Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Pour les professionnels

La cotation à la BnF

La Bibliothèque nationale de France se compose de 14 départements, possédant chacun leurs fonds propres dont ils assurent la conservation et la communication.
La cotation adoptée par chaque département est fonction de la nature des documents conservés mais également de l'histoire du département.

Cotation des fonds d’imprimés

Cotation historique, dite cotation Clément (fin 17e-1996)

Tous les documents entrés jusqu’au début de 1997 à la BnF ont été classés à l’intérieur de 23 divisions systématiques (de la lettre A – Écriture sainte – à la lettre Z – Polygraphie et mélanges).

Ce cadre de classement a été conçu par Nicolas Clément, garde de la Bibliothèque du roi, à la fin du XVIIe siècle (rédaction du premier catalogue de N. Clément : 1675-1684).
Les livres, numérotés, étaient classés par format, puis par sujet, à l’intérieur de chaque division.

Ce bel ordre fut une première fois mis en péril pendant la période révolutionnaire, qui, par le biais des confiscations, vit le fonds de la Bibliothèque nationale passer du simple au double : plus de 600 000 volumes en 1807, que le personnel d’alors ne parvint ni à coter, ni à inventorier.
Les livres furent tout simplement insérés à leur place sur les rayons. Du moins, on tenta de le faire.

Le Second Empire fut la grande époque des classifications méthodiques et de la conception des lettres dites cataloguées.

Dès 1852, on entreprit de reclasser, de recoter les fonds conservés sous les lettrages suivants :

  • lettres historiques : L, N, O, O2, O3, P, P2
  • lettre des Sciences médicales : T.

Chacune de ces lettres fut subdivisée en chapitre (identifiant alphabétique), puis en sous-chapitre (identifiant numérique).

Exemple :

  • L : Histoire de France ;
  • Ln : biographies françaises ;
  • Ln27 : biographies individuelles.

Quelques années plus tard, le même travail fut entrepris pour les lettres théologiques (A à E)

En 1875, tous les fonds qui n’avaient pu être traités ont été déclarés clos, une nouvelle cotation dans laquelle le lettrage était précédé du format du document mise en place.
Exemple : 8-G-2400.

Ainsi, de 1875 à 1893 put être réalisé l’Inventaire général des collections qui n‘avaient pu jusqu’alors être inventoriées ou cotées.
Ensuite commença la rédaction du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale.

De 1875 à 1996, la cotation des fonds d’imprimés de la Bibliothèque nationale ne connut plus de bouleversements fondamentaux.

Transfert des collections : cotation transitoire

Magasin du site François-Mitterrand

Magasin du site François-Mitterrand

Préalable indispensable au transfert des collections du site Richelieu au site François-Mitterrand, en 1997 la décision a été prise de clore les fonds conservés dans les magasins de Richelieu et de stocker d’emblée tous les nouveaux documents imprimés à Tolbiac (cette décision avait été prise dès le 1er janvier 1996 pour les nouveaux titres de périodiques).
La géographie des magasins de Tolbiac ne se prêtant pas une continuation de la cotation Clément, il a fallu adopter une nouvelle cotation, transitoire puisque la cotation définitive du nouvel établissement était liée à la mise à disposition des applications de magasinage du Système d’information de la BnF, alors en cours de développement.

Cette cotation reprend la structure traditionnelle en trois segments de la cotation Clément : Format-Lettrage-Numéro, le lettrage n’étant plus une lettre de l’alphabet, mais l’identifiant du département de conservation, suivi de l’indication abrégée de la typologie du document (monographie ou périodique).
Exemple : 4-D1 MON-250.

Cette cotation transitoire a été en vigueur jusqu’en juillet 1998.

Cotation des fonds d’imprimés sur le site François Mitterrand

Magasins du site François-Mitterrand

Magasins du site François-Mitterrand

Dorénavant, chaque document entrant dans les collections de la BnF se voit attribuer un numéro d’inventaire, composé d’un millésime (celui de l’année en cours) complété d’un numéro d’ordre.

Exemple : 2001-1500.

C’est ce numéro d’inventaire qui va servir de cote pour la majorité des documents imprimés, à la seule exception des documents entrant au département de la Réserve, qui a choisi de conserver une version « allégée » de la cotation Clément , afin de maintenir la spécificité de ses collections.

À remarquer que les collections de périodiques continuent à s’accroître sous leur cote d’origine, qui peut être « Clément », « Transitoire » ou « Nouveau système ».

