Soutenez
le Trésor national
Formulaire de recherche

Événements et culture

Les conférences Léopold Delisle

Conférence

  • Informations pratiques

  • mercredi 29 mai 2013 – 18h30-20h00

    François-Mitterrand – Petit auditorium

    Entrée libre

Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits. Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien de monsieur Henri Schiller, collectionneur et mécène.

mercredi 29 mai 2013 18h30-20h00

Essor et déclin du livre imprimé à Venise (1)

Par Marino Zorzi, Biblioteca Marciana de Venise.

De ses débuts en 1469, jusqu’à son déclin dans la deuxième moitié du XVIe siècle, le livre imprimé vénitien a rayonné sur l’Europe. Cette industrie a vu naître de grandes noms d’imprimeurs dont certains créèrent de véritables dynasties : les allemands Jean et Wendelin de Spire, le français Nicolas Jenson, Alde Manuce, le plus célèbre, mais aussi les familles Giunta, Bindoni, Paganini, Giolito et bien d'autres encore… La qualité et le prix des livres - précieux ou populaires, simples ou richement illustrés -, la variété des sujets - livres religieux, de droit, scientifiques, de médecine, de musique, d'art militaire -, l'extension internationale du marché à qui s'adressaient ces ouvrages, les différentes langues employées - on imprimait en latin, en italien, en vénitien, mais aussi en hébreux, en grec, en langues slaves, en arménien - contribuèrent à la renommée du livre vénitien.
Parallèlement à ce développement économique, le monde des savants, des écrivains, des intellectuels, des mécènes, des capitalistes, qui bouillonnait autour de l'imprimerie, furent attirés à Venise par la liberté - unique en Italie - d'écrire et de publier dont on y jouissait. Lorsque ce climat de liberté fut brisé par la Contre-Réforme, conduite par Rome et l'Espagne, et à laquelle la République s'efforça longtemps de s'opposer, le déclin de l'imprimerie s’amorça.
Elle restera toutefois une industrie importante, et quand la résistance fut possible, au XVIIe siècle, la Cité des Doges deviendra alors le centre de l'imprimerie indépendante en Italie. Si le XVIIIe siècle connu un regain d’activité avec une intense production de livres prestigieux, le livre vénitien déclina à la fin de la République, en 1797.


 

jeudi 20 novembre 2014

Écouter la page

Partagez