Maintenant

Denis Brihat, photographies – De la nature des choses

8 oct. 2019 Until 8 déc. 2019

Galerie des donateurs

La BnF met à l’honneur Denis Brihat, figure essentielle de l’histoire de la photographie en France. Photographe « alchimiste », Denis Brihat a développé, en 70 ans de carrière, une œuvre extraordinairement sensible. Promoteur de la photographie « créative » et acteur infatigable de la transmission des savoir-faire argentiques, il est aussi l’un des fondateurs des Rencontres d’Arles. Il vient de faire don à la BnF d’une centaine de pièces emblématiques exceptionnellement présentées cet automne.

Denis Brihat, un photographe engagé pour la reconnaissance de son art

Denis Brihat est né à Paris en 1928. Lauréat du prix Niépce en 1957, il ouvre la voie à une génération de photographes-auteurs. Il est l’un des premiers à militer pour que la photographie soit reconnue comme une expression artistique à part entière, grâce à des tirages soignés, numérotés à peu d’exemplaires et souvent de grand format.

Dès 1958, le photographe délaisse la capitale pour mener une vie frugale et proche de la nature dans le Luberon. Il y fait des rencontres marquantes à l’instar de Pablo Picasso ou de Fernand Léger avec lequel il participe au Groupe Espace, réunissant artistes et architectes dans une même ambition, celle de l’unité de l’art.

Régulièrement invité aux États-Unis, il est l’un des premiers photographes français exposés par John Szarkowski en 1967 au MoMA de New-York, avec ses amis Jean-Pierre Sudre et Pierre Cordier.

Denis Brihat est aussi un fervent partisan d’une valorisation démocratique de la photographie. Il participe aux expositions de la galerie Agathe Gaillard, l’une des premières galeries de photographie à Paris, ouverte en 1975. Il figure parmi les fondateurs du festival des Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles avec Lucien Clergue, et est aussi de l’aventure du Château d’eau à Toulouse avec Jean et Michel Dieuzaide.

Entre lyrisme visuel et rigueur formelle

Au fil des années, Denis Brihat développe son axe de recherche visuelle : l’étude attentive de la nature et plus particulièrement du monde végétal. Il voit notamment son jardin, qu’il cultive avec passion, comme une métaphore du monde. Nourri de philosophie et de littérature, l’artiste est fasciné par la musique de Jean-Sébastien Bach. Il transpose le système musical du contrepoint afin de créer, à partir d’un même motif – un légume, une fleur, un arbre etc. -, une vraie polyphonie.

Grand admirateur d’Edward Weston, proche des photographes américains Aaron Siskind, Paul Caponigro et Irving Penn, Denis Brihat photographie au plus près de son sujet d’étude – lichens, oignons, coquelicots.L’abstraction et le fragment forment les bases de sa syntaxe visuelle. Le passage du microcosme au macrocosme est aussi important chez lui que celui du noir et blanc à la couleur. Ses étonnantes photographies, tirées en noir et blanc et virées ensuite avec une multiplicité de métaux et pigments pour se rapprocher au plus près de la couleur naturelle, témoignent de son audace expérimentale. Denis Brihat affirme la matérialité du tirage et cherche l’excellence.

Passeur d’images et de savoir-faire, il fait rapidement école par son exigence technique : des photographes du monde entier viennent suivre dans sa maison-atelier de Bonnieux l’enseignement du maître, à l’instar du photographe Jean-Marc Bustamante, impressionné par l’originalité de Denis Brihat et la manière dont, très tôt, il choisit de mettre en valeur la qualité picturale et ornementale de la photographie.

Exposition dans le cadre de Paris Photo

Informations pratiques

tarifs et conditions d’accès
 

Entrée libre et gratuite

Horaires

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :
10 h - 19 h

Dimanche :
13 h - 19 h

Fermé le lundi et les jours fériés.

Accès

François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – 75013 Paris

 

 

Image : Coquelicot fripé, 1994  | BnF, Estampes et photographie © Denis Brihat 

Commissariat

Héloïse Conesa, conservatrice au département des Estampes et de la photographie, BnF

Les métamorphoses de l’argentique, Denis Brihat, Éditions Le bec en l’air (240 pages, 55 €)

Denis Brihat expose son travail à la galerie Camera Obscura (268 boulevard Raspail, Paris 14e) du 6 septembre au 19 octobre 2019. Il est représenté par les galeries Camera Obscura à Paris et Nailya Alexander à New-York

Revue de presse

Le travail de Denis Brihat est une ode à la beauté évidente de la nature, à ses lignes, aux rêveries qu’elle procure.
Lire l’article

Photo / Danse avec l’oignon
Libération