembre 2012

Partagez