Stanislas Liban - Les tissus de la réflexion

Territoire : Paris / Ile-de-France
Les jeunes cherchent à appartenir à un groupe tout en s’extrayant de la masse. On parle ici du vêtement, du look, de l’attitude « je veux être beau, mais différemment. Je veux m’affranchir du regard des autres, mais être remarqué ». Ce documentaire souhaite montrer comment les jeunes s’affirment dans un univers de la mode si particulier, tout en s’offrant au regard des autres, aussi dur soit-il ; à force de volonté, et parfois même à contre-courant de leur univers social.
 

Stanislas Liban est né en 1982, il a grandi à Paris, où il vit toujours. Stanislas vit la photographie comme une expérience d’observation et d’intégration de la société, où seule l’image garderait le souvenir de rencontres aussi furtives qu’intenses. Il trouve ses modèles ainsi que les atmosphères qui l’inspirent dans les univers urbains, au hasard des trottoirs qu’il arpente. Il a longtemps travaillé au film, recherchant chez ses sujets ce qui n’est pas maîtrisé avec une certaine pudeur. Cette quête du décalé, de l’indélicat, offre une vision qui, sans être irrévérencieuse, prête parfois à sourire, tout en se tenant à l’écart du jugement.

En tant que photographe de rue, il compose avec l’omniprésence de l’appareil photo ou du smartphone dans l’espace public. L’image, comme témoignage visuel, n’a plus rien d’exceptionnel mais dessine un quotidien visible par tous et partout. Dans ses projets personnels, Stanislas se focalise désormais sur le clair-obscur, mettant ainsi en valeur la silhouette, le trait du dessin ou simplement la structure de l’image elle-même. Si l’humour transparait moins dans ces images, elles gagnent en profondeur et en intensité. Ça tombe bien, Stanislas cherche à mettre sa sensibilité au service d’un questionnement plus large: que devenons-nous ?

 

Accéder au site du photographe