Entretien avec Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie

Sylvie Aubenas travaille au département des Estampes et de la photographie de la BnF depuis 1993 et le dirige depuis 2007. Elle revient pour Chroniques sur les liens que la Bibliothèque entretient avec tous les acteurs du domaine de la photographie. Entretien paru dans Chroniques n° 91, avril-juillet 2021.

 

Chroniques : Depuis la fin des années 1940, le département des Estampes et de la photographie a tissé des relations privilégiées avec les photographes, qu’ils soient célèbres ou débutants. Pourquoi cette démarche ?

Sylvie Aubenas : Le lien entre les conservateurs et les artistes, les auteurs – qu’ils soient graveurs, écrivains, poètes, graphistes ou musiciens – a toujours été un rouage essentiel à l’enrichissement des collections de la Bibliothèque nationale. Lorsque le département, dans les années 1930 et 1940, a pris conscience qu’il avait un rôle primordial à jouer dans la constitution du patrimoine photographique français, cela a pris tout naturellement la forme de ces relations privilégiées et surtout suivies au fil des années avec les photographes.

À l’Homme Armé - Eugène Atget

Vous portez une attention soutenue au secteur de l’édition photographique : pouvez-vous nous en parler ?

La Bibliothèque nationale n’est pas seulement la plus grande bibliothèque de France, elle est historiquement aussi l’héritière des collections royales, comme le Louvre dans son domaine. Dans cette bibliothèque royale, il y avait une collection d’images depuis le XVIIe siècle : le livre illustré et l’image ont toujours cohabité. Ainsi depuis que la photographie, au tournant du XXe siècle, est entrée dans le livre – qui est un puissant moyen de diffusion des œuvres photographiques –, il paraît tout à fait logique que mon département, la réserve des Livres rares et le département Littérature et art s’emploient à constituer une collection de référence dans ce domaine.

Il est frappant de constater qu’en France comme aux États-Unis l’édition photographique, loin de s’étioler, se diversifie et se maintient grâce à l’énergie et au courage d’une pléiade d’éditeurs créatifs et courageux. De plus, nous sommes partenaires depuis 1955 de deux prix de l’association Gens d’images : le prix Nadar, qui récompense un livre français remarquable, ainsi que le prix Niépce, premier prix de photographie professionnelle en France. S’y sont ajoutés depuis 2006 le Prix des jeunes photographes de la Bourse du Talent et depuis 2020 le Prix du tirage photographique.

Vous êtes en lien avec les photographes vivants, confirmés ou débutants mais aussi peut-être avec les acteurs techniques du champ de la photographie – laboratoires, tireurs…

Il faut bien comprendre que notre collection ne répond que partiellement à des critères muséaux du fait de son ampleur (10 000 auteurs et plus de six millions d’images) et du choix de ne pas se limiter aux artistes et œuvres majeures du médium. Celles et ceux qui constituent cette collection sont donc conduits à multiplier les contacts et les relations avec tous les acteurs du domaine, à faire preuve de beaucoup de curiosité et d’inventivité. Aussi, même si pour la période contemporaine les photographes vivants sont évidemment nos interlocuteurs privilégiés, il est important pour nous de dialoguer également avec les laboratoires de tirage comme Picto, les graphistes, les agences de presse, les éditeurs. Nous avons ainsi une vision complète de tout le processus de production qui nourrit les collections en lien avec la création photographique : tirages originaux, livres, graphisme, affiches, périodiques, etc.

Quelles relations entretenez-vous avec le milieu du marché de l’art et avec les collectionneurs ?

Nous entretenons avec le marché de l’art les relations nécessaires à l’accroissement de nos collections par des acquisitions en vente publique ou en galerie – mais dans en la matière, notre politique n’est pas différente pour la photographie que celle pour la gravure ou le dessin. Bien entendu, dans le domaine de la photographie, infiniment plus actif, l’offre est pléthorique. La photographie ne se collectionne, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, que depuis les années 1970 : il y a donc un gros retard à rattraper, surtout pour les œuvres anciennes ou patrimoniales.

Le département a toujours entretenu des relations privilégiées avec les collectionneurs privés. Une grande part de sa richesse vient de collections privées acquises ou reçues en don depuis le XVIIe siècle. Dans le domaine de la photographie, nous avons pu accueillir dans les années 1940 à 1970 de grandes collections pionnières. L’œil du collectionneur privé est très complémentaire de l’œil du conservateur qui constitue les collections publiques. Chacun a son goût, son expertise mais évidemment un rapport différent au temps et à la pérennité de sa collection.

Adalbert Cuvelier. Homme assis dans un jardin, 1852 - BnF, département des Estampes et de la photographie

Et avec les autres institutions qui s’occupent de photographie ?

La photographie est entrée dans les collections de nombreuses institutions publiques françaises dès le XIXe siècle : l’École nationale supérieure des beaux-arts, les Archives nationales et départementales, le musée Carnavalet, le Louvre… Comme à la Bibliothèque nationale, il s’agissait soit d’accumulations, soit de documentation, mais la dimension artistique ou patrimoniale n’existait pas vraiment. Et c’est bien naturel. L’histoire de la photographie et la patrimonialisation des images anciennes a commencé dans les années 1930, quand des photographes comme Emmanuel Sougez ou Marcel Bovis ont commencé à affirmer fortement l’appartenance à l’art de leur moyen d’expression et à s’en faire les premiers historiens. La Bibliothèque a été le seul établissement public français à mener une vraie politique d’acquisition et d’exposition entre les années 1940 et 1970. Puis, heureusement, beaucoup d’autres établissements se sont créés ou ont développé ce domaine. Est-il besoin de les citer : le musée national d’Art moderne, le musée d’Orsay, le Fonds national d’art contemporain, les Fonds régionaux d’art contemporain, le musée Guimet, le musée Niépce, la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, etc. Grâce à cette mosaïque d’acteurs et de compétences, il est possible de se répartir les missions, les acquisitions, les objets d’études. Le bureau de la photographie, animé par Marion Hislen à la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture, joue un rôle important de coordination et aide à faire circuler l’information. Nous avons de très bonnes relations avec l’ensemble de nos collègues et nous collaborons souvent à des projets d’expositions, nous nous répartissons, nous partageons des donations, des acquisitions. Il s’agit de la constitution et de la valorisation du patrimoine photographique français et il est de notre mission fondamentale d’avoir cet état d’esprit. Chacun a sa politique, sa spécificité et c’est l’ensemble de ces regards additionnés qui permet de couvrir tous les champs du médium. Sans parler de nos relations avec les établissements de valorisation de la photographie comme les galeries du Jeu de Paume ou les grands festivals comme Arles et Perpignan.