Rebecca Topakian - In memorias

Territoires : France métropolitaine
Ce travail documentaire permettra de mener une réflexion sur le traitement des mémoires dans l’espace public en se penchant sur les statues, au cœur des débats mémoriels depuis 2020. À travers un éventail de statues, de portraits de personnes dont l’histoire personnelle ou familiale est intimement touchée par ce que celles-ci représentent, et une recherche iconographique et archivistique concernant l’histoire de chacune, il s’agit de mener une réflexion sur le sens des représentations mémorielles et leur impact personnel.
 
©Antoine Doyen

Née en 1989, vit entre Paris et Erevan.

Artiste résidente des ateliers Poush! Manifesto.

Après des études de Philosophie et de Géographie, Rebecca Topakian s’oriente vers la photographie et poursuit à l’ENSP Arles les recherches qui l’animaient déjà dans les sciences humaines : la définition de l’identité dans ses dimensions invisibles, dans ce qu’elle a de mythologique ou de fictionnel. L’identité s’articule chez Topakian dans un rapport entre le politique, l’intime et le poétique, dans un va-et-vient entre le personnel et le collectif. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Son livre Infra était finaliste du prix du livre d’auteur des Rencontres d’Arles 2018. En 2020, elle était finaliste du Prix Virginia et lauréate de la commande nationale Regards du Grand Paris 2020 du CNAP et des Ateliers Médicis. En 2021, elle est lauréate de la bourse Mécénat de la Fondation des Artistes et de la bourse pour la photographie documentaire du CNAP, ainsi que du prix Blow Up Press et de la Bourse Transverse. En 2022, sortiront les livres Dame Gulizar And Other Love Stories (Blow Up Press) et, en duo avec Araks Sahakyan, Vordan Karmir (Sometimes Editions).

 

Accéder au site du photographe