La BnF

Bibliothèque de l'Arsenal

Située dans le quartier de la Bastille, la bibliothèque de l'Arsenal est l'ancienne résidence des grands maîtres de l'artillerie. Le marquis de Paulmy y constitua à partir de 1756 une vaste collection encyclopédique, transformée en bibliothèque publique en 1797.
Elle offre à la consultation plus d’un million de documents : livres, revues, manuscrits, estampes, cartes et plans, musique... Riche de son passé littéraire, elle marque aujourd’hui une prédilection pour la littérature et l’histoire. Elle conserve également des fonds variés, tels les archives de la Bastille, le fonds saint-simonien, le fonds Lambert consacré à Huysmans, la collection du typographe Ladislas Mandel ou encore les archives de Georges Perec et de l’Oulipo.
La Bibliothèque, qui a reçu en 2012 le label « Maison des illustres » est ouverte aux visites. Elle organise de nombreuses conférences, expositions ou concerts en lien avec ses fonds.

Actualités de la Bibliothèque de l'Arsenal

Un nouveau manuscrit autographe de Jean de Tinan à l’Arsenal

 

Jean de Tinan, Un document sur l’impuissance d’aimer, manuscrit autographe [1893-1894]. BnF, Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal a récemment acquis le manuscrit autographe d’Un document sur l’impuissance d’aimer de Jean de Tinan (1874-1898). Ce manuscrit de travail, rédigé entre 1893 et 1894 et abondamment corrigé, est suivi d’une vingtaine de pages de notes. Il comporte un envoi à Marie Lepel-Cointet, cousine de l’auteur.

Le texte, premier roman de Tinan, mais également premier ouvrage publié, préambule en quelque sorte de toute son œuvre, paraît à la Librairie de l’art indépendant en 1894, avec un frontispice de Félicien Rops. Jean-Paul Goujon, biographe de celui qui incarne la littérature de la Belle Époque et le « décadentisme », peint ainsi l’auteur : « sentimental et raisonneur, libertin et romantique, partagé entre sexe et tendresse, recherchant toujours le bonheur et perpétuellement insatisfait » (Plon, 1990, Bartillat, 2016)...

Le manuscrit vient rejoindre celui d’Érythrée, conte antiquisant dans l'esprit de ceux de Louÿs et Régnier, que l’Arsenal avait acquis en 2002. Outre la communauté de génération et d'inspiration, les relations complexes entre Jean de Tinan, Pierre Louÿs et Marie de Régnier renforcent les liens de son œuvre avec les nombreux fonds de l’Arsenal relatifs aux écrivains de ces décennies.
Voir aussi

Portrait de José Maria de Heredia. Paul Chabas, 1895
Autour de José Maria de Heredia et de Marie de Régnier
Un fonds consacré à José Maria de Heredia, Henri et Marie de Régnier, et Pierre Louÿs

« L’image dans le livre » : un nouveau cycle de conférences.

Bibliothèque de l’Arsenal. Le lundi, du 8 janvier au 12 février 2018, de 18h30 à 20h.

 

Psautier latin, dit de saint Louis et de Blanche de Castille. Manuscrit. Vers 1230. BnF, Arsenal.

Un nouveau cycle « Histoire du livre » débute bientôt à l’Arsenal. Ses conférences exploreront la place de l’image dans le livre du IXe au XIXe siècle (entrée libre sur réservation au 01 53 79 49 49 ou à l’adresse visites@bnf.fr).

  • Lundi 8 janvier 2018 : « L’image en débat : l’interdit et son contournement. L'exemple des Carmina figurata du De Laudibus sanctae crucis de Raban Maur au IXe siècle », par Anne Zali.
  • Lundi 15 janvier 2018 : « L’image dans le livre manuscrit médiéval », par Louisa Torres.
  • Lundi 22 janvier 2018 : « L'illustration dans les premiers livres imprimés au XVe et au XVIe siècle », par Louis-Gabriel Bonicoli.
  • Lundi 29 janvier  2018 : « L'illustration dans le livre de botanique au XVIIe et au XVIIIe siècle », par Luc Menapace.
  • Lundi 5 février 2018 : « La révolution de la gravure sur bois debout au XIXe siècle (1830-1870) », par Valérie Sueur-Hermel.
  • Lundi 12 février 2018 : « La photographie dans le livre français au XIXe siècle » par Marie-Claire Saint-Germier.

