Auditorium, site François-Mitterrand  -  - © Nicolas Gallon - BnF
Terminé

Annulé – La Bibliothèque parlante – Le festival de la BnF – 2022

Auditorium, site François-Mitterrand - - © Nicolas Gallon - BnF

Annulé – Pour la sixième édition consécutive, la BnF invite le public à venir écouter les mille et une voix de la Bibliothèque à travers un choix de lectures. Organisé en partenariat avec France Culture, le festival La Bibliothèque parlante s’inspire cette année de l’exposition Visages de l’exploration au XIXe siècle. Du mythe à l’histoire et propose des textes autour des thématiques du voyage, de l’exploration, de la découverte.

Vendredi 3 et samedi 4 juin, des voix donneront vie à des textes d’Ida Pfeiffer, Émile Guimet ou encore Jean-Luc Coatalem ; le public pourra assister à des lectures d’œuvres issues des collections de la BnF par des comédiennes ou des comédiens.

Anne-Laure Liégeois, programmatrice du festival, évoque ainsi les textes qui seront donnés à écouter :

« Imaginer Ida Pfeiffer, la viennoise aux cheveux déjà gris, en jupon, debout au milieu de la nuit sarawakienne, fermant la fenêtre de la case d’un Dayak, quand le mouvement du vent remue la pestilence des têtes coupées qui sont suspendues au-dessus de sa couche ; imaginer Matthew Henson plantant, de sa main d’homme noir, le drapeau américain dans la blanche banquise du pôle Nord, juste au sommet de la Terre ; imaginer Émile Guimet, industriel les yeux plein de bleu outremer, cahotant sur le chemin de Yokohama ; imaginer Victor Segalen traversant le Ningxia ou le Sichuan à cheval dans la neige, les égarements et le froid ; imaginer Lidenbrok tentant de garder l’équilibre sur son radeau tandis qu’un ichtyosaure et un plésiosaure s’affrontent dans les eaux noires… L’Indonésie, le Japon, la Chine, l’océan Arctique, le centre de la Terre, autant d’espaces parcourus par ces hommes, cette femme (oui il y en avait peu !) il y a déjà quelques siècles et qui racontèrent souvent eux-mêmes, d’une main ferme, des aventures qu’on a encore peine à imaginer. »

En savoir plus sur l’exposition Visages de l’exploration au XIXe siècle. Du mythe à l’histoire

Vendredi 3 juin 2022

Lecture de Voyage au cœur de la terre de Jules Verne, par Olivier Dutilloy 

6 juin 1863, le professeur Otto Lidenbrock, éminent minéralogiste, entreprend avec son neveu Axel, futur éminent géologue sans aucun doute, un bien étonnant voyage. C’est un alchimiste islandais du XVIe siècle qui, sur un parchemin malicieusement abandonné dans un livre, trace leur route. Délaissant les côtes d’Elseneur, qui résonnent encore des doutes d’Hamlet, ils pénétreront notre mystérieux sphéroïde par le cratère d’un volcan. Que trouveront-ils dans notre bouillonnante Terre ? Quelles incroyables rencontres y feront-ils ? Et surtout : une fois à l’intérieur, arrivés en son centre (s’ils y arrivent et si elle en a un !) pourront-ils retrouver la sortie ?

Samedi 4 juin 2022

Lecture de Mes pas vont ailleurs de Jean-Luc Coatalem, par Olivier Dutilloy 

Le 11 octobre 1902, Victor Segalen part pour la Polynésie. Officier de marine, médecin de première classe, explorateur, romancier, poète, sinologue, ethnologue, archéologue, cavalier émérite,  marcheur infatigable, voyageur tourmenté… Djibouti, les Îles Marquises, la Chine, encore la Chine ; des kilomètres d’une vie qui, un jour de mai 1919, s’achèvera dans une forêt du Finistère, avec une entaille à la jambe et un Shakespeare à la main. C’est par la fin de l’histoire que Jean-Luc Coatalem, lecteur de Segalen, romancier, journaliste et lui-même voyageur commence sa biographie romancée si pleine d’élégance, son récit épique passionné, son roman vrai de la vie d’un auteur avec lequel il est en fraternité. Ici débute le cheminement d’un auteur vers un auteur, le voyage à l’intérieur de la vie d’un voyageur parcouru par un écrivain qui sait interroger la nécessité et le mystère de l’ailleurs. 

Lecture de Journal d’un explorateur noir au pôle Nord de Matthew Henson, par Assane Timbo

En 1886, alors qu’il a 20 ans, (il est né un an après l’abolition de l’esclavage), Matthew Henson a déjà visité la Chine, le Japon, la France, la Russie, a déjà abordé les côtes d’Afrique du Nord. Un marin accompli, l’enfant noir du Maryland ! À Washington, il vend des chapeaux et attire l’attention du lieutenant de marine Robert Peary. Accrochée à ce dernier, une folle ambition : atteindre le point le plus septentrional de la planète Terre. Le pôle Nord. Dès le début de la deuxième expédition dans les régions de l’arctique, en 1891, Henson sera aux côtés de Peary. Seront-ils les premiers hommes à atteindre le pôle ? L’auront-ils même atteint ? Qui l’aura foulé en premier de l’homme blanc ou de l’homme noir ? Ou peut-être des quatre autochtones qui les accompagnent ? Des questions à sans doute hanter des têtes. Ce que raconte Henson dans son journal a pour décor un enfer au-delà du blanc où règne un froid dépassant souvent les moins 45 degrés, raconte les igloos, les relais, les Inuits, les chiens, la neige dure, raide, profonde, tendre, « la vieille couche ondulée de la banquise d’un bleu épais », l’irrationnelle quête. 

