Birane Ba -  - © Stéphane Lavoué
Terminé

Lecture d’extraits de « La Mulâtresse Solitude » d’André Schwarz-Bart et de « Pluie et vent sur Télumée Miracle » de Simone Schwarz-Bart

Birane Ba - - © Stéphane Lavoué

Dans le cadre du cycle de lectures « À voix haute », Birane Ba, comédien de la Comédie-Française, lit des extraits de La Mulâtresse Solitude d’André Schwarz-Bart et de Pluie et vent sur Télumée Miracle de Simone Schwarz-Bart.

À l’effigie de Solitude, figure de la lutte contre l’esclavage, on érige aujourd’hui des statues et l’on frappe des timbres. Mais d’elle, l’histoire n’a rapporté que peu de choses : sa capture en 1802, alors qu’enceinte, elle luttait en Guadeloupe contre le rétablissement de l’esclavage, puis son exécution, au lendemain de son accouchement. Tout le reste vient d’André Schwarz-Bart, du roman qu’il lui consacra et qui parut en 1972. Après le Dernier des justes, pour lequel en 1959 il avait reçu le prix Goncourt, et qui s’achevait dans les camps d’extermination nazis, André Schwarz-Bart travaillait à un cycle antillais, qui montrerait combien les souffrances juives et noires étaient proches. Il en avait déjà publié un volume en 1965, écrit avec sa femme Simone. Mais après La Mulâtresse Solitude, il choisit le silence et ne publia plus.

C’est aussi en 1972 que parut Pluie et vent sur Télumée Miracle. Au côté d’André, Simone Schwarz-Bart avait pris conscience que sa propre histoire lui manquait, et elle découvrait que l’écriture pouvait l’aider à combler cette béance. En racontant la vie de Télumée, inspirée de celle d’une vieille Guadeloupéenne qui lui était chère, elle conjurait la disparition d’une génération perdue, privée de l’accès à l’écriture. Empreint d’oralité et gorgé de poésie, cet hymne à la vie est un texte incontournable de la littérature antillaise.
 

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du cycle « À voix haute », qui donne vie à des textes dont les manuscrits sont conservés à la BnF et exposés pour l’occasion.

En partenariat avec la Comédie-Française  et la Fondation pour la mémoire de l’esclavage

Informations pratiques

tarifs et conditions d’accès

Entrée payante 10 € (tarif unique) I réservation fortement recommandée sur bnf.tickeasy.com et sur fnac.com
Gratuit pour les détenteurs d’un Pass lecture/culture ou recherche I réservation recommandée sur bnf.tickeasy.com

Date et Horaires

Lundi 9 mai 2022
19 h – 20 h

Accès

François-Mitterrand - Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e
Entrée Est face à la rue Émile Durkheim