Pour les professionnels

Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica

Actes-vidéos de la journée d'étude

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, le mercredi 3 mai 2017, à Paris, Bibliothèque nationale de France - site François-Mitterrand (Petit Auditorium)
Fond d´écran de la journée d´étude Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.
Télécharger

Le programme [fichier .pdf – 180 Ko – 31/05/17 – 3 p.]

mercredi 2 août 2017

Partagez