Les autres cotations de fonds d’imprimés

La Bibliothèque de l’Arsenal et le département des arts du Spectacle

La Bibliothèque de l’Arsenal avait adopté pour son ancien fonds la classification de Brunet, dite classification des Libraires (collections réparties en cinq classes : Belles-Lettres, Histoire, Sciences et Art, Jurisprudence, Théologie).
Exemple : 4-BL-650, 8-H-8500

Il existe de plus un certain nombre de fonds spécifiques, portant en cote le nom du donateur ou l’indication de la typologie des documents conservés (Estampe, Musique).

Les cotes des nouveaux fonds se composent souvent d’un format, suivi de deux lettres, un « N » (pour nouveau), précédé d’une première lettre précisant la nature des documents rassemblés (P = Poésie, R = Roman).

Les collections du département des Arts du Spectacle sont classées selon une typologie propre, axée autour de la notion de spectacle et correspondant à la spécificité du support du document (imprimés, affiches, costumes, décors…).

Ce département conserve l’importante collection Rondel, constituée par Auguste Rondel, amateur de théâtre qui en fit don à l’État en 1920.
Son plan de classement est de type documentaire. Imprimés, manuscrits, dossiers de coupures de presse traitant du même thème sont rassemblés, tous types de format, conditionnement et valeur confondus

Les imprimés des départements spécialisés

Les fonds d’imprimés du département des Manuscrits se signalent par la présence de la mention « Impr » dans leur cote.

Pour les autres départements, aucune cotation spécifique n’a été introduite : les fonds d’imprimés sont intégrés dans la cotation générale du département.

Cotation des fonds des département spécialisés

Département des Cartes et plans

Magasin du Département des Cartes et plans

Magasins du site François-Mitterrand

La cotation du département des Cartes et Plans se compose d’un préfixe : Ge = Géographie, d’un lettrage symbolisant le format lorsqu’il s’agit des lettres A à D ou le type du document pour les lettres E à H.

Exemple : Ge DD-250

Le département conserve également des fonds spécifiques, tel le Fonds du service hydrographique de la Marine.Le département a en dépôt le fonds de la Société de Géographie qui a conservé sa cotation propre : celle-ci se compose des lettres Sg, suivies d’une mention de format, d’un lettrage et d’un numéro d’ordre. La société de Géographie possède également des fonds spécifiques, tel le fonds Bonaparte, légué à la Société de Géographie par Marie de Grèce, fille de Roland Bonaparte, petit neveu de l’Empereur et Président de la Société de Géographie de 1909 à sa mort en 1924.

Département de la Musique

La cotation du département de la Musique est axée autour du lettrage Vm (Musique).
Le département de la Musique conserve également une partie des fonds du Conservatoire de la Musique. Ceux-ci ont conservé leur cotation d’origine.

La Bibliothèque-Musée de l’Opéra, qui relève administrativement du département de la Musique, a adopté une classification « descriptive » en adéquation avec la nature de ses collections, dans l’esprit proche de celle du département des Arts du Spectacle.
On trouve ainsi des cotes « Opéras comiques », « Dessins de costumes », des dossiers de presse et, bien sûr, de nombreux fonds spécifiques (« Fonds Lifar », « Fonds Pavlova »…)

Département des Estampes et de la photographie

Magasin du Département des Estampes et de la photographie

Magasin du Département des Estampes et de la photographie

Le principe de classement des collections du département des Estampes a été établi dès 1750 par Hugues-Adrien Joly, « Garde des estampes et planches gravées » : les pièces et recueils sont répartis en grandes séries, conçues d’un point de vue artistique ou d’un point de vue strictement documentaire.
Ce plan de classification fut aménagé et amélioré par Jean Duchesne, devenu conservateur des Estampes en 1800.

Exemple : Yb3 5000 : Cote de documentation sur les artistes. Elle est toujours suivie du nom de l’artiste en majuscules et du prénom entre parenthèses.

Département des Monnaies, médailles et antiques

Ce plan de classement a pour finalité de classer logiquement les documents reçus dans le département, de regrouper les ouvrages traitant du même sujet ou rédigés par le même auteur.
Les matières sont subdivisées décimalement, classant les notions du général au particulier.
Les différentes séries sont ordonnancées selon les mêmes principes généraux, afin de faciliter la recherche.

