La Bibliothèque de l’Arsenal, avec la rue de Sully, la place du Père Teilhard de Chardin et le projet Mixité boulevard Morland -  - ©Thierry Ardouin/Tendance Floue - BnF
Terminé

Journées européennes du patrimoine - Arsenal

10 h - 19 h (Découverte du site en visite guidée uniquement)
La Bibliothèque de l’Arsenal, avec la rue de Sully, la place du Père Teilhard de Chardin et le projet Mixité boulevard Morland - - ©Thierry Ardouin/Tendance Floue - BnF

Cette année, grâce au thème « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! », les Journées européennes du patrimoine illustrent tout le potentiel que recèle le patrimoine en tant qu’outil d’apprentissage et source d’inspiration pour l’avenir. À la bibliothèque de l’Arsenal, découvrez notamment les coulisses des ateliers de restauration des documents…

En savoir plus sur les journées du patrimoine sur le site du Ministère de la culture

© Jérémie Fischer / Ministère de la culture


La bibliothèque de l’Arsenal est, avec François-Mitterrand, Richelieu et l’Opéra, un des quatre sites parisiens de la Bibliothèque nationale de France. Ce bâtiment historique est l’ancienne résidence des grands maîtres de l’artillerie. Antoine-René d’Argenson, marquis de Paulmy, s’y installe au milieu du XVIIIe siècle et y rassemble une vaste collection encyclopédique de livres, de manuscrits et d’estampes ouverte aux savants et gens de lettres. Ce fonds, notablement enrichi par les confiscations révolutionnaires, n’a cessé de s’accroître jusqu’à nous.

Parcours de visite

Le Hall d’honneur

Le lecteur entame son parcours sous les bustes de figures tutélaires du lieu : le marquis de Paulmy (reconnaissable au cordon de l’ordre du Saint-Esprit), et Bailly, maire de Paris sous la Révolution. Les deux autres personnages sont Adolphe Guéroult et Charles Lambert, deux figures du saint-simonisme, important mouvement pré-socialiste et industrialiste, dont les archives se trouvent à la bibliothèque de l’Arsenal. La plaque dans l’escalier commémore l’ouverture de la bibliothèque au public le 9 floréal an V (28 avril 1797). Sur le palier, les bustes d’Henri IV (par Flatters) et de Sully (par Allier) accueillent le visiteur.
 

Hall d’accueil © David Paul Carr / BnF

L’appartement de la Meilleraye et le Cabinet des femmes fortes

Un remarquable appartement peint du XVIIe siècle au cœur du Marais. Cousin du cardinal de Richelieu, Charles de La Porte, marquis de La Meilleraye, est nommé grand maître de l’artillerie en 1634. Il épouse en 1637 Marie de Cossé-Brissac, pour laquelle il fait décorer entre 1645-1647 un appartement en encorbellement sur le vieux mur d’enceinte de Charles V. Ses décors sont  déplacés et remontés en 1864 dans le pavillon construit par Labrouste.

La salle de lecture

Aménagé sous le Second Empire, cet espace comprend la salle des catalogues et le centre de ressources des métiers du livre, l’espace de renseignement bibliographique et la salle de lecture d’une capacité de 50 places environ. Il accueille tout au long de l’année lecteurs, chercheurs et curieux, dans un décor inchangé, où les boutons de porte sont encore au chiffre de Napoléon III.
 

Salle de lecture © Éric Sempé / BnF

Le salon genlis

L’extension, édifiée au XVIIIe siècle, est commandée à l’architecte Germain Boffrand par le duc du Maine, fils légitimé de Louis XIV et de la marquise de Montespan. Il s’agit d’aménager son logement alors qu’il vient d’être nommé grand maître de l’artillerie en 1694. Le projet, trop coûteux, reste inachevé pendant plusieurs années et il revient à l’architecte Antoine-Nicolas Dauphin d’en terminer l’aménagement dans les années 1750. Madame de Genlis, écrivain, proche de la famille d’Orléans, préceptrice de Louis-Philippe,y habita entre 1802 et 1811.

Suite des bureaux de la direction

Les bureaux contiennent quelques éléments mobiliers ayant appartenu au marquis de Paulmy.

L’antichambre du salon de musique

L’antichambre abrite un cabinet en laque du Japon de la fin du XVIIe siècle et deux trompe-l’œil sur le thème des beaux-arts.

Le salon de musique

Un décor rocaille du XVIIIe siècle unique en France. Ce salon conserve un ensemble de lambris d’une qualité exceptionnelle. Le décor de trophées en bois sculpté, délaissant le registre guerrier, montre diverses activités champêtres : la moisson, la vendange, la pêche, le jardinage…
 

Salon de musique © David Paul Carr / BnF

petit et grand salons Sully 

Cette partie du bâtiment fut construite pour Sully, principal ministre et conseiller du roi Henri IV, devenu en 1599 grand maître de l’artillerie. 

Le grand salon Sully

Il s’agit de l’ancienne chambre à coucher de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre et conseiller du roi Henri IV, devenu en 1599 grand-maître de l’artillerie, qui fit construire le bâtiment.

La salle à manger Nodier

La pièce doit son nom à l’écrivain et bibliophile Charles Nodier, qui occupait le logement en tant que bibliothécaire en chef de 1824 à 1844. Son portrait par Tony Robert-Fleury y est présenté. En lien avec cet important animateur du Cénacle romantique, l’Arsenal bénéficie du label « Maison des Illustres » depuis 2012. 

La salle du plan

Au mur, un plan daté de 1756. La physionomie du quartier s’y dévoile : la forteresse de la Bastille, l’île Louviers rattachée à la rive droite de la Seine vers 1840, mais aussi les bâtiments de la cour du grand maître de l’artillerie où figure celui qui subsiste aujourd’hui. On y retrouve des noms de rues encore actuels comme Petit-Musc ou Cerisaie. En face, le tableau La Vierge du Mont-Carmel, à l’origine placé dans la chapelle de l’Arsenal aujourd’hui disparue.

Informations pratiques

tarifs et conditions d’accès
 

Entrée gratuite – Masque obligatoire à partir de 11 ans

Découverte du site en visite guidée uniquement, sous la conduite des personnels de la bibliothèque de l’Arsenal

Date et Horaires

dimanche 20 septembre 2020
Visites guidées de 10h à 12h et à partir de 14h

Accès

Bibliothèque de l’Arsenal
Accès par la place du Père-Teilhard-de-Chardin, 75004 Paris