Un tour de Rotonde en compagnie d’Arlequin

Du 28 janvier 2020 à janvier 2021 | Richelieu
Du lundi au samedi de 9h à 20h, en accès libre. Dépliant disponible pour les visiteurs.

 

Arlequin, le plus français des personnages de la commedia dell’arte, sera le guide privilégié des visiteurs de la Rotonde des Arts du spectacle qui met à l’honneur, sur le site Richelieu, les collections d’Auguste Rondel et leur postérité.

Il y a cent ans, Auguste Rondel (1858- 1934) donnait à l’État les collections qu’il avait constituées sur les arts du spectacle à travers toutes les époques et tous les pays. Le département des Arts du spectacle de la BnF fête cet anniversaire en exposant à la Rotonde une sélection de plus de 60 pièces ayant trait au théâtre du XVIIIe au XXe siècle.

Le visiteur pourra découvrir, parmi les documents emblématiques et parfois inattendus retraçant l’histoire des théâtres parisiens, des aquarelles de Lhéritier, une copie annotée de la centième du Dindon, les couverts de baptême de Georges Feydeau, ou encore un diadème de la tragédienne Rachel offert par l’une de ses amies à Auguste Rondel. Car celui-ci entretenait des relations privilégiées avec différents acteurs du monde théâtral, eux-mêmes collectionneurs, comme Eugène Héros, directeur du théâtre du Palais-Royal de 1907 à 1910, et Léon Guillot de Saix, auteur de textes dramatiques et bibliophile.

Ce dernier avait acquis une collection de marionnettes vénitiennes du XVIIIe siècle, considérée aujourd’hui comme l’un des fleurons du département des Arts du spectacle. La Rotonde mettra ainsi en lumière les marionnettes de la comtesse Beatrix, du doge de Venise et de leur entourage. Arlequin, le plus français des personnages de la commedia dell’arte, sera le guide privilégié des visiteurs de la Rotonde des Arts du spectacle qui met à l’honneur, sur le site Richelieu, les collections d’Auguste Rondel et leur postérité.

Fil rouge de cette présentation, le personnage d’Arlequin, né à Paris vers 1584-1585, sera évoqué à travers des pièces diverses : une estampe gravée dans une édition rare du XVIIe siècle, un portrait du mime Farina en Arlequin masqué peint par Edmond Heuzé, des maquettes de costumes de Philippe Graitson, un costume du spectacle Bleu, blanc, Goude… autant de témoignages de la réception de ce personnage qui reste vivant dans la mémoire collective. Arlequin emmènera les visiteurs à la rencontre des successeurs d’Auguste Rondel qui, à la tête des collections théâtrales, ont souhaité les enrichir en y incluant notamment des fonds d’archives et des collections d’objets provenant de praticiens du théâtre. Réinterprétant les codes de la commedia dell’arte, Guy-Claude François (1940-2014) et Roberto Moscoso (1943-2011) ont ainsi conçu les espaces scéniques des spectacles L’Âge d’or et Le Capitaine Fracasse, créés par la troupe du théâtre du Soleil. Les maquettes de décor et les photographies exposées témoignent aujourd’hui de la fabrique de ces mises en espace des nefs de la Cartoucherie au service des textes et du jeu des acteurs.

Corinne Gibello-Bernette
Commissaire, département des Arts du spectacle
Texte paru dans le n° 87 de Chroniques