Un « livre-palimpseste » de Jean-Marc Scanreigh à la bibliothèque de l’Arsenal

 

J.-M. Scanreigh. Carnet de travail. 2012 sur : Aristote, In octo libros Aristotelis de Physico auditu disputationes. Copie manuscrite. 1660

La bibliothèque vient d’acquérir un livre d’artiste de Jean-Marc Scanreigh, dont elle possédait déjà plusieurs ouvrages, notamment issus de collaborations avec l’oulipien Jacques Jouet. Pour le moins iconoclaste, cet objet risque de heurter les plus fervents défenseurs du livre. L’artiste s’est en effet emparé d’une copie anonyme, exécutée en 1660, de la Physique d’Aristote (In octo libros Aristotelis de Physico auditu disputationes), qu’il a méticuleusement recouverte -reliure comprise- de 289 dessins à la sanguine, au fusain, à l'encre et au crayon de couleur.

Scanreigh présente sa démarche sur son blog, dans un article consacré à ses carnets de travail : «  j’ai de nouveaux fournisseurs, les bouquinistes ! (…) ces boutiques sont faites pour la chasse aux trésors …amoncellements, empilements, recoins inaccessibles dont le maître des lieux extrait les objets reliés qui font le délice de mes rêveries graphiques. Je les obtiens pour presque rien, contre un livre d’artiste, un ouvrage de bibliophilie ou un dessin. Ce que je qualifie de “carnets” sont en fait d’étranges reliques, ce sont des recueils de poésie, des livres de dédicaces, des carnets de comptes, des partitions de musique, des cahiers d’école, presque toujours inachevés, un mélange de pages couvertes d’écritures anciennes et de pages vierges. L’inachèvement les a sans doute sauvés de la destruction. Ils sont souvent solidement reliés et leurs calligraphies anciennes sont émouvantes. Cela ne m’empêche pas d’être sans pitié pour elles, de tout recouvrir d’un impérialisme scriptural sans aucun scrupule ou presque. Pour cela, j’utilise tout ce qui trace, cache, coule (…) ».

L’objet, par-delà sa valeur artistique et le choc qu’il provoque - citons tout de même pour rappel le Règlement de la Bibliothèque nationale de France : « lors de la consultation des documents, il est interdit de les annoter ou les surligner » -, intéresse la bibliothèque de l’Arsenal pour les questions qu’il soulève quant à la notion de livre d’artiste. Quand le carnet de travail gagne-t-il son statut d’œuvre achevée, d’objet digne de collection (on sait que Scanreigh a fait don de 182 de ses carnets au fonds Michel Chomarat de la Bibliothèque municipale de Lyon) ? Quelle forme de dialogue s’instaure ici entre l’auteur du texte, le copiste et l’artiste, qui évoque ces « vieux carnets habités avec qui s’instaure presque avec obstination le dialogue de nos vivifiantes chimères ». Certains dessins s’insinuent entre les lettres et les lignes tandis que d’autres les occultent entièrement. Quel jeu s’élabore ici entre image et texte, entre tracé du dessin et tracé de la lettre ? Quel sens, enfin, prend pour Scanreigh ce geste que certains jugeront « sacrilège » envers le manuscrit et l’objet-livre… ?

Restauration du catalogue du marquis de Paulmy

Atelier de restauration de la bibliothèque de l’Arsenal

 

Plat supérieur du manuscrit Ms. 6287 pendant et après restauration. BnF, Arsenal

« Catalogue raisonné d'une grande bibliothèque », tel est le titre que le marquis de Paulmy a donné aux 24 volumes manuscrits dans lesquels il s'est attaché à décrire et commenter les ouvrages de sa riche collection. Accompagné de tables et organisé selon les cinq catégories de la classification des libraires de Paris (théologie, belles-lettres, histoire, jurisprudence et sciences et arts), ce catalogue, bien qu'il ne décrive pas l'intégralité de la collection du bibliophile, est une source précieuse pour l'histoire de la bibliothèque de l'Arsenal. Fréquemment consulté par les générations successives de bibliothécaires et par les chercheurs, sa restauration s'imposait.

La reliure de ces volumes évoque celle des registres d’archives : façonnage simple, pas de tranchefile, dos brisé, couvrure en pleine peau mégissée (peau retournée) teintée en vert et sans décor. Le corps d’ouvrage rassemble des liasses de papier chiffon de différents moulins qui n’ont pas été ébarbés. La reliure joue pleinement son rôle protecteur : pour un document intensément consulté, le corps d’ouvrage est en bon état, seuls quelques feuillets sont déchirés. La reliure en revanche est dégradée : le cuir des coins et des coupes, usé, laisse à nu le carton qui est émoussé et lacunaire. Les mors fendus ont fragilisé l’articulation du plat supérieur jusqu’à la rupture des attaches. La couvrure du dos a disparu.

