Rapport d'activité 2018 - Les acquisitions, les dons et les échanges

La BnF conduit une politique active d’acquisition et d’enrichissement de ses fonds par des dons, legs et mécénats. Dans sa politique d’acquisition, on distingue les acquisitions courantes et les acquisitions patrimoniales, toutes deux réalisées sur la base d’une Charte documentaire d’enrichissement des collections actualisée en 2015.

 

Cf. Rapport annexé sur les acquisitions patrimoniales remarquables

Les ressources papier

59 500 monographies au format papier sont entrées dans les collections en 2018 par achat, don ou échange. Le nombre d’entrées de monographies est en hausse de 17% par rapport à 2017. Cette augmentation importante - proche des chiffres de 2015 (60 921) s’explique notamment par la constitution des collections de la salle ovale.

Les acquisitions constituent, après le dépôt légal, le principal mode d’entrée de monographies imprimées. En 2018, 49 995 monographies imprimées ont été reçues soit une hausse de 17%. Les départements spécialisés et notamment la bibliothèque de l’Arsenal et surtout la salle ovale de Richelieu contribuent fortement à cette augmentation d’acquisitions. Ces acquisitions de monographies imprimées se répartissent à 81% pour le site François-Mitterrand et 19% pour les autres sites. Pour François-Mitterrand, 54% sont destinées à enrichir les collections patrimoniales en magasins, 25% au libre-accès du Haut-de-jardin et 21% au libre-accès du Rez-de-Jardin. S’ajoutent à ces imprimés, l’acquisition de plus de 2 000 monographies numériques.

Le nombre d’entrées de monographies par don est en hausse, en raison de la progression des entrées à l’Arsenal (+50%, dont le fonds du poète Serge Sautreau) et à la Maison Jean Vilar (1 123 dons de monographies contre 91 en 2017). La BnF pratique des échanges avec environ 250 bibliothèques partenaires, situées dans une soixantaine de pays, surtout en Europe centrale et orientale.

Afin de garantir la fraîcheur et l’attractivité des collections proposées en libre-accès, des opérations de désherbage sont régulièrement menées. En 2018, les volumes concernés par le désherbage sont en hausse de 28% par rapport à 2017. 12 675 monographies ont été retirées du Haut-de-jardin et 5 316 du Rez-de-jardin. Sur le total des documents retirés, 70% ont été mis au pilon, 5% ont fait l’objet de dons sortants et 25% ont été réorientés vers les magasins.

 

Tableau – Monographies entrées par achats, dons, échanges

Les périodiques

Le nombre d’abonnements imprimés est stable par rapport à 2017. Cette stabilité fait suite à une baisse de 9% entre 2016 et 2017 qui correspondaient à un rééquilibrage des collections sur des critères de coûts, de dédoublonnage entre Haut et Rez-de-jardin et de passage au numérique seul pour certains titres. La plus grande part des abonnements payants reçus en 2018 a été orientée vers le site François-Mitterrand (85%), en majorité vers les magasins. La part mise à disposition en libre-accès en Haut-de-jardin (25%) et en Rez-de-jardin (21%) est sensiblement équivalente.

La salle B pour les collections de presse offre notamment l’accès à 371 abonnements de presse politique et générale : tous les quotidiens français, la plupart des quotidiens régionaux, de nombreux quotidiens étrangers et titres de presse magazine. Les quotidiens sont conservés trois mois, les hebdomadaires six mois, les mensuels un an, les autres périodicités cinq ans.

 

Tableau – Périodiques entrés par achats, dons, échanges

Les ressources numériques

L’offre de ressources électroniques se compose fin 2018 de 248 bases de données génériques (contre 240 en 2017) et de plus de 300 000 livres et périodiques électroniques tous modèles économiques confondus (contre 280 000 en 2017) du fait de la politique d’augmentation de l’offre des éditeurs à l’intérieur des mêmes produits. Les 300 000 livres et périodiques électroniques totalisent les titres de livres et périodiques accessibles via les abonnements aux bases de données, les acquisitions pérennes au titre à titre, les archives acquises, les licences nationales et les titres gratuits.

L’intégration dans les négociations menées dans le cadre du consortium Couperin - que la BnF a rejoint depuis 2013 - permet de bénéficier de conditions tarifaires stabilisées sur le moyen terme et d’une amélioration des services associés parmi lesquels l’accès distant. En 2018, la BnF a adhéré au groupement de commande pour les revues de Springer Nature. Les contenus accessibles dans le cadre des licences nationales - corpus clos d’éditeurs nationaux et internationaux (Brepols, De Gruyter, Lavoisier, etc.) enrichissent l’offre proposée par la BnF.

La politique d’acquisition de ressources électroniques se confirme et se diversifie. La filière ADDN -Acquisitions et Dons de Documents Numériques - est opérationnelle sur l’ensemble de la chaîne de traitement depuis mars 2017.

Les bases de données

Les bases de données recouvrent différents modèles économiques : abonnements annuels, abonnements en pay-per-view (modèle très minoritaire utilisé pour 8 bases très spécialisées en sciences et techniques), acquisitions pérennes, ressources acquises en licences nationales, bases gratuites suite à des accords de partenariat ou bien sélectionnées pour leur pertinence documentaire. Un réajustement de l’offre des bases de données - réalisé sur la base de critères documentaires et d’usage dans le respect de la cartographie de l’offre en Ile-de-France – a été entamé en 2017 et s’est poursuivi en 2018. Cette offre couvre un large spectre disciplinaire avec une forte dominante scientifique et technique, notamment pour les livres et les périodiques électroniques, reflétant en cela les évolutions de l’édition dans ce domaine. En ce qui concerne les bases de données, le droit l’économie et la politique représentent 50% du budget 2018 suivis des ressources pluridisciplinaires (22%).

