Auditorium, site François-Mitterrand  -  - © Nicolas Gallon - BnF
Prochainement

Figures féminines de la psychanalyse en France

Until
Auditorium, site François-Mitterrand - - © Nicolas Gallon - BnF

Avec un nouveau cycle de conférences consacré à la place des femmes dans l’histoire de la psychanalyse en France, la BnF s’inscrit dans les réflexions actuelles autour du genre, du féminisme et de la sexualité. À travers une série de conférences centrées sur la vie et l’œuvre de quelques-unes des principales analystes du siècle passé, ce cycle invite à une réflexion sur les rapports entre féminisme et psychanalyse au XXe siècle et sur l’apport de celle-ci à la libération des femmes.

Dans l’histoire de la psychanalyse, les femmes occupent dès l’origine une place importante. Le rôle des premières patientes viennoises, l’entourage féminin de Freud, la vie et l’œuvre des psychanalystes d’enfants, Anna Freud et Mélanie Klein, ont été bien étudiés. Mais la part des femmes dans l’introduction et le développement de la psychanalyse en France est moins connue. Pourtant, des pionnières de l’entre-deux-guerres aux féministes du groupe « Psychanalyse et politique », de Marie Bonaparte au MLF en passant par Françoise Dolto, plusieurs générations de femmes psychanalystes ont, au-delà de la clinique des enfants, arpenté les terres longtemps masculines de l’exploration de la sexualité féminine et de l’inventivité théorique.

Avec le cycle de conférences « Figures féminines de la psychanalyse », la Bibliothèque nationale de France souhaite mettre en lumière le rôle des femmes dans l’essor de la psychanalyse dans notre pays. Confiées à des spécialistes, psychanalystes, historiens ou psychologues, les conférences mensuelles seront consacrées à la vie et l’œuvre de quelques-unes des principales analystes du siècle passé, se demanderont s’il y a une spécificité féminine dans la manière de pratiquer la psychanalyse, aborderont les sujets du féminin et de la sexualité féminine en psychanalyse. Ce cycle dessinera une histoire d’ensemble du mouvement freudien en France.

Le cycle aborde chronologiquement quatre temps forts de la psychanalyse en France, autour de figures féminines plus ou moins célèbres : l’époque des pionnières (1920-1940 : Eugenia Sockolnicka, Marie Bonaparte, Sophie Morgenstern), le temps des formulations structuralistes de la théorie sexuelle (1950-1960 : Françoise Dolto), les figures de la clinique expérimentale (Maud Mannoni),  la liberté du questionnement ( Joyce Mcdougall), l’aventure du groupe « Psychanalyse et politique » (1970-1980 : Antoinette Fouque, mais aussi Luce Irigaray), et enfin l’époque actuelle des accusations de misogynie et d’irrationalité.