Richelieu 2017-2021

Depuis avril 2017, les travaux ont commencé dans la deuxième partie du bâtiment, le long de la rue Vivienne. Le chantier concerne près de 28 000 m2, dont de nombreux espaces emblématiques du site : hôtel Tubeuf, galeries Mansart et Mazarine, salle des colonnes, salon Louis XV, salle ovale. La fin des travaux est prévue courant 2020, pour une réouverture complète du site au public en 2021.
 
Travaux le long de la rue des Petits champs - avril 2018

Les travaux en cours

Près de 200 personnes travaillent actuellement dans la zone en travaux. Les travaux de curage et de démolition, qui se terminent au printemps 2019, ont notamment permis de dégager les espaces qui accueilleront les nouveaux escaliers et ascenseurs. Les travaux de nettoyage  de l’ossature métallique de la verrière extérieure de la salle ovale s’achèvent, ainsi que les réfections des toitures. L’année 2019 sera consacrée au second œuvre : montage des cloisons, mise en place de la plomberie et des installations électriques etc. Les ouvriers commencent déjà le montage des murs et planchers délimitant les futurs magasins et bureaux dans certaines parties du bâtiment.

La restauration des espaces patrimoniaux

La zone en travaux offre de nombreux espaces patrimoniaux, au premier rang desquels figurent trois espaces classés, vestiges du palais Mazarin du XVIIe siècle : la galerie Mansart, la galerie Mazarine et la chambre de Mazarin. Sous la direction de Michel Trubert, Architecte en Chef des Monuments Historiques, le chantier de restauration de la galerie Mazarine et de la chambre de Mazarin a débuté le 24 septembre 2018. Il mobilise plus de 30 restaurateurs, répartis entre spécialistes des décors peints, des toiles marouflées et des dorures. L’achèvement de ce chantier est prévu à l’été 2019.

La galerie Mazarine

Vestige du palais Mazarin, la galerie Mazarine est l’un des joyaux du site Richelieu. C’est l’un des très rares exemples de galerie baroque encore conservés en France. Parfaitement superposée à la galerie Mansart, située à l’étage du dessous, la galerie Mazarine a conservé en grande partie l’ordonnancement du XVIIe siècle. Elle est classée au titre des monuments historiques.

Les travaux de restauration proprement dits ont débuté le 24 septembre 2018. La voûte de 280 m2 a souffert du temps et des infiltrations. La restauration du plafond et des décors a été confiée à l’atelier Mariotti, chargé de la restauration des stucs et dorures, et au groupement dirigé par Alix Laveau, restauratrice spécialiste des décors peints, chargé des fresques et peintures. Au total, 22 restaurateurs seront chargés du plafond, 12 restauratrices et une spécialiste du support toile, des peintures murales et des toiles marouflées. Les travaux de maçonnerie et la reprise des menuiseries extérieures et intérieures seront assurés par trois entreprises spécialisées. Les huisseries seront intégralement remplacées.

 

Découvrir la galerie Mazarine

La voûte de la galerie Mazarine peinte par Romanelli - la chute de Troie

La chambre de Mazarin

La chambre de Mazarin - 2014

Si Mazarin eut bien deux chambres dans son palais, aucune ne correspond à celle aujourd’hui appelée «Chambre de Mazarin», qui était plutôt une antichambre à l’époque du Cardinal.

Réalisée entre 1650 et 1655, cette pièce a conservé un plafond de douze panneaux peints par Michel Dorigny, qui représente des figures allégoriques et des thèmes mythologiques. Ses murs sont couverts de boiseries hautes en bois peint datant du XVIIIe siècle.

La Chambre de Mazarin est classée au titre des monuments historiques. Elle a fait l’objet d’une première restauration en 1926. Murs et plafond ont été déposés et reposés lors des travaux d’aménagement de l’hôtel Tubeuf effectués par Michel Roux-Spitz entre 1937 et 1946.

