• Département Littérature et art

Saison croisée France-Portugal 2022

De mi-février à octobre 2022
Portugal de Marcel Monmarché - BnF

S’ouvrant en février 2022, cette saison culturelle, organisée conjointement par la France et le Portugal, est  l’occasion de rappeler les nombreux allers et retours littéraires et artistiques entre ces deux  pays.

Dès la fin du XIXe siècle, José Maria Eça de Queirós, consul du Portugal en France de 1888 à sa mort en 1900 à Neuilly-sur-Seine, s’inspire de son expérience parisienne pour l’intrigue de  202, Champs-Élysées. Son contemporain António Nobre (1867-1900) s’installe dans la capitale en 1891, où il puisera son inspiration poétique décadente, en fréquentant la bohème montmartroise.

En 1912, l’écrivain Mário de Sá-Carneiro (1890-1916), épris de modernité, détaillera son existence parisienne dans sa correspondance avec son ami Fernando Pessoa. Egalement attirés par l’effervescente atmosphère artistique,  les peintres Amadeu de Sousa Cardoso (1887-1918), puis Maria Helena Vieira da Silva (1908-1992) élisent domicile  à Paris.

Au XXe siècle, la dictature de Salazar, conjuguée aux difficultés économiques et aux guerres coloniales poussent de nombreux Portugais à émigrer. Parmi eux, l’écrivain et homme politique Manuel Alegre (né en 1936), Joaquim Vital (1948-2010), dont le nom reste associé à la fondation des éditions de la Différence, le journaliste et écrivain Manuel Sousa Fonseca (né en 1951), ou encore José Gil (né en 1939), spécialiste de l’œuvre de Pessoa.

De nos jours, certains écrivains luso-descendants interrogent dans leur œuvre le rapport à l’identité portugaise : ainsi Brigitte Paulino-Neto et Carlos Batista, également  traducteur d’António Lobo Antunes en français, ou encore l’auteur de bandes dessinées Cyril Pedrosa. Alice Machado, écrivaine portugaise vivant en France depuis plus de trente ans, se considère quant à elle « fille des deux pays ». D’autres écrivains lusitaniens font de la France un sujet d’inspiration dans leur œuvre contemporaine : H.G. Cancela s’intéresse à Mai 68, Isabel Rio Novo à l’impressionnisme, et José Luis Peixoto à l’arrivée des exilés portugais en France.
Autant de déclinaisons d’un bilinguisme fertile.

 

En savoir plus sur la saison France-Portugal

 

Publié le

Voir aussi