Soutenez Proust

La BnF a besoin de votre soutien pour acquérir un exemplaire de l’édition originale de Du côté de chez Swann, premier tome de l’œuvre romanesque de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Cet exemplaire que Proust a offert en 1915 à Marie Scheikévitch est enrichi d’une lettre-dédicace longue de huit pages. Pour aider la BnF à acquérir ce document unique, faites un don avant le 31 décembre 2020.

 

Lettre-dédicace de Marcel Proust à Marie Scheikévitch en tête de son exemplaire de Du côté de chez Swann  - D.R.

 

Je donne

 

C’est en 1907 que Marcel Proust (1871-1922) commence l’écriture de son chef-d’œuvre À la recherche du temps perdu, dont les sept tomes sont publiés entre 1913 et 1927 :

  • Du côté de chez Swann (1913)
  • À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919, prix Goncourt)
  • Le Côté de Guermantes (deux volumes, 1920-1921)
  • Sodome et Gomorrhe I et II (deux volumes, 1921-1922)
  • La Prisonnière (posthume, 1923)
  • Albertine disparue (posthume, 1925)
  • Le Temps retrouvé (posthume, 1927)

Cette œuvre romanesque écrite à la première personne est une réflexion sur la littérature, sur la mémoire et sur le temps. Par son influence sur les œuvres et les recherches littéraires à venir, À la recherche du temps perdu se classe parmi les plus grands œuvres de la littérature universelle.

 

Lettre-dédicace de Marcel Proust à Marie Scheikévitch en tête de son exemplaire de Du côté de chez Swann  - D.R.

Du côté de chez Swann, un premier tome publié à compte d’auteur

En mars 1913, après avoir essuyé le refus de trois éditeurs, Proust passe un contrat à compte d’auteur avec Bernard Grasset pour la publication de son roman. Il reçoit 95 épreuves en placard du livre, alors intitulé Les intermittences du cœur, Le Temps perdu et divisé initialement en trois parties. Jugeant le texte trop long pour être publié en un seul volume, Grasset l’oblige à abréger son texte. Proust doit supprimer les 25 derniers placards. L’étape des placards est décisive dans la genèse de l’œuvre : Proust remanie son texte, fixe les noms, corrige, améliore, hésite encore sur le fameux incipit. C’est à partir de cette nouvelle version que sera établie l’édition originale de Du côté de chez Swann, achevée d’imprimer le 8 novembre 1913.

Retrouvez en photos et en vidéo les placards de Du côté de chez Swann conservés au département des Manuscrits de la BnF

 

Une édition originale d’intérêt patrimonial majeur, une dédicace capitale

Deux des exemplaires de l’édition originale de Du côté de chez Swann sont restés particulièrement célèbres en raison de l’éclairage unique qu’ils portent sur la création d’À la recherche du temps perdu.

L’un est celui sur lequel Proust a ajouté en 1918 une lettre-dédicace au romancier Jacques de Lacretelle, où il décrivait un certain nombre de modèles qui avaient servi à l’invention de motifs tels que l’église de Combray et la sonate de Vinteuil. Cet exemplaire, mentionné au répertoire des biens spoliés en France pendant la Seconde Guerre mondiale, a malheureusement disparu depuis cette époque et n’a jamais été retrouvé.

 

Lettre-dédicace de Marcel Proust à Marie Scheikévitch en tête de son exemplaire de Du côté de chez Swann  - D.R.

 

L’autre exemplaire, celui que la BnF souhaite acquérir, a été lui aussi enrichi d’une lettre-dédicace, longue de huit pages. Plus ancienne, puisqu’elle a été rédigée dès novembre 1915, elle est adressée à Marie Scheikévitch. Fille d’un avocat russe et figure du Paris littéraire et mondain de la Belle Époque, Marie Scheikévitch s’était liée à Proust d’une étroite amitié depuis 1911 et a joué un rôle important dans la première réception de Du côté de chez Swann en mettant ses relations influentes au service du romancier. Elle a ainsi permis que la presse se fasse l’écho de la publication du premier volume d’À la recherche du temps perdu, dans lequel elle avait immédiatement reconnu un chef-d’œuvre. Proust lui rendra d’ailleurs hommage dans Sodome et Gomorrhe sous le voile de Mme Timoléon d’Amoncourt, « petite dame brune, extrêmement jolie » habituée du salon de la duchesse de Guermantes et dévouée à la cause de la littérature, « amie successivement — nullement amante, elle était de mœurs fort pures — et exclusivement de chaque grand écrivain qui lui donnait tous ses manuscrits, écrivait des livres pour elle. »

 

 

