Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Gérer la BnF de façon éco responsable

Le premier volet de la politique de développement durable de la BnF s'articule autour de 3 séries d'actions visant :

  • à réduire les émissions de gaz à effet de serre en s'appuyant notamment sur les préconisations du bilan carbone réalisé en 2008,
  • à contribuer à la préservation des ressources en eau et de la biodiversité, notamment en économisant la consommation en eau des différents sites (climatisation et sanitaires) et en adoptant un traitement exemplaire de ses espaces verts,
  • à acheter et à consommer de façon écoresponsable grâce à l'inclusion de clauses en faveur du développement durable dans les marchés publics et en pratiquant le tri sélectif et le recyclage de l'ensemble de ses déchets.

Réduire les gaz à effet de serre : les résultats

Bilan 2007 de 25 000 tonnes CO2 eq centré sur trois postes majeurs

Bilan 2007 de 25 000 tonnes CO2 eq centré sur trois postes majeurs

Réalisation du bilan carbone de la BnF avec cofinancement par l’ADEME et mise en place d’un plan d’actions pluriannuel (mars 2008). Ce plan a fait l'objet d'une présentation au personnel de la BnF dans le cadre d'un midi de l'information le 18 avril 2008. Ce bilan carbone comporte 3 postes importants qui représentent environ 90 % des 25 000 tonnes équivalent carbone générées par l’ensemble des activités de la BnF sur ses 8 sites.
Il s’agit pour 31 % de l’énergie (électricité et vapeur), pour 30 % des déplacements de personnes (notamment les déplacements professionnels) et pour 27 % des amortissements (essentiellement la construction des sites François-Mitterrand et Bussy Saint Georges).
Lancement de l’audit énergétique et thermique complet des sites François-Mitterrand (résultats attendus à l’été 2009) et Bussy Saint Georges (résultats janvier 2009), cofinancé par l’ADEME.
Recours aux énergies renouvelables : Inclusion d’une pompe à chaleur pour la production d’eau chaude au restaurant du personnel François-Mitterrand (économie de 2,575 tonnes équivalent carbone par an).
Fluides frigorigènes : Mise en place d’un dispositif de pompage pour éviter la fuite des gaz frigorigènes, qui contribuent à l’effet de serre, lors de la maintenance des installations (gain escompté 291 t eq carbone).
Consommation électrique liée à l’informatique : Mise en place de l’extinction/allumage automatique des 3000 postes informatiques durant la nuit et le week end (engagée à l’automne 2007 / terminée fin 2008) : économie de 1 307 MWh en année pleine.
Consommation électrique liée à l’éclairage : Poursuite de la campagne pluriannuelle de remplacement des sources lumineuses par des modèles consommant moins d’énergie et ayant une durée de vie plus longue (déambulatoires et halls), suppression de l’éclairage de veille dans les magasins (début 2008) : » 400 MWh / annuel économisés. Extinction de nuit de l'éclairage de sécurité ambiance salles de lecture : 120 MWh / annuel économisés.
Consommation électrique liée à la climatisation : test d’un nouveau point d’équilibre température/hygrométrie dans les magasins de collections, en vue d’abaisser la puissance consommée (2nd semestre 2008).

Vélos dans la rue intérieurs du site F.-Mitterrand

Vélos dans la rue intérieurs du site F.-Mitterrand

Transports : L’immense majorité des agents de la BnF utilise les transports en commun pour se rendre sur son lieu de travail, en particulier sur les deux principaux sites (François-Mitterrand et Richelieu). La BnF a œuvre pour faciliter les transports doux, notamment le vélo. La rue intérieure qui traverse la BnF souterrainement a été réaménagée pour accroître le nombre de rateliers permettant le stationnement des vélos.
Déplacements professionnels : La BnF a décidé de se doter d’une salle de visio conférences pour limiter les déplacements mais également pour faciliter les échanges sans augmentation du coût financier et écologique. Des tests ont été pratiqués au cours de l’automne 2008, qui ont confirmé les fondements de ce projet.
La flotte automobile de la BnF a fait l’objet d’un audit, cofinancé par l’ADEME, confié au cabinet SECURITRANS, qui préconise diverses pistes de rationalisation et de réduction du périmètre. La BnF a commencé à se doter de véhicules propres (émissions de CO2 inférieures à 130 gr/km) et à remettre aux Domaines les véhicules les plus anciens et les plus polluants. Cette politique, associée à une rationalisation des usages, a d’ores et déjà permis de réaliser une économie de carburant de près de 20%.
Le bilan carbone a relevé que les déplacements des lecteurs étaient générateurs d’émissions de gaz à effets de serre. Le défi était grand pour la Bibliothèque car sa raison d’être est d’offrir les collections les plus étendues au plus grand nombre. Le développement des services à distance pour les visiteurs et lecteurs, en particulier grâce à la numérisation et l’augmentation du nombre d’ouvrages mis en ligne, permet d’apporter une première réponse en proposant une offre complémentaire à la consultation sur place.

lundi 9 novembre 2009

Partagez