La Base patrimoine

 Avec près de 7 millions de notices bibliographiques, la Base patrimoine est l’une des plus importantes bases bibliographiques françaises. Elle participe à la valorisation du patrimoine des bibliothèques françaises en signalant les documents conservés dans des fonds anciens, locaux ou spécialisés sélectionnés pour leur richesse, leur originalité.

 

Quel contenu ?

Figure 1 : Institutions présentes dans la Base patrimoine, par région (janvier 2020)

La Base patrimoine contient près de 7 millions de notices bibliographiques, issues des fonds de plus de 200 institutions présentes partout en France. Ces établissements peuvent être des bibliothèques territoriales, de musées, d’archives ou autres, à l’exception des institutions dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

 

 

Parmi ces institutions, certaines comptent plusieurs centaines de milliers de notices tandis que d’autres ne possèdent qu’une poignée d’ouvrages. Ceux-ci n’en sont pas moins intéressants pour la recherche et bénéficient ainsi d’une visibilité nationale. Cela concerne par exemple les fonds de la bibliothèque municipale de Oisemont, de la société des antiquaires de Picardie ou de la bibliothèque municipale de Saint-Quentin.

 

Figure 2 : Les dix premiers et dix derniers établissements présents dans la Base patrimoine, en nombre de notices (novembre 2019)

 

Les notices sont généralement chargées par fonds, ce qui permet ensuite de retrouver des documents appartenant à un même ensemble comme, par exemple, ceux du Collège des jésuites conservés à la Médiathèque Pierre Fanlac de Périgueux. Les notices ne sont par ailleurs pas dédoublonnées lors du chargement pour conserver les particularités de chaque exemplaire (appartenance à un fonds, reliure, provenance, notes manuscrites, lacunes, etc.).
La Base patrimoine bénéficie de 3 à 4 chargements par an, annoncés dans la Lettre d’information du CCFr et dans la rubrique Actualités du site.

 

Si la Base patrimoine décrit majoritairement des livres, de nombreux autres types de documents sont également présents : plus de 500 000 notices décrivent des partitions, articles, images fixes, périodiques, manuscrits, cartes, etc.

 

Figure 3 : Notices bibliographiques décrivant des documents autres que livres (janvier 2020)

 

Figure 4 : répartition des notices bibliographiques en fonction de la date d’édition (livres uniquement) (novembre 2019)

 

Les plus de 6 millions de livres présents dans la Base patrimoine ne sont pas tous anciens. Ils se partagent ainsi à parts quasi-égales entre livres anciens (avant 1811), livres du 19e siècle (1811-1914) et livres modernes (à partir de 1914).

 

 

 

De même, si une grande majorité des livres sont en français (80%), de nombreuses autres langues sont présentes dans la Base patrimoine : latin, anglais, allemand, italien, espagnol mais aussi basque, breton, suédois, japonais, tahitien et bien d’autres.

 

Figure 5 : Répartition des notices de livres par langue de publication (hors français) (novembre 2019)

 

 


Historique

Au début des années 1990, le ministère de la Culture avait lancé des campagnes d’informatisation des catalogues. 50 bibliothèques municipales et 27 bibliothèques universitaires en avaient bénéficié pour leurs fonds anciens (avant 1811), locaux ou spécialisés, sélectionnés pour leur richesse ou leur originalité.

Les fonds retenus avaient des provenances diverses: confiscations révolutionnaires des bibliothèques du clergé et de la noblesse; dons et legs; acquisitions en relation avec une personnalité ou l’histoire locale; dépôt légal d’imprimeurs en région. Les catalogues qui les décrivent avaient été rédigés sur des supports variés (registres, catalogues imprimés, fiches manuscrites ou dactylographiées) et suivant des règles plus ou moins précises, selon les époques.

Ce sont ainsi des millions de notices qui ont été informatisées – «rétroconverties».

Depuis plusieurs années, la BnF, en concertation avec le ministère de la Culture, a relancé ce programme d’aide en faveur du patrimoine des bibliothèques dans le cadre de sa politique de coopération. Ses équipes apportent une aide technique et financière aux bibliothèques qui souhaitent rétroconvertir les fonds qu’elles conservent (à l’exception des bibliothèques de la sphère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, soutenues par l’Agence bibliographique de l’Enseignement supérieur / ABES). Des formations spécifiques sont offertes.

Les notices informatisées issues de ces opérations conjointes continuent d’enrichir la Base patrimoine du CCFr. De même, celle-ci accueille les notices de collections patrimoniales d’institutions qui ont d’elles-mêmes procédé à ce type d’opération.

 

Accéder à la Base patrimoine

 

 

 

Consulter la Lettre d’information du CCFr

Contact