Événements et culture

Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

Conférence

Centré sur l'apport de l'archéologie française ou d'archéologues français à l'Histoire, ce cycle de conférences envisage de traiter différents aspects de l'archéologie de la Guerre, au sens large (étude d'objets, fouille, archéologie des textes...), dans la lignée d'une série de manifestations faisant écho aux commémorations 1917-1918. Co-organisé par le service Histoire, le département des Monnaies, médailles et antiques et la direction des études de l'Ecole française d'Athènes, l'idée est de montrer à travers l'exposé de travaux récents comment archéologie, matériel archéologique ou épigraphie dialoguent pour créer un discours historique.

Coordination :
Vanessa Desclaux
, chargée de collection du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
Frédérique Duyrat
, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
Tassos Anastasiadis
, directeur des études Grèce moderne et contemporaine, EFA

mercredi 7 février 2018 18h30-20h00

 Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie

Par Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM).

Le débarquement de Normandie a été abondamment étudié par les historiens. Depuis deux décennies, l’archéologie sous-marine contribue également à sa connaissance. Aux premières études menées par des plongeurs de la région de Caen, se sont ajoutées des campagnes menées par des équipes professionnelles américaine, canadienne, britannique puis française. Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), a pour mission l’inventaire des vestiges d’intérêt archéologique ou historique situés dans les eaux sous juridiction française. Depuis 2015, il accompagne la Région Normandie dans un projet qui vise à faire inscrire les plages du Débarquement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Après une première phase de dépouillement des données déjà acquises sur les vestiges maritimes du Débarquement, le DRASSM a débuté en 2017 une campagne d’expertises in situ. La centaine de vestiges aujourd’hui connus montre l’importance de la composante maritime de l’Opération Neptune et la variété des moyens mis en œuvre à cette occasion.

   

jeudi 12 octobre 2017

Écouter la page

Partagez