Sous la direction de l’architecte en chef des monuments historiques Michel Trubert, la Chambre de Mazarin fait aujourd’hui l’objet d’une restauration intégrale. Une équipe de six spécialistes des peintures sur bois restaure le plafond. Cinq restaurateurs de l’Atelier Mariotti sont chargées des dorures, et deux personnes rénoveront les boiseries.

En 2021, une porte vitrée permettra à tous de voir la Chambre de Mazarin depuis le palier. Elle restera un passage pour accéder à la salle de lecture de la Réserve des Estampes, et sera accessible sur visite guidée.

La galerie Mansart

Construite par l’architecte François Mansart de 1644 à 1646, la galerie nommée désormais «Galerie Mansart» abrite à l’origine les collections de sculptures antiques du Cardinal. C’est une pièce rectangulaire de 45,40m de longueur et 6,30m de largeur, avec une plafond voûté à 5,95m.  Comme la galerie Mazarine située immédiatement au-dessus, présente à l’origine un riche décor de stucs et peintures, réalisés en 1649 par Salucci et Leckerbetien pour la voûte, et Le Tellier et Gismondi pour les murs.

Elle est occupée à partir de 1724 par la Bourse des Valeurs, puis par le Trésor public. Affectée à la bibliothèque en 1833, elle devient la salle de lecture du Cabinet des Estampes en 1854 après sa restauration par Henri Labrouste. Elle est restaurée réaménagée par Michel Roux-Spitz en 1938, pour devenir un espace d’expositions temporaires. Elle est classée au titre des monuments historiques.

Si les décors de la voûte sont bien conservés, les décors muraux ont quasiment tous disparus, à l’exception d’un décor mural situé à côté de la fenêtre en extrémité sud de galerie. La galerie Mansart ne sera pas restaurée intégralement, mais les décors d’origine seront consolidés et l’intégralité des fenêtres changée. Elle redeviendra en 2021 un espace consacré aux expositions temporaires.

La galerie Mansart - 1990

Le Cabinet du Roi

Le Cabinet du Roi (ou salon Louis XV)

Aménagé au XVIIIe siècle pour accueillir la collection royale de monnaies et de pierres gravées, le Cabinet du Roi ou salon Louis XV est dès sa création ouvert aux visiteurs. Il peut ainsi être tenu pour le plus ancien musée de France. Son décor et son mobilier d’origine constituent un ensemble unique au monde. Les tableaux sont signés de François Boucher, Carle Van Loo et Charles Natoire, trois artistes français majeurs de l’époque. Le mobilier, composé de médailliers et d’une table de grande dimension, a été exécuté en 1742 par les ateliers Verberckt. Quinze chaises et fauteuils cannés du XVIIIe siècle signées Louis Cresson complètent l’ensemble. Le Salon est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1983.

Grâce au mécénat de particuliers et d’entreprises, le Cabinet du Roi sera intégralement restauré pour être de nouveau accessible à la visite en 2021. Le chantier de restauration est dirigé par Jean-François Lagneau, architecte en chef des monuments historiques.

Découvrir le Cabinet du Roi

Le nouveau visage de Richelieu en 2021

En 2021, Richelieu deviendra un site emblématique du 2e arrondissement, largement ouvert sur le quartier environnant et accessible à tous : lecteurs, visiteurs ou simples promeneurs. La BnF y déploiera une offre culturelle totalement nouvelle, pour donner à voir, au cœur d’un lieu exceptionnel, l’incroyable richesse de ses collections.

 

Un lieu ouvert

Doté désormais de deux entrées,  le site constituera deviendra le 26e passage parisien couvert, le premier construit depuis presque 100 ans. Deux nouvelles entrées, au 58 rue de Richelieu et au 5 rue Vivienne, permettront à tous de traverser le site et d’avoir un premier aperçu d’espaces emblématiques comme le nouveau hall, la salle Labrouste ou la salle ovale. Lecteurs et visiteurs disposeront aussi d’un tout nouveau café et d’une boutique-librairie. Des espaces dédiés permettront d’accueillir les publics scolaires.