L’objectif de la restauration est de retrouver la fonction d’usage de la reliure tout en respectant son intérêt patrimonial. Après un dépoussiérage soigneux de l’ensemble du volume, les déchirures sont restaurées au papier japonais fin et teinté. Les cartons sont renforcés et comblés dans l’épaisseur avec un linter de coton. Le plat supérieur est refixé au corps d’ouvrage. Une peau retournée neuve et parée est insérée au niveau des parties lacunaires du cuir ancien. Un demi-cuir neuf est posé. Les parties anciennes sont réincrustées sur le cuir neuf. Les collages sont réalisés à l’amidon de riz et la peau retournée neuve est mise au ton avec des pigments posés à l’estompe.

Cette restauration du volume le plus dégradé de la série, qui a nécessité 70 heures de travail, a permis de mettre en place le protocole de restauration des autres volumes.
Voir aussi

Antoine-René de Voyer d'Argenson, marquis de Paulmy, XVIIIe siècle
La bibliothèque du marquis de Paulmy
La collection du fondateur de la Bibliothèque de l'Arsenal

La littérature de jeunesse à l'époque romantique : une littérature européenne ?

Journée d’étude et concert. Bibliothèque de l’Arsenal. Le vendredi 26 janvier 2018, de 9h à 20h

 

Hippolyte Masson, Marie Mennessier-Nodier. Portrait à l'aquarelle. 1839. BnF, Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal et l’Université de Bourgogne organisent une journée d’étude consacrée à la littérature de jeunesse à l’époque romantique. Les communications aborderont les thèmes suivants :
  • Des Lumières vers le romantisme
  • Grimm en France
  • Femmes auteures
  • Publier la littérature de jeunesse
Un concert sera donné en clôture de cette journée. Des mélodies romantiques de Marie Nodier seront interprétées par Catie Evezard (piano) et Caroline Michel (mezzo-soprano) dans le lieu même où elles virent le jour.

Inscription indispensable auprès de visites@bnf.fr ou au 01 53 79 49 49.
Voir aussi

Portrait de Charles Nodier, d'après Charles Franque, XIXe-XXe siècle. Copie par Tony Robert-Fleury.
Fonds Charles Nodier
Fonds consacré à Charles Nodier, guide de la première génération romantique et bibliothécaire à l'Arsenal

Un nouvel ouvrage des Cent Une offert à l'Arsenal

 

G. Manset, La Maison du Lys de France, ill. par F. Schuiten, Les Cent Une, 2017, BnF, Arsenal

Les Cent Une se réunissent tous les deux ans à la Bibliothèque de l’Arsenal pour saluer la publication d’un texte inédit illustré par un artiste contemporain. Cette année, c’est un texte de l’écrivain, chanteur et parolier Gérard Manset, La Maison du Lys de France, qu’elles ont choisi d’éditer et qu’elles offrent à la Bibliothèque. L’ouvrage est illustré par François Schuitten.

Les Cent Une, l’une des plus anciennes associations de bibliophilie de France, est la seule qui soit exclusivement féminine. Sa création par la Princesse Schakhowskoy date de 1926 :
« Au cours d’un dîner où l’on vantait les mérites de la société de bibliophilie Les Cent, la princesse s’interrogea : - Il n’y a pas de dames ? Le regard de son interlocuteur en disait long sur son opinion sur l’intelligence des femmes. Un peu froissée, la princesse déclara qu’elle fonderait une société de femmes bibliophiles. Le monsieur répondit qu’il doutait qu’elle trouvât beaucoup de femmes intéressées par les beaux livres. - J’en trouverai non cent mais cent une lança la princesse et elle le fit ».

Un livre qui cachait bien son jeu...

Une carte à jouer révolutionnaire oubliée dans l’ouvrage qu’elle décrivait.

 

 Carte à jouer bibliographique, BnF, Arsenal

L’idée d’utiliser les versos blancs des cartes à jouer pour décrire les livres d’une bibliothèque et constituer un catalogue sur fiche de ses collections semble être née à la Bibliothèque Mazarine au milieu du XVIIIe siècle. Elle fut reprise quelques décennies plus tard dans les instructions de la Commission des Quatre-Nations pour la rédaction des catalogues des livres saisis à la Révolution dans les bibliothèques d’émigrés ou d’établissements religieux et rassemblés dans les dépôts littéraires. C’est ainsi que la Bibliothèque de l’Arsenal conserve, parmi les archives des dépôts littéraires de Paris, quelques milliers de cartes à jouer anciennes au dos desquelles figurent la localisation de l’ouvrage dans le dépôt, et tous les détails nécessaires à son identification bibliographique : titre, lieu d’impression, nom de l’imprimeur-libraire, date de publication, format, type de reliure.