L’exemplaire de Du côté de chez Swann qui a appartenu à Marie Scheikévitch appartient au petit nombre des exemplaires de tête de l’édition : il est l’un des douze qui ont été imprimés sur papier hollande. Mais c’est plus encore par l’intérêt majeur de sa dédicace qu’il se distingue : Proust y dévoile pour la première fois ce que vont devenir plusieurs des personnages de Du côté de chez Swann. En puisant et tressant ensemble des fragments choisis parmi les brouillons contenus dans ses carnets (eux-mêmes conservés à la BnF), il met en forme et résume, pour son amie et elle seule, ce qui, lui dit-il, « n’est actuellement connu de personne » et qu’il lui demande expressément « de ne pas montrer tant que l’ouvrage n’aura pas paru » : l’ensemble du cycle d’Albertine, appelé à former la matière de La Prisonnière et d’Albertine disparue.
Ainsi cette « dédicace capitale », comme l’écrit Jean-Yves Tadié dans sa biographie de Marcel Proust, occupe une place éminente parmi les documents qui témoignent de la genèse d’À la recherche du temps perdu et du travail de construction de sa grandiose architecture.

Pour consulter le fac-similé et la transcription de la dédicace, cliquez sur ce lien

 

Je donne

Le fonds Proust de la BnF

Marcel Proust avait conservé l’ensemble de ses manuscrits. A sa mort, en 1922, son frère, le docteur Robert Proust, hérita de ce précieux dépôt et assura la publication posthume des trois derniers volumes d’À la recherche du temps perdu. Lorsqu’il disparut à son tour, en 1935, sa fille unique, Suzy Mante Proust prit la relève tout en favorisant le travail des chercheurs. Dans un souci d’assurer la conservation des documents et de leur donner une plus grande diffusion, elle prit la décision de les céder à un grand établissement. C’est ainsi que le fonds Proust entra à la Bibliothèque Nationale en 1962.
Il était alors constitué par la quasi-totalité des manuscrits de l’écrivain, depuis ses papiers scolaires, ses œuvres de jeunesse (Les Plaisirs et les Jours, Jean Santeuil), ses articles critiques et ses traductions des œuvres de Ruskin jusqu’aux manuscrits d’À la recherche du temps perdu. Trois nouvelles acquisitions, en 1977, en 1984 et en 2013, ont permis de compléter ce fonds prestigieux.

Pour l’écriture de la Recherche, le fonds des manuscrits se décompose de la manière suivante :

  • 5 carnets de notes préparatoires, de 1908 à 1918, dont un agenda acquis en 2013 que Proust a utilisé comme carnet de notes préparatoires à la rédaction de « Combray », la première partie de Du côté de chez Swann ;
  • 75 cahiers de brouillons des parties successives du roman, à leurs différents stades d’évolution ;
  • 20 cahiers contenant la mise au net de Sodome et Gomorrhe, La Prisonnière, Albertine disparue et Le Temps retrouvé, enrichis des fameuses « paperoles », longues bandes d’ajouts collés bout-à-bout ;
  • 18 volumes de dactylographies en partie corrigées ;
  • 14 volumes de placards et d’épreuves comportant de nombreuses variantes et additions autographes.

 

Agenda 1906, carnets et cahiers du fonds Proust - D.R.  
 

À cet ensemble s’ajoute un certain nombre d’exemplaires imprimés particuliers, eux-mêmes remarquables par l’information qu’ils apportent sur l’élaboration du roman ou sur l’histoire de son processus éditorial : tels des exemplaires de l’édition de luxe d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs enrichis de planches d’épreuves corrigées ou, acquis en 2008, l’exemplaire du Côté de Guermantes dédicacé à la comtesse de Chevigné, l’un des modèles du personnage de la duchesse de Guermantes.

Témoins irremplaçables de la genèse de À la recherche du temps perdu, ces documents sont exceptionnels par la richesse et par la qualité des informations qu’ils renferment sur le processus de la création littéraire chez un des plus grands écrivains du XXe siècle.

L’acquisition de l’exemplaire de Du côté de chez Swann dédicacé à Marie Scheikévitch constitue un apport exceptionnel à cet ensemble patrimonial majeur dans l’histoire de la littérature française.
 

Je donne

 

Comment faire un don, réduction fiscale et contreparties

Portrait de Marcel Proust paru dans le journal America-Latina en 1920 @ BnF/Dpt. Droit économie politique
Vous pouvez faire un don en ligne par carte bancaire, par chèque ou par virement.

 

Vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur le revenu égale à 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable, reportable sur 5 ans (loi du 1er août 2013 relative au mécénat).

Informations au 01 53 79 46 60 ou proust@bnf.fr
 

 

 

 

Pour aller plus loin sur Marcel Proust

 

 

Liste des donateurs

Consultez la liste des donateurs

Contacts

Frédérique Hall

Chargée de mécénat et relation donateurs

Téléphone : 33 (0)1 53 79 46 60

frederique.hall@bnf.fr