Soutenez la BnF
Formulaire de recherche

Événements et culture

À la croisée des arts

Journée d'étude

  • Informations pratiques

  • samedi 12 octobre 2013 – 9h30-20h00

    Bibliothèque de l'Arsenal

    1, rue de Sully - Paris 4e

    entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49
    (ouverture des inscriptions un mois avant le jour de la manifestation)
 

samedi 12 octobre 2013 9h30-20h00

Célestin Nanteuil (1813-1873), graveur romantique

Journée d’étude organisée par Olivier Feignier, avec la participation de Catherine Adam-Sigas, musée Delacroix, coordonnatrice du Bulletin du musée Delacroix, Sophie Barthélémy, conservateur du musée de Dijon, responsable des collections de peinture du XIXe siècle, Elisabeth Brisson, historienne de la musique, spécialiste de Beethoven et du XIXe siècle, Jérôme Doucet, libraire de livres anciens, rédacteur du catalogue « Philothée O’Neddy, un brigand de la pensée » et spécialiste du livre illustré romantique, Marie-Hélène Girard, Yale University, Ségolène Le Men, Université de Paris X Nanterre, spécialiste du rapport entre texte et image au XIXe siècle, Sylvain Ledda, Université de Nantes, spécialiste du théâtre romantique et d'Alfred de Musset, et Claude Schopp, spécialiste d’Alexandre Dumas.
La journée s'achèvera par un concert donné par Philippe Cantor, baryton, et Jean-François Ballèvre, pianiste.

« La numérisation des estampes de Célestin Nanteuil conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF révèle à nouveau ce graveur reconnu dans les années 1830 et déjà oublié de son vivant. Pourtant, lorsque la Bibliothèque nationale, en 1930, consacre une exposition au Romantisme, l’affiche reprend un encadrement réalisé en 1838 par Célestin Nanteuil pour une page des Voyages romantiques de l’ancienne France.
Célestin Nanteuil (1813-1873) représente le graveur romantique par excellence. Homme doux et tranquille, particulièrement timide au milieu des jeunes gens fougueux des années 1830, il brûle de passion pour la comédienne Marie Dorval, qui lui préfère Alfred de Vigny. “Personne ne fut plus agneau que Célestin Nanteuil”, dira le critique Champfleury. De ces battements de cœurs, de son admiration fascinée pour Victor Hugo, naissent des créations artistiques au style exalté. »


 

mercredi 18 septembre 2013

Écouter la page

Partagez