Julie Balagué - Cette société d’enfants

Territoires : France métropolitaine
Julia Balagué s’intéresse aux jeunes, victimes de cyber harcèlement au cours de ces deux dernières années afin de comprendre les mécanismes et les conséquences de ce phénomène que la crise sanitaire a exacerbé.
 
Julie Balagué, née en 1986, est une photographe diplômée de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière.
 Elle entreprend une double carrière. D’une part elle collabore régulièrement avec la presse nationale (Le Monde, L’Obs, Libération, Les Jours…), d’autre part elle développe des projets plus personnels.
Féministe engagée, elle ponctue son parcours de différents projets intimes sur la féminité (Moi(s), série sur les menstruations) et la maternité (Mater, série sur l’accouchement). Petit à petit sa pratique s’émancipe du genre documentaire. En 2015, elle découvre les zones pavillonnaires Levitt. C’est ainsi qu’elle développe son goût pour l’urbanisme, qui donne naissance à la série Pursuit of happiness (Présentée aux Rencontres d’Arles en 2017 dans l’exposition collective, Levitt France). Puis, en 2017, soutenue par la Commande des Regards du Grand Paris (Ateliers Médicis et CNAP) elle réalise la série Utopie/Maladrerie construite en collaboration avec les habitants du quartier de la Maladrerie à Aubervilliers. A cette occasion, elle s’initie à la sculpture, intégrant le geste manuel à sa pratique photographique
Dès ses premières séries, ses images se fondent sur de longs entretiens préparatoires avec les personnes qu’elle interroge. L’image devient donc indissociable de l’écrit ou du son. Sa pratique, bien que proche du documentaire, tente de questionner l’objectivité supposée de la photographie ainsi que sa capacité à documenter le réel. Ces dernières années, elle concentre ses recherches sur les matières et les formes photographiques (sculpture, découpage, pliage…). Ses images prennent du volume, engagent le corps du spectateur, et explore les limites de la représentation photographique.