Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Pour les professionnels

Résultats de l’étude sur l’Extranet BnF du dépôt légal des éditeurs

En juillet 2010, un an après le lancement de l’Extranet du dépôt légal (DL), la Bibliothèque nationale de France a conduit une étude afin de mesurer la satisfaction de ses utilisateurs, améliorer le service proposé et mieux répondre aux besoins des éditeurs.
Extranet Dépôt légal éditeur : page d´accueil

Extranet Dépôt légal éditeur : page d'accueil

L’étude a été pilotée par la délégation à la Stratégie et à la recherche de la BnF, avec le soutien du département du Dépôt légal de la BnF et du Syndicat national de l'édition.

Dans une première phase, un questionnaire a été envoyé par message électronique aux 2 634 éditeurs inscrits à ce moment-là à l’Extranet DL : 499 éditeurs y ont répondu, soit un taux de retour de 19%.

Dans une deuxième phase, 14 entretiens téléphoniques ont été réalisés auprès d’éditeurs non-inscrits, toutes catégories confondues (des petits éditeurs aux grands groupes).

Avec une note moyenne de satisfaction de 8,1/10, les utilisateurs de l’Extranet DL se disent satisfaits du site et de l’ensemble de ses aspects (disponibilité, navigation, ergonomie, etc.) ; ils ont peu de requêtes concernant les outils de navigation. Ils utilisent les fonctionnalités essentielles mais en méconnaissent d’autres (document d’aide en ligne, tri des déclarations, etc.). Ce qui les intéresse en premier lieu est de remplir rapidement la déclaration (enregistrement des préférences) et d’en garder la trace. L’historique des déclarations est très apprécié, particulièrement par ceux disposant déjà d’une impression automatique de leurs déclarations : leur base de données assure rarement cette fonction. Les deux premières attentes quant aux développements futurs sont de ne plus avoir à envoyer, avec l’ouvrage, un exemplaire papier de la déclaration et de pouvoir annuler ou modifier une déclaration après validation.

Les non-utilisateurs inscrits (55% des inscrits au 1er août) sont majoritairement des petites structures ou des auto-éditeurs pour 87% d’entre eux, dont l’inscription obéit moins à un impératif d’efficacité. Ils ont pu également être attirés par une certaine forme de reconnaissance ou même la curiosité. Leur faible activité éditoriale reste la raison première de leur non-usage.

Chez les non-inscrits interrogés, aucun blocage majeur vis-à-vis du site de l’Extranet DL n’a été décelé. Même l’existence d’une base de données interne, permettant une impression automatique des déclarations, est rarement considérée comme définitivement rédhibitoire. En effet, ces bases ne fournissent pas d'historique des déclarations. Chez certains responsables du DL, la question de « faire autrement » est une question encore lointaine, soit parce que la décision de s’inscrire sur l’Extranet n’est pas de leur seul ressort, soit parce que l’urgence du moment les empêche de prendre du recul. Dans les deux cas, ils méconnaissent les fonctionnalités du site ; ils les découvrent et s’y intéressent pendant l’entretien. Ce résultat encourage la BnF à poursuivre le travail de communication et d'accompagnement des éditeurs.

Les résultats de l'étude permettront d'orienter le développement du site en 2011.

La Bibliothèque nationale de France remercie les éditeurs d’avoir participé à cette étude.

mercredi 8 décembre 2010

Écouter la page

Partagez