Edouard Elias - La Justice dans la pierre, la justice dans la chair

Territoire : France métropolitaine
Chaque époque et chaque civilisation a rendu justice dans des lieux précis. Par un portrait de la justice en France, des femmes et des hommes qui la composent et des espaces au sein desquels ils exercent, Edouard Elias met en lumière le lien intime entre ceux qui exercent, les lieux où la justice est rendue et le contenu des décisions.
 
©Helen Pambrun
Né en 1991 à Nîmes, Edouard Elias est un photojournaliste qui témoigne des crises sociales et humanitaires à travers le monde – guerres, exodes, répression, pauvreté. Ce devoir de voir devient un devoir de mémoire.
 Sa photographie évolue, au départ concentrée sur une pratique « news » lors du conflit syrien où il a suivi les différentes offensives rebelles sur le front opposées à l’armée de Bachar El Assad. Capturé par l’Etat Islamique pendant son quatrième reportage, il sera retenu 11 mois en otage.
Son approche se dirige ensuite vers une méthodologie plus lente, où l’intimité avec son sujet créée une pratique immersive de la photographie, au plus proche de son sujet afin de ne pas témoigner seulement d’un contexte mais d’émotions. Depuis, il réalise un travail en immersion avec la Legion Etrangère en opération, un reportage au Congo avec le docteur Mukwege, prix Nobel de la paix 2018 et embarque sur l’Aquarius pour photographier des sauvetages de réfugiés en mer Méditerranée. TIME Magazine publiera ses images en Irak ou Le Monde l’enverra au Tchad & Cameroun autour du conflit contre Boko Haram. Entre 2017 et 2018, le conflit du Dombass, des deux côtés. Ce dernier travail rentrera dans les collections du Musée des armées des Invalides, à Paris.
Edouard Elias a reçu pour son travail le Prix visa d’or Remi Ochlik à Visa pour l’Image, le prix Sergent Vermeille, a été reçu au World Press Photo Masterclass et sélectionné trois fois au prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre.