Soutenez
le Trésor national
Formulaire de recherche

Événements et culture

Les coulisses des Cités Obscures

Exposition

du 6 mai 2014 au 15 juin 2014 François-Mitterrand / Galerie des donateurs

Rencontre-dédicace avec Benoit Peeters et François Schuiten, le samedi 17 mai 2014 de 14h30 à 16h30.

Que représente le don du dessinateur François Schuiten et de son complice de toujours, Benoit Peeters, présenté dans la galerie des donateurs ? Pas seulement un ensemble exceptionnel de planches originales de plusieurs albums des Cités obscures, exposé et accompagné d’un certain nombre de scénarios offerts par Benoit Peeters. Ce don fait entrer dans les collections nationales, une série culte, fondatrice à bien des égards. Apparue au début des années 80 en Belgique, sortie de l’imagination de deux amis de lycée, la série s'inscrit dans un moment particulier : celui d’une BD adulte, d’inspiration littéraire, riche d’une culture visuelle, inédite alors dans ce territoire éditorial et qui joue de références savantes, de Piranese à Robida. Cette création n’est pas la seule à s’ouvrir à ce nouveau public. En France, au même moment, des revues comme Métal Hurlant, et surtout À suivre entament cette transition générationnelle. La BD s’installe ainsi durablement dans le paysage des lectures adultes. La longévité – 30 ans cette année – de cette série lui a acquis un lectorat considérable qui s’étend aujourd’hui au Japon et aux États-Unis à travers la publication intégrale des albums. Sans doute faut-il chercher dans les contenus la clé de ce succès. En effet, les Cités obscures reprennent et revisitent un topos de la littérature d’imagination, celui des mondes possibles. D’Alice au pays des merveilles jusqu’aux productions philosophiques des mondes alternatifs, inspirés de la métaphysique, des uchronies ou des utopies, cette rêverie sur l’ « autre côté » a nourri l’inspiration des auteurs et des penseurs… Les Cités obscures ont ainsi construit leur fiction sur une hypothèse : celle d’une planète invisible, reflet exagéré, ironique, parodique ou simplement référentiel, de notre monde. L’originalité tient à ce que les auteurs n’ont cessé à travers la quinzaine d’albums, les quelques faux documentaires, les nombreuses conférences fictions, de rendre cette hypothèse plausible et d’en faire l’objet d’une possible adhésion.

mercredi 9 avril 2014

Écouter la page

Partagez