Pour les professionnels

La conservation à la BnF : politique, laboratoire, sites

Au fil de son histoire, la Bibliothèque nationale de France a développé des techniques appropriées à sa mission de conservation. Aux activités de conservation curative traditionnelle et à la reliure, sont venues s’ajouter des activités nouvelles : la prévention et la préservation, la formation et la sensibilisation des personnels, la numérisation, la recherche et la veille technologique.
Son laboratoire permet une véritable approche scientifique grâce au développement des méthodes d’analyse des matériaux, de leurs conditions de vieillissement et de dégradation.
Les activités se répartissent sur quatre sites distincts coordonnés au sein du département de la Conservation par un service central basé sur le site François-Mitterrand.

La politique de conservation à la BnF : le transfert de support

Transfert sur microfilm

Transfert de support

Le transfert de support regroupe les techniques basées sur la reproduction du contenu de l’information recelée par le document sur un support plus pérenne, afin d’éviter d’avoir à réparer physiquement le document original pour assurer sa conservation. Ce support peut être un film argentique ou (presque toujours désormais) un fichier numérique.

Pendant plus de 30 ans, la BnF a basé sa politique de sauvegarde sur la microreproduction sur support argentique (microfilms et microfiches) pendant longtemps la seule technique de transfert de support disponible; elle a posé comme principe que tout document reproduit n’était plus ensuite consultable que sur microfilm ou microfiches, sauf rares exceptions. Cette politique a rendu à nouveau possible l’accès au contenu de centaines de milliers de documents impropres à la consultation et trop coûteux à restaurer du fait de leur papier fragilisé par l’acide.

Ces techniques sont maintenant presque complètement remplacées par la numérisation qui permet une communication plus aisée, notamment à distance. La numérisation connaît un développement exponentiel (Gallica, Europeana…) grâce à de très importants marchés externes qui permet la mise en valeur des fonds conjuguée à un effet de sauvegarde, grâce à un archivage sécurisé des données. Des programmes de numérisation internes des documents incommunicables et très précieux se poursuivent parallèlement.

mercredi 10 août 2016

Partagez