Espace Découverte

Le Trésor du mois

site F.-Mitterrand - Espace Découverte

Un manuscrit sur le tragique de l'histoire contemporaine : La Condition humaine d'André Malraux

André Malraux
La Condition humaine
Manuscrit autographe
Reliure signée Paul Bonet

Bibliothèque nationale de France
Département des Manuscrits
[NAF 16587
Don du général de Gaulle, 1969

Troisième roman d’André Malraux après Les Conquérants et La Voie royale, nourrie comme les précédents de l’expérience de l’écrivain en Indochine, La Condition humaine est publiée en 1933 et reçoit, la même année, le prix Goncourt à  l’unanimité. À trente-deux ans, Malraux est auréolé d’une renommée internationale d’écrivain et homme d’action engagé.

La tentative d’insurrection communiste contre le Kuomintang de Tchang Kaï-chek dans le Shanghai de 1927 et sa répression féroce servent de toile de fond au roman qui porte de façon paroxystique une méditation sur la destinée humaine hantée par l’angoisse de la mort. À la quête de sens, l’action  révolutionnaire, l’héroïsme, la fraternité humaine tentent d’apporter une réponse.

L’œuvre est marquée par une impressionnante galerie de portraits que dominent les deux militants communistes,  Kyo Gisors, le métis franco-japonais, et le russe Katow, Tchen, le terroriste, May, la maîtresse de Kyo, le vieux Gisors, l’intellectuel opiomane auquel fait contrepoint le personnage d’aventurier « farfelu » de Clappique ou encore le banquier Ferral, incarnation du pouvoir de l’argent.

En dépit d’une légende, Malraux n’a pas pris part aux événements, n’ayant fait qu’un court séjour à Hong Kong en 1925 et un autre en Chine continentale en 1931. Pourtant la solidité documentaire du roman est surprenante. Œuvre d’une puissante intensité dramatique, La Condition humaine n’a cessé de fasciner. Tirée à des centaines de milliers d’exemplaires, traduite en vingt langues, elle est un des livres phares du XXe siècle.

Présentation du 22 octobre au 9 décembre 2012

vendredi 19 octobre 2012

Partagez