Le jardin Vivienne deviendra un jardin ouvert au public. La BnF a fait le choix d’aller au-delà d’une simple requalification pour le jardin. Dans le cadre du 1% artistique, un concours est ouvert pour qu’artistes et paysagistes proposent de faire du jardin une véritable création artistiques. Le lauréat sera désigné avant l’été 2019, pour une réalisation des travaux d’aménagement en 2020 et 2021.

Projection de la future entrée par le jardin Vivienne (vue non contractuelle)

Les visiteurs pourront également découvrir l’architecture des lieux grâce à un parcours en visite libre qui offrira des vues inédites sur les salles de lecture. Ils pourront aussi admirer des espaces fermés par le passé et aujourd’hui accessibles à la visite comme le salon Louis XV ou la chambre de Mazarin. Une programmation d’expositions temporaires sera de nouveau proposée par la BnF dans la galerie Mansart.

 

Une offre pour les chercheurs renouvelée

La salle des Manuscrits, future salle des Manuscrits et de la Musique

Berceau historique de la BnF, Richelieu est devenu un pôle d’excellence pour l’histoire des arts et du patrimoine, avec l’installation bibliothèque de l’INHA en salle Labrouste et de la bibliothèque de l’Ecole des Chartes le long de la rue des Petits Champs. Depuis 2016,  les chercheurs bénéficient déjà de services comme le WiFi, la carte commune BnF/INHA ou la réservation de documents en ligne. Ils ont pu découvrir des salles entièrement rénovés ou réaménagées : salle des Arts du spectacle, salle des Manuscrits.

En 2021, les lecteurs de la bibliothèque de recherche auront accès à 6 salles de lectures pour les départements spécialisés : Arts du spectacle, Estampes et Cartes et plans, Réserve des Estampes, Manuscrits et Musique, Monnaies, médailles et antique. Le site proposera aussi des salles d’accueil de groupe et de séminaire.

 

Le nouveau musée de la BnF

Parfaitement conçu pour les collections exposées, le nouveau musée de la BnF présentera aux visiteurs une sélection de 700 à 1000 pièces de taille et de nature très diverses, parmi les plus remarquables de la Bibliothèque : œuvres célèbres (manuscrits des Misérables de Victor Hugo par exemple), pièces rares comme le Grand Camée de France ou le trône de Dagobert, estampes, photographies, objets et costumes, tous emblématiques des collections constituées depuis les rois de France. Les amateurs de monnaies, médailles et antiques pourront par ailleurs continuer d’apprécier ces collections présentées sur le site Richelieu depuis le XVIIIe siècle.

Alliant parcours chronologique de l’Antiquité à nos jours et présentations thématiques, le nouveau musée occupera des espaces parmi les plus beaux du site : la galerie Mazarine, classée monument historique, la salle des Colonnes, le Cabinet précieux, la salle de Luynes et la Rotonde des Arts du spectacle ouverte au public depuis décembre 2016.

La galerie Mazarine en 2021

 

La future salle ovale

La salle ovale avant sa mise en travaux

Découvrir la salle ovale

Salle emblématique de Richelieu, le «Paradis ovale» construit par Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura deviendra en 2021 le symbole de l’ouverture du site à tous.

Inscrite au titre des monuments historiques, la salle ovale bénéficiera d’une restauration exemplaire : ses célèbres décors seront nettoyés, et les tables Recoura seront réinstallés au sein d’un nouvel aménagement conçu et réalisé par Bruno Gaudin.

A la fois salle de lecture et lieu de visite et de médiation, la salle sera en accès libre et gratuit. Lecteurs et visiteurs de tout âge pourront ainsi consulter l’un des 20 000 ouvrages mis à leur disposition, ou découvrir la richesse et la diversité des collections de la BnF via des dispositifs de médiation innovants et pensés pour un large public.

Hors des horaires d’ouverture au public, la salle accueillera aussi des manifestations exceptionnelles : concerts, tournages de films, rencontres et dîners.