Soutenez
le Trésor national
Formulaire de recherche

Événements et culture

Quand notre monde est devenu chrétien

Paul Veyne

Conférence du 17 avril 2008

Vous avez désactivé javascript ou vous n'avez pas le plugin Flash Player. Pour voir la vidéo, veuillez activer javascript dans les préférence de votre navigateur ou télécharger la dernière version de Flash Player sur le site d'Adobe

48 min

Écouter la conférence :

Résumé

Comment le christianisme a-t-il réussi à s’imposer à tout l’Occident ? En octobre 312 de notre ère, l’empereur Constantin se convertit alors que les chrétiens passaient pour des anormaux. Sans cette conversion sincère et courageuse dans le contexte de l’époque, cette religion serait sans doute restée une secte d’avant-garde.
Outre la conversion de Constantin, le triomphe du christianisme tient également à son originalité et à sa profonde démarcation par rapport au paganisme. Le christianisme a su créer ses propres conditions de succès à la manière des chefs-d’œuvre qui créent une sensibilité nouvelle. Alors que les païens sont contents de leurs dieux s’ils obtiennent ce qu’ils veulent, les chrétiens, à l’inverse, font en sorte de satisfaire leur Dieu unique.
Avec l’invention du Christ, le christianisme devient alors un émouvant roman métaphysique d’amour où la divinité et l’humanité se passionnent l’un pour l’autre, jusqu’au sacrifice de cet être céleste qu’est le Christ pour racheter ceux qui ont cru en lui.
Lorsque les empereurs ont favorisé et enrichi l’Eglise, le christianisme a pu s’imposer comme religion coutumière, devenant la religion où l’on se trouve en naissant, à la différence des sectes, au sens sociologique du terme, où l’on choisit d’entrer.
Peu à peu, le christianisme s’est étendu à l’ensemble de l’Occident, mais de nos jours, avons-nous encore des racines chrétiennes ?

Avec le soutien de la Fondation Simone et Cino del Duca - Institut de France

jeudi 24 février 2011

Écouter la page

Bibliographie

  • Veyne, Paul ; Quand notre monde est devenu Chrétien, Albin Michel, coll. Sciences Humaines, Paris, 2007
Partagez