La BnF

Les enjeux du projet Richelieu

La rénovation du site Richelieu a débuté en 2007. Sous la maîtrise d’œuvre de l'architecte Bruno Gaudin, elle est un chantier majeur du ministère de la Culture et de la Communication, comme ce fut le cas en son temps du site François-Mitterrand. Cette rénovation est une occasion historique pour les collections comme pour les bâtiments, pour les lecteurs et visiteurs comme pour les personnels, de bénéficier des travaux nécessaires à la transformation globale et à la complète modernisation de la bibliothèque. C’est en effet la première fois dans son histoire que la BnF a la chance de repenser et rénover le bâtiment dans son intégralité, en travaillant à sa cohérence globale, en valorisant les strates historiques de l’édifice et en mettant cet ensemble construit au fil des siècles au service d’une ambition d’innovation, de modernité et d’ouverture.

Réhabiliter le bâtiment et les équipements

 

Travaux en cour d'honneur

La mise aux normes complète du site et le renouvellement des équipements techniques permettra de mieux assurer la sécurité des personnes, des biens et des collections patrimoniales (20 millions de documents conservés sur le site).
Les conditions de travail des lecteurs et du personnel en seront considérablement améliorées.

Rénover et étendre les services offerts aux publics

Lecteur de la BnF travaillant sur un manuscrit

Lecteur de la BnF travaillant sur un manuscrit

La BnF continuera d’offrir un ensemble de salles de lecture spécialisées, où les chercheurs pourront consulter les documents originaux (manuscrits, estampes, cartes et plans, partitions, monnaies, objets).

Pour donner un accès toujours plus grand à ses fonds uniques et précieux, la BnF poursuivra sa politique de numérisation des documents spécialisés, dont plus de 1 500 000 sont d'ores et déjà consultables sur la bibliothèque numérique Gallica.

Espace phare du nouveau quadrilatère, la salle Ovale sera en 2020 une salle ouverte à tous et librement accessible. Lecteurs comme visiteurs pourront notamment profiter de dispositifs numériques innovants présentant la richesse et la diversité des collections conservées à Richelieu.

Conforter le site comme pôle d'excellence scientifique et culturelle

 

Salle Labrouste

Avec l’ensemble des institutions partenaires (Institut national d'histoire de l'Art et École nationale des chartes en particulier), Richelieu représente un bassin de plus de 3000 étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs. Pour servir au mieux cette communauté, dès 2016, de nouveaux services seront progressivement mis en place au sein des espaces rénovés : Wifi, réservation à distance des documents, salles dédiées à l’accueil de groupes… Une carte commune BnF/INHA permettra à tout lecteur accrédité de consulter l’ensemble des documents conservés à Richelieu.

Le site Richelieu devient un véritable écosystème où l’accueil des chercheurs se fera aussi à travers les unités de recherche et l’hébergement de nombreuses sociétés savantes. Richelieu est bien un véritable acteur de la recherche : les trois institutions présentes sur le site (BnF, INHA, École nationale des chartes) poursuivront le travail de développement des programmes et des partenariats avec écoles et organismes de recherche français ou étrangers dans les domaines qui correspondent aux collections présentes sur le site.

Ouvrir plus largement Richelieu

De haut en bas : salle Ovale, galerie Mazarine

De haut en bas : salle Ovale, galerie Mazarine

Situé en plein cœur du 2e arrondissement, Richelieu sera en 2020 le 26e passage parisien, et le premier construit depuis presque 100 ans. Deux nouvelles entrées, au 58 rue de Richelieu et au 5 rue Vivienne, ouvriront largement le site sur le quartier. Dès 2016, le public empruntera la nouvelle galerie de verre. En 2020, les visiteurs pourront admirer les architectures variées du lieu, tester des dispositifs numériques dernier cri, prendre un café dans le jardin Vivienne, profiter des expositions temporaires en galerie Mansart…

En 2020, Richelieu offrira au public un espace muséal entièrement repensé présentant les trésors conservés dans les collections de la BnF. Cette sélection, renouvelée régulièrement, rassemblera œuvres célèbres (Manuscrits des Misérables, carnets de dessins de Degas), pièces rares (Grand Camée de France, trône de Dagobert) et documents emblématiques des collections (globe de Behaim…). Le nouveau musée occupera certains des plus beaux lieux du site : galerie Mazarine, salle des Colonnes, salle de Luynes. Dès 2016, les visiteurs profiteront d’espaces encore jamais ouverts au public, comme la rotonde des Arts du spectacle, nouveau sanctuaire pour certaines pièces exceptionnelles.

vendredi 27 janvier 2017

Partagez