Soutenez
le Trésor national
Formulaire de recherche

Événements et culture

Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843 - 1860)

Exposition

  • Adalbert Cuvelier (1812-1871) - Portrait d’homme dans un jardin, 1852 - © BnF, Estampes et Photographie

    Adalbert Cuvelier (1812-1871) - Portrait d’homme dans un jardin, 1852

  • Informations pratiques

  • Site Richelieu

    mardi - samedi de 10h à 19h
    dimanche de 12h à 19h
    sauf lundi et jours fériés

    tarif plein : 9 €
    tarif réduit : 7 €

    Billet couplé 2 expositions
    tarif plein : 14 €
    tarif réduit : 9 €

    Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 € TTC/min) et sur

du 19 octobre 2010 au 16 janvier 2011 Richelieu / Galerie de photographie

Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. En quelques 180 tirages issus des collections de la BnF et de grandes collections françaises, cette exposition propose de comprendre cette histoire, ses acteurs et les œuvres qu’ils ont produites.

Exposition dans le cadre de Paris Photo.
www.parisphoto.fr

Visites guidées

Visites guidées individuelles et groupes. Tarifs, renseignements et réservations obligatoires au 01 53 79 49 49  ou visites@bnf.fr.
Accompagnement pédagogique : classes.bnf.fr

Individuelles

Tous les mardis à 15h, les samedi à 11h et les dimanches à 16h. Pas de visites les samedis 25 décembre et 1er janvier.

Tarifs : prix de l'entrée de l'exposition + 3 €

vendredi 29 octobre 2010

Écouter la page

Télécharger

Partagez