À l’Arsenal, l’usage en fut poursuivi au début du XIXe siècle par les bibliothécaires engagés dans le classement des fonds et la rédaction du catalogue de la bibliothèque. Et c’est ainsi qu’au hasard d’une séance de récolement, on trouve parfois, oubliée dans un livre, la carte qui lui correspond ! Il s’agit ici de l’ouvrage intitulé Notitia episcopatuum orbis christiani ... (Antverpiae : apud viduam et filios J. Moretti, 1613), conservé dans une reliure de veau marbré aux armes et au chiffre d'Henri-Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force (cote 8-H-422). La carte qu’il contient a de plus la particularité d’être issue d’un jeu de l’époque révolutionnaire, où les figures royales furent remplacées par des figures républicaines, mythologiques ou de l’Antiquité romaine (ici le philosophe Caton l’Ancien à la place du Roi de carreau).

Pour éviter qu’un jour elle ne s’égare, la carte sera montée dans l’ouvrage qu’elle n’a pas quitté depuis deux siècles.

Pour aller plus loin :

  • Patrick LATOUR, « La fiche au service du catalogue alphabétique : les innovations des Desmarais au collège des Quatre-Nations (vers 1740) », dans : De l’argile au nuage, une archéologie des catalogues (IIe millénaire av. J.-C. – XXIe siècle), Paris : Bibliothèque Mazarine, Bibliothèque de Genève, éditions des Cendres, 2015, p. 317-322.
  • Jean-Baptiste MASSIEU, Instruction pour procéder à la confection du catalogue de chacune des bibliothèques sur lesquelles les directoires ont dû ou doivent incessamment apposer les scellés, Paris : Imprimerie nationale, 1791. Consultable en ligne dans Gallica)

Et aussi :

  • Claire Bustarret, « La carte à jouer, support d’écriture au XVIIIe siècle », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 07 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2255 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2255
  • Pierre Riberette, « De la Commission des monuments au conseil de conservation », Histoire des bibliothèques françaises : les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle : 1789-1914, Paris, Promodis, Éd. du Cercle de la librairie, 1991, p. 29-41.
  • Jean-Pierre Seguin, Le jeu de cartes, Paris, Hermann, 1968.

Séminaire d’Études saint-simoniennes

H. Ravergie, A. Labille-Guyard, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, XIXe s., Arsenal

H. Ravergie, A. Labille-Guyard, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, XIXe s., Arsenal

La Bibliothèque de l’Arsenal, qui conserve les archives du mouvement saint-simonien (fonds Enfantin), accueille un séminaire de recherche annuel, qui se tient une fois par mois de 15h à 17h (ouvert à tous ; inscription auprès de la société des Études saint-simoniennes).
Séances à venir :
  • Vendredi 12 janvier 2018
  • Vendredi 6 avril 2018
  • Vendredi 25 mai 2018
  • Vendredi 8 juin 2018

Voir aussi

Le portail Métiers du livre

Un portail thématique de la BnF

Portail Métiers du livre, BnF, Arsenal

Portail Métiers du livre, BnF, Arsenal

La BnF a ouvert en 2015 un portail consacré aux métiers du livre. Celui-ci propose des informations pratiques et juridiques (annuaires professionnels, chiffres clefs, etc.), sur la formation et la recherche, les politiques du livre, la bibliophilie et le livre d’artiste, ainsi que sur les principaux événements concernant les métiers du livre (débats, salons, expositions) en France et au-delà.

Le portail relaie l’ensemble des annonces disponibles sur les sites des très nombreux acteurs, publics ou non, intervenant dans ce domaine. D’autres pages sont spécifiquement destinées aux métiers : écrivains, traducteurs, illustrateurs, graphistes, papetiers/imprimeurs, typographes/calligraphes, relieurs/restaurateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires/documentalistes.

La Bibliothèque de l’Arsenal s’appuie sur ses collections patrimoniales en matière d'histoire du livre (reliure, typographie, livres d’artistes, etc.) pour s’affirmer comme un lieu privilégié de découverte, de promotion des métiers du livre et d’échanges entre les professionnels du livre et le public le plus large. Elle propose un centre de ressources sur les métiers du livre en accès libre, ainsi que des manifestations dédiées au livre et à ses acteurs.
Consulter

Visuel portail Métiers du Livre Portail Métiers du Livre
Sélection de sites web, d'informations et de ressources sur les métiers du livre : événements, formations, politiques du livre, bibliophilie, etc.

vendredi 22 décembre 2017

Écouter la page

Voir

  • Visuel portail Métiers du Livre Portail Métiers du Livre
    Sélection de sites web, d'informations et de ressources sur les métiers du livre : événements, formations, politiques du livre, bibliophilie, etc.

Contact

Olivier Bosc
Directeur
Secrétariat : 01 53 79 39 02
Télécopie : 01 53 79 39 03
Courriel : arsenal@bnf.fr

Pour une recherche bibliographique, posez une question à SINDBAD, le service de réponses à distance de la BnF :
Courriel : arsenal@bnf.fr
Poser votre question à SINDBAD

Partagez