Prochainement

Ne les laissez pas lire !

17 sep. 2019 1 déc. 2019

Ouvert tous les jours sauf le lundi

À l'occasion des 70 ans de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, l'exposition "Ne les laissez pas lire !" se penche sur l'histoire des livres pour enfants qui, du début du XXe siècle à nos jours, ont suscité débats et polémiques. En quoi cette histoire est-elle révélatrice d'une vision de l'enfance, des tabous d’une société ? Où s'arrête la liberté d'expression en regard des impératifs liés à la protection de l’enfance ? Autant de questions que soulève cette exposition en présentant une centaine de livres interdits, censurés, critiqués, par des particuliers, des institutions, des associations ou des groupes politiques.
En 1978, Geneviève Patte, fondatrice de La Joie par les livres, publie Laissez-les lire !, vibrant plaidoyer pour la lecture et le développement des bibliothèques pour la jeunesse. 40 ans plus tard, où en est-on ? Si la lecture des enfants apparaît aujourd’hui comme une valeur refuge, les livres destinés aux enfants ne font pas toujours l’unanimité. Certains suscitent de vives polémiques et sont accusés de présenter aux enfants ou aux adolescents des histoires, des mots ou des images choquantes, dangereuses ou inadaptées.
S’appuyant sur la richesse des collections de la BnF, premier lieu de conservation des livres pour l’enfance et la jeunesse en France, l’exposition présente une large sélection de livres pour enfants et de bandes dessinées qui, de 1904 à aujourd’hui, ont été interdits ou déconseillés aux enfants, pour des motifs religieux, moraux, politiques…
 

L'exposition en détails

En 1904, paraît Romans à lire et romans à proscrire de l’abbé Bethléem, guide de lecture destiné aux familles catholiques qui distingue les « bons » et les « mauvais » livres.

Dans l’entre-deux-guerres, l’abbé se lance dans une véritable croisade contre ces mauvaises lectures, visant en particulier les illustrés pour la jeunesse comme L’Épatant (où l’on peut lire les Pieds Nickelés), ou Fillette, publiés par les frères Offenstadt. Son ouvrage devient vite un succès de librairie, vendu à des centaines de milliers d’exemplaires en France mais aussi en Belgique ou au Québec.

Maintes fois réédité pendant l’entre-deux-guerres, il sera le principal inspirateur de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

La loi de 1949 instaure un contrôle d’Etat des lectures destinées à l’enfance et à la jeunesse, les bandes dessinées étant particulièrement concernées. Elle entraîne chez les éditeurs français et belges un important effort d’adaptation ou de censure, du texte et de l’image. Pour éviter les interdictions, les éditeurs français de comics américains s’adaptent en retouchant les planches originales : retrait des onomatopées trop voyantes, gommage des armes ou suppression de scènes jugées trop violentes…

Les éditeurs francophones hors de France sont aussi particulièrement touchés,  notamment les éditeurs belges de bande dessinée, comme Dupuis avec Tarzan (dans le journal Spirou) mais aussi Boule et Bill, Jerry Spring ou Lucky Luke.

La période qui s’ouvre avec mai 1968 est un moment de bouleversement majeur dans l’édition pour la jeunesse, qui brise les tabous et invente une nouvelle conception de l’enfance et de nouveaux livres pour enfants (par exemple Les filles d’Agnès Rosenstiehl aux Éditions des femmes, paru en 1976).
En 1985, dans la filiation de l’abbé Bethléem, Marie-Claude Monchaux, auteur et illustratrice de livres pour enfants, publie Écrits pour nuire, un pamphlet destiné aux parents, aux éducateurs, aux bibliothécaires, qui s’insurge contre « la gangrène de la subversion » propagée dans les livres pour enfants, comme dans L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, aux éditions du Sourire qui mord (1976). 

Le livre pour enfants devient alors un enjeu idéologique : des municipalités s’emparent de ce « guide de lecture » pour supprimer de leurs bibliothèques les livres indésirables et exercer un contrôle étroit sur les acquisitions, suscitant ainsi l’indignation des professionnels et des associations de bibliothécaires.  

La loi de 1949 est toujours en vigueur, bien que le texte comme la composition de la commission aient été revus en 2011 et que sa légitimité soit périodiquement remise en cause. La période plus contemporaine n’en est pas moins riche en polémiques. En 2014, Jean-François Copé met en cause la recommandation, selon lui, par l’Éducation nationale, d’un livre intitulé Tous à poil, dénonciation qui provoque de vifs débats dans les médias entre défenseurs et détracteurs du livre.

Plus largement, les oppositions très vives suscitées par l’adoption de la loi sur le mariage pour tous dans la société française se cristallisent aussi autour de livres pour enfants qui promeuvent l’égalité entre les sexes ou mettent en scène l’homoparentalité, comme Tango a deux papas, et Pourquoi pas ?

En 2018, dans la continuité du mouvement #metoo, plus de 140 000 personnes ont signé une pétition demandant à retirer du marché le livre « sexiste et dégradant » On a chopé la puberté, publié par les éditions Milan. Ce livre n’est plus commercialisé aujourd’hui.
À travers l’histoire de ces polémiques, c’est ainsi un portrait en creux de la société française face à ses peurs et ses interdits qui se dessine, mettant en évidence les constantes et les évolutions de son rapport à l’enfance.

Infos pratiques

Pictogramme vigipirate

En raison du plan Vigipirate, seule l’entrée Est du site est accessible.

Horaires

Pictogramme horaires

Lundi :
14h00 - 20h00

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :
9h00 - 20h00

Dimanche :
13h00 - 19h00

Fermé les jours fériés. Fermeture des caisses à 18h.

Accès

Pictogramme acces

Bibliothèque François-Mitterrand
Quai François Mauriac,
75706 Paris Cedex 13

 

 

Tarifs

Exposition en entrée libre (gratuit)

 

Image : © American Library Association 

Autour de l’exposition

Des ateliers à destination d’un public scolaire et des rencontres, tables rondes et conférences ouvertes à tous, seront programmés pendant la durée de l’exposition. 26 novembre 2019 : table ronde autour de l’actualité de la loi du 16 juillet 1949 avec le juriste et essayiste Emmanuel Pierrat et l’éditeur Thierry Magnier. Programme complet à venir.