Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Événements et culture

Vers et prose : livres rares de la bibliothèque de Pierre Bergé

Exposition

  • Album de dessins du collégien Guillaume Apollinaire, 1893-1895 | Collection Pierre Bergé, cliché © François Doury

    Album de dessins du collégien Guillaume Apollinaire, 1893-1895

  • Informations pratiques

  • Bibliothèque de l’Arsenal

    du mardi au dimanche
    12h-19h
    fermé lundi et jours fériés

    Entrée libre

du 6 novembre 2013 au 30 novembre 2013 Bibliothèque de l'Arsenal

La collection de livres rares que Pierre Bergé a formée au fil des ans s’inscrit dans la longue tradition de la bibliophilie française, dont elle constitue aujourd’hui l’un des plus remarquables accomplissements. L’exposition présentée à la Bibliothèque de l’Arsenal réunit un choix des pièces les plus précieuses de cet ensemble, dans un lieu qui est en lui-même un symbole de la culture du livre rare puisqu’il abrite depuisle XVIIIe siècle la collection du marquis de Paulmy d’Argenson, l’un des bibliophiles français les plus raffinés du Siècle des lumières.
Tel un album de vers et de prose, l’exposition s’ouvre sur le diptyque que forment l’édition originale des OEuvres de Louise Labé (1555) et celle des Essais de Montaigne (1580) et se développe à la manière d’un hommage rendu à quatre siècles de littérature française, du XVIe au XXe siècle.
Les pièces exposées constituent un éloge de ce riche passé littéraire et leur rareté permet au visiteur d’admirer l’objet introuvable : manuscrits particulièrement significatifs comme le premier jet de Nadja de Breton, éditions originales rarissimes comme celle de Louise Labé, volumes conservés dans leur condition primitive à l’exemple des Essais de Montaigne. Ces objets sont les témoignages d’une histoire prise au moment de sa naissance comme l’unique exemplaire connu du journal de lycéens où Proust publia ses tout premiers textes, ou encore ces éditions revêtues d’envois autographes d’auteur qui singularisent les volumes qui les portent, tel l’exemplaire de Madame Bovary que Flaubert adressa « au maître », Victor Hugo, ou les neufs fascicules de ses Poésies que Mallarmé a munis chacun d’un envoi différent à sa muse, Méry Laurent.
À l’opposé du didactisme d’un cours d’histoire littéraire et donc sans ambition de complétude, l’exposition répond, dans sa sélection, au principe de plaisir et à la passion qui animent la collection de Pierre Bergé. Car les livres que collectionne Pierre Bergé ne sont pas ceux qu’il faut avoir lus, mais uniquement ceux qu’il aime. Présenter une sélection d’entre eux, c’est aussi rendre sensible la liberté qui guide les choix d’un amateur qui ne songe jamais à remplir un programme tracé mais va là où son goût le porte, avançant comme Montaigne « à sauts et à gambades ».
Signe de cette liberté, le parcours s’achève par trois pièces qui ne relèvent pas de la littérature mais élargissent l’horizon esthétique de la sélection présentée : un carnet de dessins et une lettre de Gauguin, ainsi que la première édition de la musique du Sacre du Printemps de Stravinsky, dans l’exemplaire que le compositeur a dédicacé au chef d’orchestre Pierre Monteux, créateur de l’oeuvre en 1913.  

lundi 21 octobre 2013

Écouter la page

Partagez