Lecture de Promenades japonaises de Émile Guimet, par Sharif Andoura

En 1878, Émile Guimet voyage au Japon. Auparavant il y avait eu l’Égypte, la Chaldée, la Chine…, un tour du monde où il emmène un peintre, prenant ainsi soin de faire de ses voyages une œuvre d’art. Émile Guimet, enfant musicien, doué pour la peinture et la céramique, fils d’industriel (son père est l’inventeur du bleu outremer artificiel et ça veut dire beaucoup), contraint de poursuivre l’entreprise familiale, conduira sa carrière professionnelle avec talent mais fuira dès qu’il le pourra à l’autre bout du monde. Notamment au Japon dont il trace des paysages de nature méticuleux et beaux où tout baigne dans le bleu, depuis les céramiques jusqu’aux teintures des vêtements, du ciel et de la mer. Spectateur à l’œil candide de ses journées, il conte les japonais dans leur vie quotidienne (les carrées de céramique dont ils se nourrissent : les sushis, sont source d’émerveillement), révèle de grands mythes de l’Empire du soleil levant, conte, avec humour souvent, les péripéties de son voyage. 

Lecture de Voyage d’une femme autour du monde de Ida Pfeiffer, par Anne Girouard 

Le 18 mars 1851, Ida Pfeiffer à 54 ans, embarque à Vienne, sa terre natale avec son filet à papillons. Direction l’Australie. Mais ce sera finalement la côte occidentale de Bornéo, vers Sarawak qui aura sa préférence. L’enfant sauvage (elle était unique fille au milieu de sept garçons,  élevée « à la dure », gamine boudant les robes de soie, préférant se brûler le bout des doigts plutôt que d’apprendre à jouer du piano), ne sommeille plus en elle. À cinquante ans passée, la sauvageonne s’exprime librement : elle ira rencontrer les Dayaks de Bornéo coupeurs de têtes et leurs terribles cousins cannibales, les Bataks de Sumatra. Elle, la femme blanche et déjà vieille, affrontera les pires fatigues, dangers, terreurs, ne lâchera rien tant qu’elle n’aura pas atteint les rives du lac Eier-Tau, où aucun homme n’a osé s’aventurer, tant y finir tué et mangé est une certitude. Mais que trouvera Ida au bout de ces routes boueuses bordées de alang-alang ?

Textes d’Anne-Laure Liegeois, programmatrice du festival

Présentation de livres anciens en salle C

À l’occasion du festival de la BnF et des Rendez-vous aux jardins, qui se tiennent cette année du 3 au 5 juin 2022, le département Sciences et techniques expose des livres anciens consacrés aux espèces botaniques qui portent le nom d’explorateurs célèbres, ou ayant trait à de grandes explorations scientifiques.

Un livret de coloriage conçu à partir de planches botaniques de la bibliothèque numérique Gallica sera offert. Une façon ludique pour les plus jeunes de créer leur premier herbier.

Visites du jardin-forêt

10 h 30 - 18 h | Visites guidées gratuites sur inscription préalable au 01 53 79 49 49 ou à visites@bnf.fr
Départ tous les quart d’heures de 10 h 30 à 14 h 30, puis toutes les demi-heures de 14 h 30 à 18 h

 

Habituellement fermé au public, le jardin-forêt du site François-Mitterrand se visite lors des Rendez-vous aux jardins, une manifestation initiée par le ministère de la Culture, qui a pour thème cette année « Les jardins face au changement climatique ».

Les visites commentées du jardin offriront aux visiteurs l’occasion de découvrir l’histoire, la faune et la végétation de cet espace d’un hectare, conçu par Dominique Perrault, Gaëlle Lauriot-Prévost et Eric Jacobsen en 1995.

Lectures au transat 

Le département Son, vidéo, multimédia de la BnF propose à l’écoute la lecture d’extraits d’ouvrages :

  • La Panthère des neiges de Sylvain Tesson (4 min 51)
  • Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry (6 min)
  • Candide de Voltaire (4 min 55)
  • L’usage des hommes de Nicolas Bouvier (6 min 09)
  • Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier (4 min 30)
  • 20 000 Lieues sous les mers de Jules Verne (3 min 03)
  • Tristes Tropiques de Claude Levi-Strauss  (4 min 42)
  • L’Odyssée d’Homère (6 min 39)
     

En partenariat avec France Culture 

Informations pratiques

Cet événement est annulé