Événements et culture

TOUS LES SAVOIRS
Anxiétés économiques et sociales, du XVIIIe au XXIe siècle
« La crise à l’œuvre »

Cycle de conférences

Les conséquences économiques, sociales et politiques de la crise de 2008 ont généré incertitudes et anxiétés. La succession ininterrompue de crises depuis 1992 incite à se demander si les experts en comprennent ressorts et portée, comme nous y invite le désarroi de la reine d’Angleterre elle-même : « Pourquoi personne n’a remarqué ce qui se passait ? » La recette populiste consiste alors à opposer élites et « gens ordinaires », savoirs abstraits et « bon sens », cependant que la réponse des « experts » revient à accuser des « modèles » inadaptés ou une « désinvolture » des responsables.
Cependant, une voie alternative reviendrait à interroger d’autres manières de voir la « crise » : qu’elle soit physique, morale ou sociale, elle représente le motif classique autour duquel artistes et savants construisent leurs récits. De surcroît, les crises conduisent à une multitude d’analyses sous les formes les plus diverses : pamphlet, roman, chanson, caricature, pièce de théâtre, peinture… La crise y apparaît comme révélateur social et marqueur temporel, susceptible de distinguer « gagnants » et « perdants » et d’articuler inventions du passé et perspectives d’avenir.
C’est précisément l’idée qui a présidé à la conception de ce cycle de conférences : interroger la crise par les œuvres, – fascinées ou inquiètes – qui s’en saisissent, comme un moyen de sortir la crise de la gangue technique qui la rend inaccessible et de lui restituer sa dimension humaine.

Conçu par Patrice Baubeau, Université Paris Ouest Nanterre La Défense et Martial Poirson, Université Paris 8.

jeudi 20 avril 2017 12h30-14h00

Introduction au Cycle  « La crise à l’œuvre » suivie de Le tableau en crise : désordres monétaires et représentations picturales, XIXe-XXe siècles

Introduction inaugurale du cycle de conférences par Patrice Baubeau, Université Paris Nanterre et Martial Poirson, Université Paris 8, suivie d'une conférence de Sophie Cras, université Paris I Panthéon-Sorbonne.

        

vendredi 21 avril 2017

Écouter la page

Partagez