Les cotes du département se composent toujours :

  • de cinq chiffres :
    • les deux premiers indiquent la série
    • le troisième chiffre indique les divisions à l’intérieur de séries
    • les deux derniers chiffres, pouvant se terminer de 00 à 09 selon les divisions de la série « Généralités », indiquent la forme
  • des trois premières lettres du nom de l’auteur (ou exceptionnellement du nom du lieu pour les séries : Histoire locale, Sites et rapports de fouille, Musées, Expositions, Trésors).
  • du format : Fol, 4, 8.

Département des Manuscrits

Division occidentale

La diversité des langues dans lesquelles sont écrits les documents conservés a conduit le département à adopter un classement linguistique pour l’essentiel de ses fonds.

Il existe par ailleurs des collections particulières dont la cote précise la provenance (nom géographique, nom du collectionneur ou du donateur) ou la typologie des documents (imprimés, fac-similés).

Division orientale

La division orientale du département des Manuscrits conserve essentiellement trois types de documents :

  • des manuscrits : une cinquantaine de fonds classés selon leur langue
  • des xylographes : conservés avec les manuscrits orientaux
  • des estampages levés en Égypte, Chine, Cambodge ou Népal

La cote se compose d’un lettrage spécifique suivi d’un numéro séquentiel.

Lorsque le format existe, il précède toujours le lettrage.

Cotation du département de l’Audiovisuel

Département de l´Audiovisuel

Département de l'Audiovisuel

Pour répondre à des nécessités de conservation selon les types physico-chimiques qui ne doivent normalement pas être ensemble en magasin (supports mécaniques, supports magnétiques, supports optiques, supports multimédias), d’optimisation des espaces de rangement en magasin (les formats) et de communication (déduire de la cote le type d’appareil à utiliser pour la communication), les collections audiovisuelles portent leurs cotes selon les modes suivants :


Classements

Photographie d´un document du département de l´Audiovisuel

Département de l'Audiovisuel

Le classement au format, marque, numéro dans la marque, aujourd’hui abandonné, correspond à celui des disques 78 tours issus des dons et acquisitions. Il revenait tout simplement à classer les disques selon leur format (diamètre du disque : 30, 25 ou 17 cm) ainsi que leur marque (Columbia, Odéon, Pathé, etc.), leur numéro de catalogue dans la marque inscrit dans la matière même du disque et sur l’étiquette centrale.

Dans le catalogue BNF, les références commerciales (marque et numéro dans la marque) sont précédées, selon les fonds auxquels appartiennent les documents, de l’une des mentions suivantes :

  • NC (mis pour Non Coté, désignant le fonds général du Département)
  • ORTF (pour désigner les disques issus des fonds de l’« Office de la radiodiffusion-télévision française »
  • Réserve (pour désigner les disques considérés à divers titres comme constituant un fonds plus précieux)

TYPE DE SUPPORT (mention en clair) + n° D’ENTRÉE

Des collections d’enregistrements sonores copiées sur disques (disques à gravure directe de la marque Pyral) ou sur bandes magnétiques, non issues du Dépôt légal, sont classées selon un numéro d’entrée.

Pyral + n° d’entrée (1)
Bande + n° d’entrée

Cotations proprement dites

Le lettrage a pour but de décrire physiquement le document dont il est question, essentiellement le type de support et son format.

