Pour les professionnels

Réutilisation et accès aux données du CCFr

Depuis le 1er janvier 2018, les données des bases gérées par le CCFr (Base patrimoine, Catalogue général des manuscrits, Palme et Répertoire) sont passées sous Licence Ouverte. Elles sont donc réutilisables librement et gratuitement sous réserve d’en mentionner la source.

Cette ouverture correspond à la mission du CCFr, qui est de mettre en valeur et de diffuser les richesses patrimoniales des bibliothèques françaises. Elle suit par ailleurs le processus d’ouverture des données publiques encouragé par l’État.

Le CCFr propose plusieurs solutions pour accéder à ses données et pour les récupérer.

Accès aux données du CCFr

Un permalien est proposé dans les notices de la Base patrimoine, du Catalogue général des manuscrits (CGM), de PALME ou du Répertoire. Copié/collé dans n’importe quel document, celui-ci permet d’accéder directement à la notice dans le CCFr. D’autres catalogues interrogés disposent également d’un permalien permettant un accès direct aux notices.

Voir par exemple, sur la page Archives et manuscrits du Portail des bibliothèques municipales spécialisées de la Ville de Paris, le lien vers l’inventaire du fonds Gustave Flaubert de la Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP).

Un résolveur de liens peut également être fourni pour permettre l’accès à un formulaire de recherche pré-rempli ou pour lancer directement une recherche sur le CCFr. Inséré dans n’importe quelle page internet, celui-ci permet par exemple de lancer une recherche limitée à une base, un établissement ou un type de document, tout en bénéficiant ensuite de toutes les fonctionnalités du portail du CCFr.

Voir par exemple, sur la page Collections et fonds du Portail des bibliothèques municipales spécialisées de la Ville de Paris, le lien vers la centaine de fonds issus de dons, de legs ou d’acquisitions conservés dans les bibliothèques patrimoniales de la ville et décrits dans le Répertoire du CCFr.

Le widget du CCFr permet d’insérer dans n’importe quelle page web un encart de recherche rapide. Des paramètres de recherche peuvent être définis pour sélectionner la ou les bases interrogées, limiter les résultats à une région ou un établissement, etc. Personnalisable, il peut également être adapté à toute charte graphique (couleurs, polices de caractères, etc.).
Un guide utilisateur ainsi que différents widget sont disponibles en téléchargement dans la rubrique "En savoir plus".

Voici, pour exemple, un widget permettant de lancer une recherche sur tous les mots des notices de la Base Patrimoine :

logo CCFRCatalogue collectif de France
Exemple de widget permettant une recherche
dans la Base Patrimoine du CCFr

Récupération des données du CCFr

Depuis le portail du CCFr, il est possible de sélectionner des notices puis d’en demander le téléchargement, directement ou en passant par le panier. Les formats disponibles sont les suivants :

  • ISO 2709 ou texte tabulé pour la Base Patrimoine,
  • XML EAD pour le CGM et Palme.

Des extractions complètes des bases sont également disponibles depuis plusieurs plateformes de données ouvertes :

Ces jeux de données (ou dumps en anglais) sont mis à jour régulièrement et permettent de récupérer tout le contenu d’une base en une seule opération. Compte-tenu des volumétries, le contenu d’une base peut cependant être découpé en plusieurs fichiers. Pour en savoir plus, se reporter aux plateformes.

La Licence Ouverte

La Licence Ouverte développée par la mission Etalab a pour objectif de faciliter et encourager la réutilisation des données publiques.

Elle présente les caractéristiques suivantes :

  1. Une grande liberté de réutilisation des informations :
    1. Une licence ouverte, libre et gratuite, qui apporte la sécurité juridique nécessaire aux producteurs et aux réutilisateurs des données publiques ;
    2. Une licence qui promeut la réutilisation la plus large en autorisant la reproduction, la redistribution, l’adaptation et l’exploitation commerciale des données ;
    3. Une licence qui s’inscrit dans un contexte international en étant compatible avec les standards des licences Open Data développées à l’étranger et notamment celles du gouvernement britannique (Open Government Licence) ainsi que les autres standards internationaux (ODC-BY, CC-BY 2.0).
  2. Une exigence forte de transparence de la donnée et de qualité des sources en rendant obligatoire la mention de la paternité.
  3. Une opportunité de mutualisation pour les autres données publiques en mettant en place un standard réutilisable par les collectivités territoriales qui souhaiteraient se lancer dans l’ouverture des données publiques.

mardi 15 mai 2018

Partagez