• Brèves de la BnF /
  • Département des Manuscrits

Le livre de Tobit - colloque

8 et 9 décembre à la New York University d'Abu Dhabi
Bible. A.T. Apocryphes. Tobie-Judith-Antiochos (persan) ‫ קובץ חבורים בפרסית - BnF

Giovanni Batista Vecchietti (1552-1618) érudit florentin fut un infatigable voyageur en Orient. Il fut l’un des tous premiers européens à apprendre la langue persane. Il fut chargé par le Pape Grégoire XIII de rapporter d’Orient des manuscrits comportant des textes rares pour que a stamperia orientale de Médicis , première maison d’édition à éditer des textes hébreux et arabes, puisse éditer une bible en de multiples langues.

C’est ainsi que Vecchietti rapporta en 1601, de l’un de ses voyages à Lâr dans le sud ouest de l’Iran, un manuscrit dans lequel il fit copier la traduction en judéo-persan, langue des Juifs d’Iran, le livre biblique de Tobit. Quelques années plus tard, en 1605, lors d’un voyage en Inde, à Agra, il fit copier le livre des Proverbes également en judéo-persan, mais en caractères arabes. Ces deux manuscrits contiennent des textes rares préservés par la communauté juive d’Iran dont l’origine remonte au règne de Cyrus II (6e siècle avant notre ère). Le livre de Tobit en particulier est l’unique version en judéo-persan connue.

 

Les 8 et 9 décembre prochains, le Tobit Symposium, colloque autour du livre de Tobit, coorganisé par la New York University d’Abu Dhabi et la BnF, revient sur cet ouvrage unique. Laurent Héricher, conservateur et chef du service des manuscrits orientaux, y intervient aux côtés de Mahnaz Yousefzadeh, professeur à la New York University d’Abu Dhabi.

 

Les deux manuscrits rapportés par G.B. Vecchietti sont quant à eux exposés au Louvre Abu Dhabi dans la galerie 4 consacrée aux religions du livre, du 19 octobre 2021 au 19 février 2022.

 

 

 

Publié le

Voir aussi