La constitution d’une collection de référence des titres de presse

Le Conservatoire national de la presse, qui ouvrira à Amiens en 2028, doit accueillir l’ensemble des collections de presse de la Bibliothèque nationale de France publiées sur le territoire français ou en français. La création de ce centre fait suite aux recommandations du Rapport sur la presse physique et numérique : état de lieux et perspectives établi en 2018, qui avait identifié 273 054 titres de presse, morts ou vivants, dans les collections de la bibliothèque, répartis dans tous les départements de collections mais plus particulièrement au département Droit, économie, politique (70%). Ce fonds, qui constitue un ensemble unique en France, est largement utilisé par les chercheurs et nécessite des remises en état importantes, en particulier pour la période 1880-1945 ainsi qu’une intensification de la numérisation à des fins de sauvegarde et de recherche.

 

Couvertures de divers titres de presse - BnF

 

La bibliothèque a ainsi décidé la constitution d’une collection de référence qui consacre l’intérêt patrimonial de ces collections et puisse servir d’appui pour des actions de valorisation autour de la presse, du dessin de presse et de la photographie de presse.

Cette collection de référence se définit par un haut niveau de qualité (signalement, complétude, état de conservation, numérisation complète, océrisation…) et un fort intérêt documentaire.

La liste a été constituée à partir de différents ensembles : les corpus de titres de presse déjà constitués sur Gallica (sélections des titres les plus emblématiques, organisés par types de publications, par thématiques, par aires géographiques ou par périodes historiques…) et un choix par des conservateurs des principaux titres de presse politique et d’information régionale parus jusqu’à la moitié du XXe siècle. Afin de tenir compte du lectorat et de ses usages, les titres les plus consultés sur Gallica et RetroNews ainsi que ceux les plus communiqués en salle de lecture ont été également retenus.

Un comité d’experts de la bibliothèque a complété cette liste en intégrant un échantillonnage des titres illustrant l’ensemble des genres, opinions et territoires couverts par la presse au cours de la IIIe République, âge d’or de la presse où celle-ci se diversifie et se diffuse dans tous les milieux sociaux. Parmi les ajouts, figurent aussi des titres de presse coloniale, principalement algérienne ou allophone. Une vingtaine de titres de presse picarde, en référence à la future implantation du site de conservation à Amiens, a été enfin adjointe à la liste.

Au total, ce sont 2 867 titres qui ont été retenus, des origines à 1958, permettant de couvrir le premier titre de presse paru en 1631, La Gazette de Renaudot, à ceux de la fin de la IVe République. Cette sélection sera soumise à l’avis d’un conseil scientifique constitué de chercheurs et de journalistes. Plus de 50% de ces titres correspondent à des journaux créés sous la IIIe République. Sur cet ensemble, un millier de titres environ reste à numériser, qui totalisent plusieurs millions de pages à reproduire. Ces titres pourraient être numérisés sur le marché de numérisation de la presse qui vient d’être conclu pour 6 ans par la Bibliothèque nationale de France.

Pour numériser cette collection nationale de référence, la BnF devra en effet bénéficier de ressources complémentaires. Elle entend également s’appuyer sur des collections partenaires. Ainsi, des prospections sont en cours pour numériser plusieurs grands titres de presse quotidienne locale d’information générale à partir d’exemplaires conservés dans les bibliothèques partenaires.

De plus, le projet de « Service de Numérisation et de Distribution Numérique de la Presse de 1950 à 2000 », porté par la filiale de la bibliothèque BnF-Partenariats et financé par le Fonds stratégique pour le développement de la presse, prendra le relai pour la numérisation des années sous droits, à partir de 1951, d’une partie des titres.

Rapport d’activité 2021 de la bnF
Consulter