Les Fonds spéciaux du département Littérature et art

Ces fonds spécifiques ou résultant de dons, souvent regroupés sous une cote débutant par Z, peuvent présenter des particularités de communication.

Fonds spéciaux

Il s’agit de fonds résultant de dons et regroupés sous des cotes particulières afin de conserver leur cohérence.

Lorsque le document appartient à un fonds spécial dont la communication est soumise à autorisation (c’est le cas du Z Barrès et Z Romain Rolland) vous pouvez vous adresser à la banque de salle pour faire une demande de consultation exceptionnelle.

Deux dons récents

Z COUPERIE

Don de Mme Daniele Alexandre-Bidon, légataire universelle de Pierre Couperie. 2012. Département Littérature et art
Historien, Pierre Couperie (1930-2009) est surtout connu pour son rôle fondamental dans la reconnaissance culturelle de la bande dessinée. Vice-président du Club de bandes dessinées (mai 1962), promoteur de la grande exposition Bande dessinée et figuration narrative au Musée des Arts-Décoratifs en 1967 et du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, auteur avec d’autres de la première Encyclopédie de la bande dessinée, il assura de 1978 à 1997 un cours hebdomadaire sur le « neuvième art » à l’EHESS. Grand amateur de science-fiction, il a rassemblé un nombre très important de publications étrangères, rares en France, en vue de consacrer à ce sujet un séminaire à l’École des Hautes Études.
Ce don comprend plus de 2000 volumes dont près de la moitié est constituée par des revues spécialisées. Il est représentatif de la science-fiction anglo-saxonne du milieu des années cinquante au début des années 80. Les périodiques, très difficilement accessibles en France, sont essentiels pour la compréhension de l’histoire littéraire du genre. De même les romans, en anglais, souvent en édition de poche, parfois des titres jamais traduits, constituent une source considérable d’informations pour tous les chercheurs et historiens.

Z RODINSON

La bibliothèque de Maxime Rodinson est arrivée par don au département littérature et art en 2005. Don de son fils Michel, proposé quelques mois après la mort de son père, cet ensemble important est composé de la quasi-totalité de la bibliothèque de travail et d’une part de la bibliothèque personnelle de Maxime Rodinson.
Maxime Rodinson (1915-2004) est un linguiste (comparatiste), sociologue et orientaliste français.
Spécialiste des langues sémitiques, islamologue reconnu (on lui doit, dans les années 60, une biographie de Mahomet qui fait référence, entre autres travaux importants), écrivain prolifique, enseignant et directeur d’étude à l’EPHE (IVe et VIe sections), il exerce également la fonction de bibliothécaire au secteur des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de 1948 à 1955.
Ses recherches et son engagement politique le conduisent à s’intéresser tout particulièrement au Proche-Orient où il effectue de nombreux voyages. Il séjourne plusieurs années au Liban et en Syrie, d’où il ramène de nombreux livres aujourd’hui introuvables aussi bien en France qu’ailleurs.
Sa bibliothèque regroupe environ 14 500 imprimés, essentiellement des monographies, mais également quelques collections complètes de revues et des tirés à part. Elle recouvre la grande diversité des centres d’intérêt de Maxime Rodinson et s’apparente tout autant à une bibliothèque de chercheur, spécialiste de son domaine (anthropologie historique, linguistique, histoire et sociologie des religions), qu’à celle d’un humaniste militant, portant sur l’actualité du Proche-Orient, un regard indépendant.

catalogues de libraires et d’éditeurs (Q10)

Avec le fonds nommé Q10, la Bibliothèque nationale de France possède une collection unique de catalogues de libraires, d’imprimeurs et d’éditeurs, français et étrangers. Ces documents peuvent être consultés en Bibliothèque de recherche du site François-Mitterrand. Ils sont conservés en magasins, sous la cote Q10.
Ce fonds historique, dont les plus anciens catalogues datent du XVIIe siècle, continue de s’accroître quotidiennement grâce au dépôt légal et aux dons que reçoit la BnF. Les documents de la cote Q10 sont classés par grandes tranches chronologiques allant de A à F ; chacune de ces périodes a un signalement et des instruments de recherche spécifiques. La tranche correspondant au XIXe siècle (Q10 B) et à la naissance du métier d’éditeur fait actuellement l’objet d’une campagne de numérisation (à partir d’un corpus d’éditeurs sélectionnés).

En savoir plus sur les catalogues de libraires et d’éditeurs

catalogues des cabinets de lecture (Q 28)

Les « cabinets de lecture », sortes de boutiques dans lesquelles les lecteurs pouvaient « louer » (pour une heure ou plusieurs heures) un livre ou simplement des journaux à consulter sur place, furent notamment prisés à la fin du XVIIIe siècle et pendant la première moitié du XIXe siècle (à une époque où le prix du livre était très élevé).
La collection est entièrement microfilmée (cote microfilm M-2700), donc communicable par le catalogue général, dans n’importe quelle salle de lecture. Depuis 2012, elle est également cataloguée.
Le fascicule « Fonds des catalogues de cabinets de lecture », disponible en banque de salle T, propose un historique des cabinets de lecture, une description du fonds, ainsi qu’une liste des cabinets de lecture classés par région puis par ville.

catalogues de vente (Delta et V36)

Avant chaque vente, un catalogue est publié (de nos jours parfois sous forme électronique), illustré ou non, il décrit les lots qui seront mis en vente. La BnF possède un fonds important de catalogues de vente remontant jusqu’au XVIIe siècle. Ce fonds continue de s’enrichir chaque année, via le dépôt légal ou des dons.
Pour retrouver et identifier un catalogue de vente dans le catalogue de la BnF, il vous suffira de chercher avec les mots clés suivants : vente, ville de la vente, année de la vente. Dans le cadre d’une convention de numérisation concertée en art avec l’INHA, le département Littérature et art a numérisé la plupart des unica du V36, qui sont disponibles dans Gallica.

Pour en savoir plus sur ce fonds

Fonds précieux du CNLJT

Les collections du Centre national de la littérature pour la jeunesse comprennent un fonds de 6 000 documents anciens, rares ou précieux rassemblés sous la cote CNLJT (T comme Trésor).
Ce fonds n’est communiqué que dans les salles I et T.