Événements et culture

Les Lundis de l'Arsenal
Cycle « Histoire du livre »

 

Cycle de conférences

Du Moyen Âge au XIXe siècle, une histoire de l’évolution des images et de l’illustration dans les livres, racontée par des conservateurs de la BnF et des spécialistes en Histoire de l’art.

lundi 11 février 2019 18h30-20h00

La photographie dans le livre français au XIXe siècle

L’image photographique est une empreinte du monde laissée par la lumière sur une surface sensible. Cette vérité de la représentation qu’elle induit annonçait, au milieu du XIXe siècle, une véritable révolution pour l’illustration du livre. Pour la première fois, en effet, l’image pouvait échapper à l’interprétation du monde par la main humaine. Un immense champ s’ouvrait pour la diffusion des connaissances. Cependant l’enthousiasme de François Arago, lors de l’annonce officielle en 1839 de l’invention de Daguerre, fut vite tempéré par les difficultés techniques. Tout d’abord l’image daguerrienne sur métal était un objet unique. Et si l’invention du procédé négatif positif de William Henry Fox Talbot permit la création d’imprimeries photographiques, cette édition artisanale ne pouvait être que transitoire. En effet, l’insertion de la photographie collée dans le livre, aléatoire et très coûteuse, était finalement une régression par rapport à la gravure. De plus, les tirages photographiques étaient instables ! Aussi en 1856, le duc de Luynes fondait-il un concours pour récompenser un procédé qui permettrait à la photographie de s’intégrer dans les métiers du livre : donner sous la presse ordinaire une épreuve à l’encre grasse. À la fin du siècle, la conquête du livre par la photographie était entière alors même que l’édition rentrait dans le domaine de l’industrie. Le photographe retrouvait sa place auprès des voyageurs et des savants… et pouvait désormais se mesurer au peintre.

Par Marie-Claire Saint-Germier, conservatrice honoraire.

 

mercredi 10 octobre 2018

Écouter la page

Partagez