Événements et culture

Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle

Cycle de conférences

Frontières autant qu'espace de circulation, lieu de confrontations autant que de métissages, les mers et les océans sont les théâtres de l'expansion économique, de la conquête, des affrontements militaires. Ce sont aussi des espaces de commerce, de mélanges, d'intersections entre peuples et civilisations. A tous ces titres, les mers n'ont rien à envier aux zones continentales. Plus encore, les relations maritimes semblent marquées par des caractères spécifiques, évidemment liés aux déterminations physiques du milieu marin : fluidité, ambivalence, variabilité. Si les batailles navales scandent l'histoire maritime et les mémoires nationales (Salamine, Lépante, Trafalgar, Midway, Malouines...), elles masquent trop souvent des évolutions plus longues et plus profondes dominées non par la guerre mais par les échanges, De la Méditerranée antique à la zone arctique aujourd'hui, ce cycle entend intégrer les mers dans l'histoire globale des relations politiques, économiques, culturelles et sociales.

mercredi 21 novembre 2018 18h30-20h00

L’histoire des mers dans la construction des entités géopolitiques

Par Christian Grataloup, professeur émérite à l’université Paris-VII.

Les échanges et le tissage des pouvoirs sont généralement plus aisés, dans un premier temps, d’un rivage à l’autre à travers un espace maritime qu’à l’intérieur des terres. L’Empire romain pourrait être l’archétype d’une construction géopolitique durable organisée autour d’une mer, avant que la densification continentale, l’épaississement des sociétés, ne transforment cet espace liquide de relation en frontière. Ce qui avait uni pouvait alors séparer. Un tel scénario est fréquent, des entités anciennes de l’Insulinde aux sociétés transmanches.
Le monde des récits arturiens l’a fait entrer dans l’épopée, unissant Bretagne, Cornouailles et Irlande en négligeant l’intérieur des terres. Beaucoup plus tard, les empires coloniaux européens se construisent sur des outres-mers plus tendus, pour finir par connaître les mêmes fragmentations et les mêmes devenirs continentaux.
Aujourd’hui, la mondialisation est largement un réseau maritime… Les exemples marins ne manquent pas, en particulier dans l’histoire polynésienne, mais il sera aussi fait quelques comparaisons avec d’autres empires relationnels, ceux des caravaniers qui unissent également des « rivages » de part et d’autre d’étendues steppiques ou désertiques. Dans tous les cas, la maîtrise de l’espace de relation suppose des connaissances cartographiques développées, même si elles n’avaient pas pris la forme des cartes marines occidentales. La mer peut unir autant que séparer, mais pas dans la simultanéité historique.

vendredi 21 septembre 2018

Écouter la page

Partagez