Sophie Brändström - And the beat goes on …

Territoires : Ile de France, Auvergne Rhône Alpes, Bretagne
Alors même qu’une majorité des jeunes subit de plein fouet les effets de la crise sanitaire certains d’entre eux investissent la culture Hip Hop. Sophie Brändström part à la rencontre de ce phénomène et de cette jeunesse, de son énergie et de ses espoirs.
 
Sophie Brändström est une photographe née à Stockholm en 1962.
Après des études en sciences sociales et sociologie à Londres, elle s’oriente vers la photographie en suivant les cours de l’Art Institute of Fort Lauderdale en Floride. Elle débute sa carrière de photojournaliste aux États-Unis, au service du Miami Herald et du Boca Raton News. De retour en France, elle rejoint le collectif L’Oeil Public et continue à travailler avec la presse française et internationale.
Photographe humaniste, portée par des sujets à caractère social, elle s’intéresse à la précarité du logement en France, aux débuts de la boxe féminine dans les années 90, à la réinsertion des jeunes en échec scolaire ou encore à la fermeture de La Samaritaine. Elle collabore avec des organisations non-gouvernementales telles que Médecin du Monde, pour couvrir les conséquences du tremblement de terre en Haïti ou des campagnes de prévention du Sida en Birmanie.
A partir de 2011, elle réoriente sa pratique photographique vers une approche documentaire et d’immersion, privilégiant les résidences et les sujets au long-cours (Les radios libres et communautaires dans le monde, La vie d’une Chorale de sans-abris, …). Elle réalise plusieurs web-documentaires dont Les Voyageurs (en partenariat avec TV5 Monde) et Ma vie à deux balles (en partenariat avec Rue89 et primé par Reporters d’Espoirs). En 2017, elle est invitée en résidence par le Festival L’œil Urbain à Corbeil-Essonnes qui aboutira à la série Un jour ordinaire, à la fois exposée et publiée sous la forme d’un livre et dans la presse.
Depuis 2019, elle réalise un travail personnel sur sa famille en Sibérie,  interrompu par la crise sanitaire. En 2020, elle commence un travail sur le quartier du Val Fourré à Mantes-la-Jolie, plus précisément sur le brassage culturel.
Elle est représentée par l’Agence Signatures, maison de photographes.