Pour les professionnels

D’où viennent les données du CCFr ?

Les données du CCFr proviennent de plusieurs sources. Le portail du CCFr utilise plusieurs mécanismes pour interroger celles-ci.

Les catalogues

Pour interroger ses différents catalogues, le portail du CCFr fait appel à plusieurs mécanismes :

  • interrogation directe (selon le protocole Z39.50),
  • moissonnage d’entrepôts OAI,
  • chargement de données, plus ou moins régulier, dans des bases locales.

Selon les sources, les données affichées peuvent donc être plus ou moins à jour.

Le protocole Z39.50 permet d’interroger directement plusieurs catalogues, ce qui garantit des données parfaitement à jour. Les catalogues concernés sont : Catalogue général de la BnF (BnF-CG) ; Sudoc ; catalogues des bibliothèques municipales de Bordeaux, Dijon, Limoges et Rennes ; catalogue des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris.

Le protocole OAI-PMH permet de moissonner régulièrement plusieurs entrepôts de bibliothèques ou de réseaux documentaires. La mise à jour dépend à la fois de la fréquence du moissonnage par le CCFr et de la mise à jour des entrepôts sources par les établissements. Les catalogues concernés sont ceux : des réseaux Rachel et Valdo ; des bibliothèques municipales de Rhône-Alpes (Lectura) et de la bibliothèque municipale de Montpellier.

Plusieurs bases sont également copiées régulièrement pour pouvoir ensuite être interrogées localement par le portail. Cela concerne les fichiers XML-EAD de BnF-Archives et manuscrits (BAM) et Calames.

Plusieurs bases sont hébergées par le CCFr, les données étant mises à jour directement ou par chargements à partir d’autres sources, au fur et à mesure de l’envoi de nouveaux fichiers par les bibliothèques partenaires. Cela concerne la Base Patrimoine, le Catalogue général des manuscrits (CGM) et Palme.

Le Répertoire

Le Répertoire est hébergé par le CCFr, ses données étant mises à jour :

  • directement, par les établissements eux-mêmes, pour les données les concernant, ou par l’équipe du CCFr, en lien avec les établissements,
  • par des chargements de données, en particulier pour les bibliothèques de l’Enseignement supérieur, pour lesquelles l’ABES fournit des mises à jour mensuelles.

mercredi 20 décembre 2017

Partagez