En 2018, sept nouvelles ressources ont été souscrites : Emerald Management 120, Ethnologue.com, l’encyclopédie de musique MGG Online, le New-york Times.com, AFP forum, MusicMe et l’annuaire pour les professionnels de l’audiovisuel, Le Bellefaye. Ces choix documentaires ont été réalisés sur des critères de complémentarité des collections à la fois numériques et imprimées de la BnF, de qualité des contenus éditoriaux, de contenus en texte intégral et de diversification de l’offre vers un plus large public (MusicMe) et vers des publics professionnels (avec notamment AFP forum et Le Bellefaye). Dans le cas du New-york Times.com, l’abonnement en ligne s’est substitué aux abonnements imprimés et microfilms.

En 2018, neuf accès à des bases de données n’ont pas été maintenus car elles étaient peu utilisées et présentes dans d’autres bibliothèques franciliennes : Biography index, Business référence suite, Encyclopaedia of Islam Online, JapanKnowledge, Mathscinet, Patrologie grecque, Patrologia orientalis database, Public Affairs Index, Vetus latina.

L’accès illimité et l’accès distant aux bases de données sont négociés à chaque fois que cela est possible. En 2018 toutes les bases fournies par EBSCO (une quinzaine) sont passées en accès distant. 138 (contre 109 en 2017) des 248 bases de données sont ainsi accessibles à distance pour les chercheurs munis d’un Pass Recherche illimité.

Les livres électroniques

En 2018, l’achat pérenne de livres électroniques au titre à titre totalise 2 057 titres soit un peu moins qu’en 2017 qui était une année exceptionnelle. Par rapport à la moyenne 2016-2017, ces acquisitions ont augmenté de 14%.

Tous les titres achetés auprès de onze fournisseurs différents sont accessibles en accès illimité et à distance sauf un (les titres de chez Ebsco Information Service sont acquis pour un à trois accès simultanés). La politique d’achat des ebooks par bouquet a été abandonnée en 2016 au profit d’une politique plus sélective d’achat au titre à titre pour un public de chercheurs. Cette décision avait été prise dans le cadre de l’actualisation de la charte documentaire, et en particulier des orientations arrêtées pour le domaine des sciences et techniques.

L’abonnement à des bouquets de livres numériques complète les acquisitions pérennes au titre à titre : la BnF a souscrit des abonnements à des plateformes de livres numériques à destination de publics prioritairement universitaires (Scholarvox by Cyberlibris, Bibliothèque numérique Dalloz), ou à un plus large public dans un domaine spécifique (Bibliothèque numérique ENI en informatique).

Les périodiques électroniques

Les abonnements à des périodiques électroniques au titre à titre incluent les abonnements couplés avec le papier et les abonnements électroniques seuls : 1 687 abonnements électroniques ont été souscrits sur l’année budgétaire 2018 (contre 1 701 en 2017). Les départements thématiques du site François-Mitterrand concentrent la majorité des titres : 37% pour les sciences et techniques, 25,5% pour la philosophie, histoire, sciences de l’homme, 18% pour le droit, l’économie et la politique, et 13% pour les langues, littératures et art.

La filière acquisitions et dons de documents numériques (ADDN)

La filière ADDN a été mise en place pour les acquisitions onéreuses ou gratuites de documents nés numériques dans les collections de la BnF. Modélisée avec trois départements (Arts du spectacle, Droit économie politique et Musique), elle est opérationnelle depuis 2016 pour les fonctionnalités d’entrées, et depuis mars 2017 pour la brique finale de diffusion dans Gallica.

Les faits marquants suivants sont à signaler pour l’année 2018 : définition du guichet de déchargement des fichiers livrés sur support (mise en place prévue en 2019) ; démarrage de l’expérimentation sur le don Amos Gitaï (fonds d’archives avec une dominante de fichiers vidéo) ; évolution de la filière pour la prise en compte d’atlas et cartes en PDF (démarches pour obtenir les autorisations des ayants droit en cours).

En 2018, 36 lots (ou paquets d’archives) représentant 629 fichiers et 4893 Mo ont été versés dans SPAR via la filière ADDN. Les 36 lots sont signalés au catalogue et visualisables dans Gallica ou Gallica intramuros.

Parmi ces entrées, on distingue deux types de documents : un ensemble de 622 photographies sur les théâtres parisiens par Sabine Hartl et Olaf-Daniel Meyer versées au format JPEG et visualisables dans Gallica ; et des partitions au format PDF visualisables dans Gallica intramuros : 2 partitions de Karl Frers et 5 esquisses et partition finale de Pedro Garcia-Velasquez.

Les documents spécialisés et audiovisuels

En 2018, 3 543 documents audiovisuels ont été acquis, soit en très légère augmentation par rapport à 2017 (3 415) et 17 280 reçus en dons (en majorité des vidéogrammes). Ces dons intègrent en majorité des fonds du département de l’Audiovisuel mais 11% relèvent du département des Arts du spectacle et de la Maison Jean-Vilar. Il est à signaler au département de l’Audiovisuel le don Pierre Henry, soit 6660 heures d’enregistrements ainsi que le Don Depardon-Nougaret.

Les entrées par achat et par don des autres documents spécialisées (catalogues de vente, dessins, affiches, etc.) totalisent près de 332 000 documents parmi lesquels des documents numériques natifs (cartes, atlas et photographies notamment). Il est à noter que désormais au département des Estampes les dons (dont le détail est donné dans le rapport sur les acquisitions patrimoniales)  ont dépassé numériquement les acquisitions. Il en est de même dans les autres départements spécialisés où les entrées par don jouent un rôle déterminant dans l’enrichissement et l’accroissement des collections.

 

Tableau – Documents spécialisés entrés par achats, donc et autres modes d’entrées