  • LETTRAGE + n° SÉQUENTIEL
    Abandonné en 1964 au profit de la formule LETTRAGE + ANNÉE DE DEPOT (sur deux chiffres) + n° SÉQUENTIEL, ce type de cote a été repris à partir de 1976 pour être toujours aujourd’hui la règle de création des nouvelles cotes.
    • B-16526
      B : disque de format 30 cm
      16526 : numéro séquentiel
    • SDC 12-12530
      S : document reçu au titre du Dépôt Légal des documents Sonores
      DC : Disque Compact
      12 : 12 cm de diamètre
      12530 : numéro séquentiel
    • VDVD-50
      V : document reçu au titre du Dépôt Légal des Vidéogrammes
      DVD : disque DVD (Digital Versatile Disc)
      50 : numéro séquentiel
  • LETTRAGE + n° SÉQUENTIEL + (SOUS-COTE)
    PER MDC-122 (14)
    PER : document paraissant PERiodiquement
    M : document reçu au titre du Dépôt Légal des documents Multimédias
    DC : Disque Compact (Cédérom ou CDI 12 cm de diamètre)
    122 : numéro séquentiel
    (14) : numéro 14 du périodique
  • LETTRAGE + ANNÉE DE DEPOT (sur deux chiffres) + n° SÉQUENTIEL
    • CSU/73-22
      C : disque 25 cm de diamètre
      SU : disque microsillon enregistrement Stéréo et gravure Universelle (écoutable en mode mono ou stéréo)
      73 : document reçu au titre du Dépôt légal en 1973
      22 : numéro séquentiel
    • MCSU/68-231
      MC : cassette audio analogique ("musicassette")
      SU : enregistrement Stéréo et Universel (écoutable en mode mono ou stéréo)
      68 : document reçu au titre du Dépôt légal en 1968
      231 : numéro séquentiel
  • LETTRAGE + n° SÉQUENTIEL + SOUS-COTE indiquant le lieu de conservation, l’usage.
    Il s’agit d’une forme de cotation particulière adoptée pour des documents acquis pour la diffusion en Haut-de-jardin et/ou en Rez-de-jardin (cassettes vidéo, cassettes audio, disques compacts audio, cédéroms).
    La sous-cote (3) indique les documents diffusés en Haut-de-jardin
    La sous-cote (4) indique les documents diffusés en Rez-de-jardin
    • IKM-8045 (3)
      I : Image
      K : K7 « cassette vidéo »
      M : cassette vidéo de Moyen format (S-VHS)
      8045 : numéro séquentiel
      (3) : document destiné à la diffusion en Haut-de-jardin
    • PDCE-12454 (4)
      P : « Phono » désignant les supports audio
      DC : Disque Compact
      E : produit Edité
      12454 : numéro séquentiel
      (4) : document destiné à la diffusion en Rez-de-jardin
    • IFN (Image Fixe Numérisée) + 7 CHIFFRES
      Les 2 premiers chiffres désignent la codification du « cédant », l’établissement conservant le document original, (par exemple 77 pour le site de Richelieu ou 32 pour l’Institut Pasteur), les 5 chiffres suivant sont un numéro séquentiel dans le fonds du cédant.
      Lot de 12 images (12 cartes postales de Tripolitaine)
      IFN-7702349
      IFN : Image Fixe Numérisée
      77 : numéro du « cédant », en l'occurrence le site de Richelieu
      02349 : numéro séquentiel

Classement des documents en accès libre sur le site F.-Mitterrand

Photographie d´un magasin du service préservation

Magasin du service préservation

Les documents en accès libre, sont répartis entre les départements et rangés dans les salles de lecture d'après leur sujet.

pour les livres : selon la discipline et la classification décimale Dewey, à l'exception des ouvrages de référence de la Réserve des livres rares, organisés selon une classification spécifique.

pour les journaux et revues : selon la discipline, puis par titre dans l'ordre alphabétique

Un ouvrage traitant du même sujet dans une même discipline sera classé à la même cote en Haut et en Rez-de-jardin.

Classement des livres : la classification Dewey

Photographie d´un document au service préservation

Services préservation

La classification Dewey, du nom de son inventeur, le bibliographe américain Melvil Dewey (1851-1931), répartit l'ensemble des connaissances en 10 grandes classes, de 0 à 9.

Pour connaître la répartition des classes dans la bibliothèque, consulter sur place :

  • le service Information du public accessible sur tous les postes et les bornes
  • les dépliants « Classement Dewey : organisation des collections ».

Chacune de ces classes a été subdivisée, du plus général au plus précis. Plus le sujet est précis, plus la cote comporte de chiffres.
Le mobilier présente plusieurs niveaux de repère correspondant au classement des collections.
Chaque document porte une étiquette indiquant sa cote. C'est cette cote qui permet de le localiser dans la bibliothèque selon son sujet principal, le nom de son auteur et son titre.

Exemple d'étiquette d'un livre
Histoire de la langue française

447.009

Sujet traduit selon la classification Dewey

France

944

Ferdinand Brunot

BRUN

Premières lettres du nom de l'auteur

Histoire de la langue française

h

Première lettre du titre de l'ouvrage

A41

Code de localisation à usage interne

Classement des journaux et des revues

Dans les salles, les journaux et les revues sont distingués des autres documents, rassemblés à part et classés par discipline et par titre, à l'exception des publications officielles (salle O), classées par organisme éditeur.

Exemple d'étiquette pour les journaux et les revues

Gazette des Beaux-Arts

ART

Premières lettres de la discipline

Gaze

Premières lettres des principaux mots du titre

Beau

A 43

Code de localisation à usage interne

jeudi 29 novembre 2012

Écouter la page

Partagez